Rosie Aucoin-Grace
L’ancien bâtiment du Tim Horton à Chéticamp a un tout nouveau style après avoir été transformé en un immeuble d’appartements haut de gamme.
L’ancien bâtiment du Tim Horton à Chéticamp a un tout nouveau style après avoir été transformé en un immeuble d’appartements haut de gamme.

L’ancien bâtiment de Tim’s Hortons - un tout nouveau look donne vie à la rue

CHÉTICAMP : La migration de la jeune génération à la recherche d’un emploi en particulier dans l’Ouest canadien, le vieillissement de la population et la fermeture d’entreprises locales en raison d’une économie turbulente, entre autres, a certainement eu un impact sur de nombreuses communautés rurales de l’île du Cap-Breton, y compris celles de notre comté.
Section moderne et spacieuse de la cuisine prise de l’intérieur de l’un des beaux appartements.
Photo prise à l’intérieur de l’un des appartements avec une belle vue sur le port.

Dans la région acadienne, il est toujours très intéressant de voir de nouvelles infrastructures, surtout lorsqu’un vieux bâtiment peut être restauré. L’ancien bâtiment de Tim Hortons à Chéticamp, qui a fermé définitivement ses portes en 2014, en est un bon exemple. Cela a été un coup dur pour une économie déjà en difficulté, laissant vingt employés sans travail sur une population d’environ 3 000 habitants.


Pendant des années, il n’y avait eu aucun signe d’activité, mais plutôt dans son sillage, une structure et une propriété abandonnées le long de la rue principale, au cœur du pittoresque village de Chéticamp sur la piste Cabot. Une région qui promeut fortement la région et qui compte sur le tourisme comme l’une des principales industries, ce bâtiment vacant dont les fenêtres sont recouvertes de papier brun, l’herbe n’étant pas tondue, est vite devenu une plaie visuelle qui a causé beaucoup d’inquiétude aux habitants de la région qui ont trouvé cela très irrespectueux de la part de cette entreprise. Ce café populaire était l’un des rares Tim Hortons à ne pas appartenir à un franchisé et, bien que géré localement, son destin était dicté depuis le siège social de la société à Oakville, dans l’Ontario.  


Au printemps 2020, il y avait de l’excitation dans l’air, car les résidents ont commencé à voir de l’agitation sur cette propriété et ont bientôt entendu la nouvelle que quelqu’un avait acheté la propriété. Les promoteurs, Gerard LeFort et sa partenaire, Colleen Graham, allaient transformer l’ancien bâtiment de Tim Hortons en un complexe d’appartements.  


Lors d’une récente interview avec l’animateur de la radio CKJM, Daniel Aucoin, s’est entretenu avec Gérard LeFort au sujet de ce projet spécial : « En 2017, je suis passé devant l’immeuble vacant. J’étais fatigué de voir cette structure abandonnée, une ruine dans cette belle communauté. J’ai décidé de me pencher sur la question et de voir si les propriétaires étaient intéressés par la vente de l’immeuble ». Il a poursuivi : « Je ne savais pas qu’il faudrait deux ans et demi pour que Tim Hortons vende la propriété. 


Tim Hortons a connu de nombreux changements, passant de la propriété de Wendy’s Corporation à Burger King, puis à une société brésilienne (Restaurant Brands International). Pendant tout ce temps, je pensais que nous aurions affaire à un agent immobilier local, mais à la fin de cette transaction, les papiers venaient d’un bureau au Texas. Le processus d’achat de l’immeuble a été terriblement long, mais nous l’avons finalement fait!   


En riant, LeFort a déclaré : « Je passe plus de temps à Chéticamp que partout ailleurs et je participe maintenant à ce récent projet de construction d’un immeuble d’appartements.  


Nous avons commencé la transformation de l’ancien bâtiment de Tim Horton à la mi-février 2020. L’entrepreneur local, Joey Poirier Construction Ltd., effectue les travaux sur l’immeuble, qui comprennent une vaste restauration, en partant essentiellement de zéro ainsi que l’ajout d’un deuxième niveau et plus encore. Lorsque nous avons commencé, le plan consistait simplement à ajouter le deuxième étage qui serait composé de deux appartements au dernier étage et de trois au rez-de-chaussée. L’un des locataires nous a proposé d’avoir un garage, nous avons donc ajouté deux garages. Lorsque nous avons remarqué la vue depuis les garages, nous avons décidé de mettre un appartement au-dessus de cette structure. Nous avons alors décidé de doubler la taille du bâtiment d’origine et de porter le nombre total d’unités à dix », explique M. LeFort.  


Ils ont parlé des défis à relever en cours de route et M. LeFort a expliqué : « Lorsque nous avons commencé en février dernier, personne ne savait même pas ce qu’était le Coronavirus. Comme vous le savez, au cours de l’année dernière, de nombreuses restrictions COVID-19 ont été mises en place, ce qui m’a obligé à limiter le nombre d’employés sur le site. Nous avons dû attendre plus longtemps pour obtenir du matériel, le prix de certains matériels a triplé au cours des deux derniers mois et ainsi de suite. Les articles qui devaient normalement attendre deux ou trois semaines avant d’être livrés se sont transformés en deux ou trois mois. Par exemple : les équipements de salle de bains commandés en juin auraient dû arriver en juillet, mais nous ne les avons reçus que fin octobre. Personne n’a d’excuse, personne n’a de raison, personne ne savait pourquoi cela prenait autant de temps. Tout le monde met cela sur le compte du virus COVID, où les usines sont peut-être à moitié occupées, mais où le stock disponible était très très faible ».


M. LeFort a parlé des progrès réalisés jusqu’à présent : « En dehors de tout cela, nous avons essentiellement terminé la construction de la première phase du projet, la partie principale du bâtiment et nous en sommes maintenant à la deuxième phase pour achever cinq autres unités ». Il a ajouté : « Je suis heureux d’annoncer que les premiers locataires ont emménagé dans leur appartement en décembre 2020 et n’ont que des commentaires positifs ».  


J’ai eu l’occasion de parler avec Chester Muise et sa femme Betty, les premières locataires à avoir emménagé dans ce magnifique immeuble. Chester a déclaré : « Nous sommes extrêmement satisfaits de notre environnement. Lorsque j’ai pris ma retraite à Chéticamp, après avoir été absent pendant quarante ans, nous n’aurions pas construit de maison si ce complexe d’appartements avait été disponible ». Il a ajouté : « Nous vivons au deuxième étage d’un appartement orienté au sud et nous ne pourrions pas demander un meilleur appartement, avec une vue exceptionnelle sur le port depuis le balcon de huit pieds de large. Ma femme et moi sommes tous les deux enchantés par le spacieux appartement de 1550 pieds carrés, et nous aimons l’agencement ».  


« Gérard Lefort et sa partenaire Colleen ont porté une grande attention à ce que tout soit parfait et conforme à un appartement haut de gamme. Grâce à eux, nous avons trouvé un lieu de vie exceptionnel qui correspond à notre mode de vie et à nos besoins », a conclu M. Muise.  


« Dans l’ensemble, alors que nous entamons la phase 2, outre le fait que ce soit la pire année pour se lancer dans une telle entreprise, car il y a des défis à relever en ces temps de pandémie, les choses vont aussi bien qu’on peut s’y attendre », déclare M. LeFort. Il poursuit : « Presque tous les entrepreneurs qui travaillent sur ce projet sont locaux. Il y a peut-être l’exception de deux ou trois personnes, mais je dirais que 95 % de la main-d’œuvre vient de Chéticamp ». 


Lorsqu’on lui a demandé s’il était satisfait de l’aspect du bâtiment jusqu’à présent, M. LeFort a répondu : « 100 %! Je suis très satisfait de l’équipe. Je ne pouvais pas demander mieux. Je pourrais demander un meilleur temps, mais je ne pourrais pas demander une meilleure équipe ».  


Lorsqu’ils ont discuté du calendrier d’achèvement du projet global, M. LeFort a expliqué : « De manière optimiste, d’ici la mi-avril 2021, nous devrions avoir terminé le bâtiment à 100 %. Il y aura quelques travaux d’aménagement paysager au printemps 2021, mais la construction proprement dite devrait être terminée à la mi-avril ».


L’animateur de la radio CKJM, Daniel Aucoin, a demandé s’il y avait d’autres plans pour de futurs développements dans la région et M. LeFort a déclaré : « Je ne peux pas parler beaucoup de ce que nous avons prévu, mais il y aura quelques projets plus petits, certainement pas aussi importants que celui-ci au cours de l’année 2021. 


« Je veux juste remercier tous ceux qui, au cours de l’année écoulée, ont été patients avec nous en ce qui concerne la construction en cours. Je sais que lorsqu’un projet comme celui-ci se déroule dans une petite communauté, il y a des inconvénients que nous ne pouvons pas éviter. Comme les jours où nous avons bloqué la circulation, ou les débris qui soufflent du chantier, mais nous avons une équipe formidable qui s’occupe de tout et comme je l’ai dit, je ne pouvais pas demander plus », a exprimé M. LeFort.


Ils ont conclu par une brève discussion sur le nom du bâtiment et M. LeFort a révélé : « Nous pensions au Petit Village (le petit village). Il y aura maintenant dix familles qui y vivront, dix personnes qui partagent les mêmes idées et la même tranche d’âge, entre autres. Nous espérons que le nom restera.  


Les infrastructures ont connu de nombreuses fluctuations au fil des ans, surtout dans les régions rurales du Cap-Breton, où la surface des communautés est en train de changer. Avec la technologie moderne à portée de main, plus d’opportunités économiques à l’horizon, beaucoup sont attirés par notre beau coin du monde, mais le logement est devenu un problème majeur pour ceux qui veulent s’installer ici. Nous ne pouvons qu’espérer que cette transformation de l’espace inutilisé, ce beau concept de complexe d’appartements seraient pour ainsi dire le tournant et que d’autres investisseurs suivraient le mouvement. La région a besoin de plus de développement et d’infrastructures si nous voulons que nos communautés se développent et prospèrent dans les années à venir.  


L’année 2020 a été définie par une pandémie mondiale dévastatrice qui est devenue l’accélérateur de l’une des plus grandes transformations du lieu de travail de notre vie. Les changements spectaculaires provoqués par le virus ont eu des répercussions sans précédent sur le travail et ont profondément influencé les ressources humaines. Cela a eu un impact sur les entreprises à l’échelle mondiale, un effet domino qui a été ressenti par tout le monde d’une manière ou d’une autre. Les retombées sont phénoménales. Félicitations à Gerard LeFort, Collen Graham et leur équipe pour avoir réalisé un tel projet en ces temps de pandémie!


(Nous remercions tout particulièrement Daniel Aucoin, animateur de Radio CKJM, de nous avoir permis d’utiliser certaines informations pour cet article.)