Philip Poirier s’est tout habillé pour un jour spécial. Il avait toujours un sourire pour tous ceux qu’il a rencontrés.
Philip Poirier s’est tout habillé pour un jour spécial. Il avait toujours un sourire pour tous ceux qu’il a rencontrés.

La communauté acadienne de Chéticamp pleure la perte de son ami, Philip Poirier

Rosie AuCoin-Grace
CHÉTICAMP : La région acadienne de Chéticamp et des gens de près et de loin pleurent la perte de l’ami de tous, Philip Poirier. Le vendredi 12 juillet, à l’âge de 65 ans, Philip est décédé paisiblement après une courte bataille contre le cancer au Centre Sacré-Cœur à Chéticamp. Né le 1er décembre 1953 et élevé à Chéticamp, il était le fils de feu Félix et Marie (Roach) Poirier.

     Dire que Philip manquera à sa communauté, c’est peu dire. Comment exprimer la perte d’une âme unique et d’une grande personne qui a autant contribué à sa communauté? Ayant vécu avec un handicap dans une région rurale, Philip a dû surmonter plusieurs défis dans sa vie. Entouré d’une communauté affectueuse qui a accepté Philip et l’a encouragé à être tout ce qu’il pouvait être, il est devenu un homme très respecté parmi ses pairs et était traité avec dignité.

     Philip était un grand supporteur de sports, et il est celui qui a vendu le plus grand nombre de billets de loterie pendant plus de trois décennies. En novembre 2018, les Chéticamp Atom Trailriders ont tenu leur tournoi local dans l’aréna de Chéticamp. C’était un moment dont Philip était particulièrement fier puisqu’un des faits saillants de la fin de semaine a été une présentation spéciale qui lui a été faite pour avoir vendu des billets pendant si longtemps pour le hockey mineur et en reconnaissance de ses nombreuses années de service au hockey mineur. Au cours des trente dernières années, les ventes des billets de loterie 50/50, vendus principalement par Philip, représentent plus de 250 000 $ en billets de 2 $, ce qui a permis d’offrir aux jeunes de Chéticamp et de la région avoisinante la chance de jouer au hockey.

     Il semble que Philip a toujours fait partie de l’équipe, peu importe le moment de la journée. On le retrouvait dans le village en discussion avec les gens et les visiteurs, leur vendant des billets de loterie pour le hockey mineur. En rencontrant Philip, on voyait bien qu’il était différent, mais on l’oubliait vite quand on se rendait compte que malgré ses façons enfantines et ses gestes comiques, il était très intelligent et avait de très bonnes intentions et surtout un cœur immense.

     Vers la fin de sa vie, il a déménagé chez ses bons amis, Marc et Lyne Larade et famille. « Philip était très spécial pour nous et c’était un plaisir de le soigner. Il va nous manquer beaucoup et nous allons chérir les souvenirs de notre grand ami qui a fait partie de notre famille pendant plusieurs années. Philip a laissé une marque dans nos cœurs qui ne sera jamais oubliée », a dit Lyne.

     On dit que parfois le meilleur cadeau à offrir est l’inclusion. C’était vrai pour Philip. Plusieurs gens de la communauté ont invité Philip à leurs fêtes de familles, l’ont emmené à des parties de hockey de la Ligue nationale, l’ont inclus dans des partys et l’ont même laissé chanter dans les soirées de talent au Doryman Pub ou à d’autres activités. Nous écoutions aussi Philip à la radio CKJM durant les émissions sur place à La camp à Raymond, et la liste continue. Il était un grand supporteur des Maple Leafs de Toronto.

     Oui, le visage de la communauté a changé, mais nous pouvons certainement en apprendre beaucoup du legs de Philip, un legs qui comprend le sourire à tout le monde, peu importe la race, la richesse, l’âge, tout le monde était égal à ses yeux. On ne saurait passer sous silence sa grande compassion et son amour de la vie et de sa communauté. Il ne laisse derrière lui aucun membre de sa famille immédiate, mais un grand cercle d’amis qui l’ont soigné et qui étaient sa famille (voir avis de décès à la page 15).

     Les funérailles auront lieu plus tard. Des dons à sa mémoire peuvent être faits au Trail Minor Hockey ou aux soins palliatifs du Centre de santé Sacré-Cœur.