Le 27 septembre, des parents avec leurs enfants, des étudiants internationaux, des jeunes et des moins jeunes ont milité près du campus de l’Université Sainte-Anne à la Pointe-de-l’Église afin de réclamer davantage d’action en matière de lutte contre les changements climatiques.
Le 27 septembre, des parents avec leurs enfants, des étudiants internationaux, des jeunes et des moins jeunes ont milité près du campus de l’Université Sainte-Anne à la Pointe-de-l’Église afin de réclamer davantage d’action en matière de lutte contre les changements climatiques.

La marche mondiale pour le climat s’invite à la Baie Sainte-Marie

Dorothée Croze
POINTE-de-l’ÉGLISE : La Baie Sainte-Marie ne faisait pas exception au mouvement de la Semaine pour le futur, du 20 au 27 septembre, durant laquelle des événements ont eu lieu un peu partout dans le monde.

     En effet, le vendredi 27 septembre, une centaine de personnes, dont le candidat fédéral de la circonscription Nova-Ouest, Jason Deveau, ont pris part à la marche mondiale. Les militants étaient divers, il y avait plusieurs parents avec leurs enfants, des étudiants internationaux, des jeunes et des moins jeunes. L ’une des organisatrices s’est dite surprise du nombre de gens présents et elle espère que ce n’est qu’un début. La présidente de l’Équipe verte de l’Université Sainte-Anne, Kelsey Lee-Ann Monsen, originaire de la Colombie-Britannique et étudiante à l’Université, a confié : « J’étais assez impliquée chez moi, j’espérais voir la mobilisation venir jusqu’ici! C’est pour ça que je me suis jointe au comité environnemental sur le campus. » L’événement, organisé par des étudiants de l’Université Sainte- Anne et d’autres jeunes du coin, dont l’ambassadrice de l’organisation à but non lucratif « 1 for one », Vanessa Wilson, avait lieu aux alentours du campus de l’Université à la Pointe-de-l’Église.

     Tout au long de cette marche, l’on apercevait des pancartes diverses, dont certaines humoristiques, et l’on pouvait entendre des slogans du genre : « Un peuple uni jamais ne sera vaincu! », « On avance, on avance, on recule pas » ou « Crions plus fort pour que personne ne nous ignore! ». 

     Au commencement de la marche, Vanessa Wilson a déclaré : « On est plus puissant ensemble et c’est maintenant le moment où on doit absolument s’entraider [...] Notre terre est précieuse, on doit se sensibiliser à cette crise climatique et être conscient que l’unité est la seule possibilité ».

Une étudiante avec sa pancarte lors de la marche mondiale.

     Mobilisation mondiale

     Tout a commencé à l’été 2018, alors qu’une jeune Suédoise alors âgée de 15 ans, Greta Thunberg, militait devant le Parlement suédois contre l’inaction du gouvernement au sujet des changements climatiques. En novembre de la même année, elle lança la « grève scolaire pour le climat ». Puis, le mois suivant, à la suite de son discours de Katowice sur les changements climatiques, l’idée de grève se propagea dans le monde entier. Aujourd’hui, de plus en plus de gens sont inspirés par le mouvement.

     Le 27 septembre dernier, au moins 7 millions de militants de partout autour du globe étaient dans les rues afin de réclamer davantage d’action en matière de lutte contre les changements climatiques.

     Appel à la mobilisation

     Les organisateurs et organisatrices de l’événement souhaitent faire un appel à la communauté. L’une d’elles a affirmé : « Ce n’est pas normal que 200 espèces disparaissent chaque jour, que 30 terrains de football de forêts tropicales soient abattus chaque minute. Je pense qu’il est grand temps de penser le changement au lieu de changer le pansement. Parce que oui, il existe des solutions! »

     Ils et elles proposent notamment de réduire notre consommation de viande, de mieux gérer nos déchets, de tendre de plus en plus vers le zéro déchet, de nettoyer les plages, entre autres.

     De plus, ils et elles « encouragent la population à se fabriquer de petits ronds de tissus verts, préférablement avec du vieux tissu, et de les porter afin de montrer sa solidarité envers le mouvement mondial ».

     Ce genre d’événement prend de l’importance, surtout en période électorale.

Plusieurs ont participé à la marche mondiale à la Pointe-de-l’Église.