Le conseil municipal de Clare est reconnu au niveau national

Richard Landry
COMEAUVILLE : Le Conseil municipal de Clare est fort occupé avec ses projets importants en cours. Il a d’ailleurs été reconnu comme communauté francophone accueillante en mai dernier. Rencontré à son bureau, Stéphane Cyr, directeur général de la municipalité, a présenté un bilan de quelques projets de la municipalité.

     La municipalité de Clare a été choisie dans le cadre du Plan d’action pour les langues officielles du gouvernement du Canada. Elle est la seule municipalité ainsi choisie en Nouvelle-Écosse. Selon un communiqué du gouvernement du Canada, c’est grâce à l’Initiative des communautés francophones accueillantes que quatorze communautés de partout au Canada recevront un financement leur permettant de créer des programmes et des activités pour offrir un bon accueil aux nouveaux arrivants d’expression française et les aider à s’intégrer dans leur nouvelle communauté. Cette initiative de 12,6 millions de dollars sur trois ans a été annoncée pour favoriser l’intégration et la rétention des nouveaux arrivants d’expression française au Canada.

     La nouvelle stratégie, intitulée Atteindre nos objectifs : Stratégie en matière d’immigration francophone, annoncée le 13 mars 2019, constitue une approche collaborative avec les partenaires fédéraux, provinciaux, territoriaux et communautaires « par et pour les francophones ». La stratégie cherche à accroître la vitalité des communautés de langue officielle en situation minoritaire au moyen de l’immigration en favorisant l’intégration et la rétention des nouveaux arrivants qui parlent français et en renforçant les capacités des communautés francophones.

     La municipalité est invitée à soumettre un plan d’action pour travailler à l’accueil et à la rétention de nouveaux arrivants. Elle travaille avec la Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse (FANE) et autres intervenants dans la communauté pour établir ce plan.

     Le préfet de la municipalité de Clare, Ronnie LeBlanc, est très heureux de l’initiative qui va permettre à la municipalité d’accueillir et de retenir les immigrants francophones dans la région. Pour sa part, Marie-Claude Rioux, directrice générale de la FANE, est également heureuse de l’annonce. « La Fédération acadienne est ravie de cette initiative d’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada qui vise à accroître la vitalité de notre communauté en favorisant l’intégration et la rétention des nouveaux arrivants d’expression française dans la municipalité de Clare. »

     Congrès Mondial Acadien 2024

     Un des projets importants de la municipalité de Clare est celui du prochain Congrès Mondial Acadien en 2024 qui sera organisé en collaboration avec la municipalité d’Argyle. L ’annonce que la région du Sud-Ouest de la Nouvelle-Écosse a été retenue pour accueillir le Congrès Mondial a été faite la fin de semaine du 25 mai par la Société Nationale de l’Acadie.

     Les deux directeurs généraux des municipalités, Stéphane Cyr en Clare et Alain Muise en Argyle, travaillent présentement pour lancer un appel d’intérêt en vue de choisir un exécutif de quatre personnes qui, ensuite, nommera les huit autres membres du Comité organisateur du Congrès mondial acadien 2024 (COCMA), ce qui en fera une équipe de douze personnes. L ’appel invitera les gens de la région qui sont intéressés à occuper les postes suivants à se présenter : présidence, vice-présidence pour Argyle, vice-présidence pour Clare et trésorerie. Les deux conseils municipaux se rencontreront ensuite pour réviser les candidatures et choisir les gens pour occuper ces quatre postes. Les huit autres membres du COCMA seront nommés par la suite. L’appel sera lancé avant la fin septembre et les personnes intéressées à combler les postes de l’exécutif devront se manifester avant la fin octobre. « On espère que plusieurs personnes s’y intéressent et se présenteront. Ce Comité s’occupera de la gouvernance du CMA par la suite », a précisé Stéphane Cyr.

     Éco-Parc

     Depuis environ un an, la municipalité travaille avec un groupe du secteur privé en vue de vendre le site de l’Éco-Parc à Meteghan. La municipalité avait pris possession du site de l’ancien moulin à bois EM Comeau qui était en vente pour les taxes municipales. La municipalité a voulu le préserver pour un développement futur. Après en avoir pris possession, elle a géré un centre de recyclage, une entreprise qui n’était hélas pas rentable. On fait maintenant appel au secteur privé pour en assurer le développement.

     La municipalité examine des activités qui auront lieu en mettant l’accent sur l’innovation en technologie de la mer et de l’environnement. On envisage présentement les travaux nécessaires pour rendre le site plus apte à être vendu.

     Internet rural

     L’internet rural est une grande priorité pour la municipalité. Un appel d’offres de services a été lancé pour choisir un fournisseur et la municipalité a choisi Mainland Telecom. Develop Nova Scotia s’occupe du dossier des services d’Internet à fibre optique offerts aux Néo-Écossais qui ne sont pas servis ou qui sont mal desservis, selon l’initiative qui vise à ce que l’Internet à haute vitesse soit disponible à 95 % des Néo-Écossais. La Société de la Couronne doit décider de la suite. La municipalité attend la décision de Develop Nova Scotia avant de voir au suivi.

     École Saint-Albert

     L’ancienne École Saint-Albert à la Rivière-aux-Saumons est devenue la propriété de la municipalité de Clare après sa fermeture il y a quelques années. La municipalité a lancé un appel d’offres pour l’achat de l’édifice et de la propriété de l’école. Deux offres ont été soumises. La première visait à en faire un complexe d’appartements pour personnes aînées afin de répondre à un besoin dans la région. L ’autre, soumise par Pound Cannabis Inc, vise à y établir une entreprise de culture du cannabis. La proposition pour les appartements pour gens aînés a été retirée par les soumissionnaires.

     La municipalité a donc offert la propriété à Pound Cannabis Inc. à condition que l’entreprise obtienne les permis pour opérer en toute légalité. Pour demander les permis auprès des instances gouvernementales, l’entreprise doit posséder un édifice. Grâce à l’entente avec la municipalité, la demande a été soumise au gouvernement. La municipalité exige aussi que l’entreprise remplisse d’autres conditions comme le contrôle des odeurs, des déchets, de la poussière, entre autres, pour que les voisins ne soient pas incommodés par les opérations.

     L’industrie du cannabis est maintenant légale et en plein essor. Pound Cannabis assure que le cannabis produit sur place ne sera pas vendu au détail et l’entreprise vise l’exportation à l’extérieur de la région. Si l’entreprise n’obtient pas les permis nécessaires d’ici douze mois, l’édifice retournera à la municipalité. L ’édifice a été vendu provisoirement pour 40 100 $.

     Mesures d’urgence

     Mark Doucet, ancien coordinateur des Mesures d’urgence de la municipalité, est revenu à son poste. La municipalité travaille présentement avec lui pour réviser le plan municipal et le mettre à jour. La province recommande de changer les procédures des Mesures d’urgence et d’impliquer plus d’employés municipaux selon le modèle du système de commandement. Le plan actuel date de quelques années et on vise un nouveau plan plus efficace.

     Le Plan actuel des mesures d’urgence a été partiellement activé lors de l’ouragan Dorian récemment. Une coordination a été assurée avec les autorités de la province. On a été en contact avec les salles des pompiers, Recherche et sauvetage, les Séniors, entre autres. Les salles des pompiers ont été ouvertes comme « salles de confort », la coordonnatrice des Séniors en sécurité a été consultée et la province a été informée au fur et à mesure. Le Centre de contrôle a été ouvert à Comeauville après douze heures de panne d’électricité dans la région, et les choses allaient bien. On a assuré le bien-être des gens. Il y a eu des problèmes de communication par téléphone, Internet et cellulaire à cause des pannes d’électricité, mais ils ont été réglés.

     La Villa acadienne

     Le prochain site de la nouvelle Villa acadienne a été choisi et annoncé par le ministre de la Santé et du Bien-être, Randy Delorey, le 3 juillet à la Villa acadienne. La nouvelle installation des soins de longue durée remplacera la Villa acadienne actuelle avec dix nouveaux lits pour un total de 96 lits. L’édifice sera construit sur le site du Festival Bluegrass à Meteghan, derrière la salle des pompiers. La construction commencera dès que la firme Nycum and Associates aura terminé les plans architecturaux.

     La municipalité remercie le ministère qui reconnaît l’importance d’offrir un environnement accueillant et sécuritaire aux résidants et personnes aînées reflétant l’identité unique de la communauté acadienne. Elle remercie en particulier la direction et les employés de la Villa pour leurs soins chaleureux.

     « Le Conseil d’administration de la Villa acadienne travaille à cette proposition d’une nouvelle installation depuis quelque temps, a dit Marcel Cottreau, président du Conseil d’administration de la Villa acadienne. Cette annonce est une grande nouvelle pour la Villa acadienne et pour la communauté entière. »

     Camion-citerne à Meteghan

     Les pompiers bénévoles de Meteghan ont commandé un nouveau camion-citerne pour leur brigade grâce à la collaboration avec la municipalité. Toutes les brigades des pompiers de la municipalité doivent soumettre un rapport sur leurs besoins tous les cinq ans avec la liste des équipements à remplacer. Plusieurs camions doivent être remplacés à cause de leur âge et chaque camion peut coûter jusqu’à 400 000 $.

     « La municipalité n’est pas qualifiée pour décider des camions qui doivent être remplacés, a précisé Stéphane Cyr. On a donc lancé un appel d’offres et choisi un consultant spécialisé qui a déterminé, après examen des camions de la région, quels camions qu’il faut remplacer chez les brigades en Clare et selon quelle priorité. » Le premier camion à remplacer était celui de Meteghan. La municipalité peut acheter un camion par an.

     Pour payer ce camion et les autres au cours des prochaines années, la municipalité a imposé un taux d’imposition (taxes) de 6 cents. Ce taux s’est ajouté aux 5 cents déjà imposés pour acheter les autres équipements nécessaires à toutes les brigades des pompiers à chaque année. Le taux d’imposition s’élève donc à 11 %. Les 6 cents ajoutés permettent de recueillir environ 350 000 $ par an. Si le camion ainsi acheté coûte plus cher, ce sera à la brigade de payer la différence. Ce système permet de ne pas payer des intérêts pour l’achat de camions et de ne pas encourir de dettes. Ce système se compare aussi aux dépenses des autres municipalités pour leurs pompiers.

     Quai de Comeauville

     Depuis le printemps 2018, les conseillers municipaux ont discuté de la situation des déchets accumulés sur le quai de Comeauville. Le propriétaire d’un bateau abandonné, le Lady Carolyn 2, avait apporté ce bateau au quai de Comeauville pour le démanteler. Peu après, le bateau a pris feu et a été détruit. Plutôt que de l’enlever et de débarrasser les débris, le propriétaire a tout laissé sur place.

     Les déchets, y compris des réserves pleines de propane, empêchaient l’accès au quai et étaient laids et considérés comme dangereux pour les entreprises locales et les visiteurs. Le conseiller municipal local, Carl Deveau, a soutenu tout au long qu’il fallait voir au nettoyage.

     Les discussions pour le nettoyage entre la municipalité et le ministère provincial de l’Environnement ont commencé en mai 2018. Puisqu’il s’agissait d’une enquête active menée par le ministère, la municipalité ne pouvait pas intervenir alors qu’on était à la recherche du propriétaire. Les efforts pour le trouver ont été vains. En juillet 2019, la municipalité a été avisée qu’elle était libre de débarrasser le site à ses frais, ce qui a été fait depuis quelques semaines.

     Vérification des états financiers

     Lors de sa réunion mensuelle le 18 septembre dernier, les conseillers municipaux ont adopté les États financiers pour l’année 2018-2019 se terminant le 31 mars 2019. Le rapport de Grant Thornton indique un rapport sans réserve, donc très bien. « On demeure en excellente position financière », a noté Stéphane Cyr.

     Le rapport souligne une augmentation dans les actifs de la municipalité. Il y a un surplus opérationnel de 408 916 $. Les revenus étaient de 7 807 748 $ et les dépenses étaient de 6 766 056 $ pour un surplus de 1 041 692 $. Avec les ventes d’actifs, le surplus s’élève à 1 125 658 $.

     Parc du phare du Cap Sainte-Marie

     Des travaux ont été effectués au Parc du phare au Cap-Sainte-Marie durant l’été dans le but d’améliorer l’accessibilité et d’encourager la prolongation des visites au Parc. Une structure contenant deux toilettes, dont une qui est accessible aux fauteuils roulants, a été installée à la fin juillet. L’entreprise JD Composites Inc de La Butte a été embauchée pour construire le bâtiment en plastique PET (polyéthylène téréphtalate). Ce projet vert a été réalisé avec l’équivalent de 26 000 bouteilles en plastique. Le projet a été réalisé avec l’appui du ministère provincial des Communautés, Culture et Patrimoine.