Carla Arsenault, présidente et directrice générale du Cape Breton Partnership.
Carla Arsenault, présidente et directrice générale du Cape Breton Partnership.

Le comité plénier de mars 2020, en Richmond, traite de deux sujets importants : l’économie et la santé

Robert Fougère
ARICHAT : C’est le lundi soir 9 mars que le dernier comité plénier de la municipalité de Richmond a eu lieu dans le local des réunions du Conseil, à Arichat. L’ordre du jour comprenait deux présentations, fort intéressantes et importantes, qui pourraient avoir des retombées positives sur les gens de Richmond. La population de Richmond se fie maintenant à ce que le Conseil entérine des résolutions, traitant de développement économique et de soins de santé, lors de la réunion ordinaire du 23 mars. Ces discussions ont fait l’unanimité, ce qui n’est pas toujours le cas pour le Conseil municipal de Richmond.

     La première présentation avait comme objectif la mise à jour du travail et des projets en cours de l’organisme, Cape Breton Partnership. La présidente et directrice générale de l’organisme, Carla Arsenault, est venue faire une mise à jour des projets sur lesquels son groupe travaille et expliquer comment ces projets peuvent être bénéfiques pour la région de Richmond en particulier. Carla Arsenault voulait faire une demande d’appui du gouvernement local au nom de son organisme qui œuvre en développement économique, pour l’ensemble du Cap-Breton. Elle a donc invité les conseillers à réaffirmer l’appui de Richmond, leur disant à quel point il était important pour Richmond de continuer à faire partie de son groupe. Les lecteurs se rappelleront que, lors d’une rencontre en 2019, les conseillers de Richmond avaient fait connaître leur intention de se retirer de ce partenariat pour des raisons financières.

     Un an plus tard, on n’avait plus les réticences qui existaient en 2019. Une motion de Gilbert Boucher, conseiller du district #4, a fait l’unanimité et, lors de la réunion ordinaire de mars, il devrait être confirmé que Richmond fera encore partie du Cape Breton Partnership, pour l’exercice financier 2020-2021. La cotisation demandée fera sans doute partie des discussions budgétaires qui prendront place bientôt.

     La deuxième présentation était celle de Dorothy Barnard, qui avait comme sujet le recrutement et la rétention de médecins pour Richmond. Celle-ci a d’abord expliqué que les régions de l’Ardoise et de Saint Peters doivent perdre deux médecins à la fin juin 2020. Un comité a donc été formé en janvier dernier afin de monter une campagne de recrutement dans le but d’attirer de nouveaux médecins pour ces régions de Richmond. Selon Mme Barnard, ce recrutement aura des effets positifs sur l’ensemble du comté. Si une partie de Richmond se trouve dépourvue de médecins, cela a des effets néfastes sur les autres régions et sur les hôpitaux de la région. Mme Barnard a donc fait une demande de 15 000 $ afin de permettre à son comité d’assister à des conférences, d’effectuer des visites et d’inciter des médecins à visiter la région, dans l’espoir que certains voudront s’établir dans la région de l’Ardoise et des environs.

     Le fait que les services d’urgence des hôpitaux de la région sont de plus en plus souvent fermés, faute de médecins et d’infirmiers, les conseillers ont vite appuyé cette recommandation, avancée par le conseiller Alvin Martell. En plus d’appuyer la demande, plusieurs membres du conseil ont remercié sincèrement le comité de recrutement de ses efforts dans ce domaine important des soins de la santé.

     Un retour sur l’organisme nommé Cape Breton Partnership

     Selon son site Internet, le Cape Breton Partnership rassemble des gens et des organismes qui croient en l’importance de travailler ensemble afin d’accroître les opportunités économiques et de transformer le Cap-Breton-Unama’ki en l’endroit le plus créatif et le plus prospère au monde.

     Avec l’appui des conseils municipaux et le soutien de plusieurs chefs de file du monde des affaires, des chambres de commerce, des agences de développement économique, du gouvernement et des consultants, le Cape Breton Partnership a vu le jour en septembre 2004.

     Le Cape Breton Partnership compte plus de 150 investisseurs déterminés à investir dans la croissance économique du Cap-Breton. Le soutien et la collaboration du secteur privé restent une priorité absolue pour le Cape Breton Partnership et continuent d’être ce qui alimente le changement positif dans les attitudes et la transition de l’économie vers une nouvelle ère de prospérité.

Dorothy Barnard, porte-parole du groupe qui s’occupe du recrutement de médecins en Richmond.