Placide Odo, aussi connu sous le nom de P’tit Placide, était un violoniste très respecté de Chéticamp. Bien qu’il ne savait pas lire une note de musique, il jouait très bien du violon et était souvent appelé à jouer pour des mariages et des rassemblements comme La Chandeleur. Il était un contemporain de Joseph Larade et son frère Jacques (Jim) Odo était également un violoniste et un luthier.
Placide Odo, aussi connu sous le nom de P’tit Placide, était un violoniste très respecté de Chéticamp. Bien qu’il ne savait pas lire une note de musique, il jouait très bien du violon et était souvent appelé à jouer pour des mariages et des rassemblements comme La Chandeleur. Il était un contemporain de Joseph Larade et son frère Jacques (Jim) Odo était également un violoniste et un luthier.

La Chandeleur était très célébrée par nos ancêtres acadiens à Chéticamp

CHÉTICAMP : Si nous pouvions tourner les pages du temps, ce serait tout un mois de célébration chez les Acadiens. Ils avaient du plaisir pendant la Fête de la Chandeleur et du Mardi Gras. Cependant, les habitants de la région francophone de notre comté sont connus pour leur dévouement et leur détermination à conserver leurs coutumes, leur langue, leur culture et leurs croyances qui ont été transmises de génération en génération.

Cela peut être très difficile, mais grâce à la préservation des chants et des danses et à un attachement profond à leur héritage ancestral, que ce soit à petite ou à grande échelle, les Acadiens continuent de célébrer leurs anciennes coutumes. Bien sûr, en ces temps de pandémie, de nombreux ménages choisiront de simplement reconnaître la journée en cuisinant des crêpes et peut-être en jouant aux cartes avec leurs amis.


La Fête de la Chandeleur également connue sous le nom de Fête de la Lumière, cette vieille tradition est toujours célébrée dans de nombreuses régions du monde. Cette cérémonie religieuse est connue sous le nom de célébration des bougies... la célébration de la lumière - en français, La Chandeleur.


Le Mardi Gras, également appelé Shrove Tuesday ou Fat Tuesday en anglais, fait référence aux événements des célébrations du Carnaval, qui commencent le jour de l’Épiphanie (jour des trois rois) ou après et qui culminent la veille du mercredi des Cendres. Mardi gras en français, reflète la pratique de la dernière nuit de consommation d’aliments plus riches et plus gras avant le jeûne rituel du carême.


À l’origine, la Fête de la Chandeleur est une fête religieuse qui remonte à l’époque romaine. Elle célèbre la présentation de Jésus et marque la fin de la saison de Noël. Elle est célébrée 40 jours après Noël, le 2 février, et est entourée de nombreux proverbes et superstitions. Le nom de Chandeleur vient en fait du mot chandelle ou cierge, car c’est une occasion chrétienne où l’on allume et bénit beaucoup de bougies. Le mot anglais chandler vient également de Chandeleur, une sorte d’épicier spécialisé dans les fournitures et l’équipement des navires, et qui s’occupait probablement aussi des bougies.


Une autre tradition religieuse, qui a été reconnue au fil des ans, a lieu lors de la fête de la Saint- Blaise, célébrée le 3 février de chaque année. Ce jour-là, les gens se font bénir la gorge. Saint-Blaise était un évêque en Arménie au début du quatrième siècle, connu pour ses capacités de guérison miraculeuse. Une histoire indique qu’il a guéri un jeune garçon qui avait une arête de poisson logée dans la gorge et qui était en train de s’étouffer. Ce n’est là qu’un exemple des nombreux incidents qui ont conduit à ce que Saint-Blaise soit finalement considéré comme le saint patron des maux de gorge. Ces deux traditions ont été fusionnées en une seule grande fête.

 

Selon le Père Anselme Chiasson, comme il l’a écrit dans son livre Chéticamp - Histoire et traditions acadiennes, c’est ainsi qu’il a décrit la journée de la Chandeleur. « Le 2 février, outre la cérémonie liturgique des bougies à l’église, Chéticamp a célébré cette journée avec une fête sociale bien typique : La Chandeleur. Le soir, il y a eu une grande fête dansante dans chaque quartier de la paroisse. Il fallait préparer cette fête quelques jours à l’avance et, surtout, se procurer la nourriture pour le souper. Cette activité s’appelait courir la Chandeleur. Elle se déroulait dans chaque secteur par groupes de vingt à vingt-cinq jeunes. Tous étaient habillés en vieux vêtements. Seul le chef du groupe portait son habit du dimanche.

 

Le chef, portant une grande canne, a conduit ce groupe à la maison et a frappé à la porte pour demander : « Allez-vous fournir de la nourriture à La Chandeleur? » Si la réponse était affirmative, le chef se tournait vers ses compagnons et leur disait : « Entrez ». Si les personnes présentes dans la maison refusaient de donner de la nourriture pour le parti, le groupe continuait vers la maison suivante. 


À l’exception des maisons où les enfants étaient couchés, presque toutes les familles ont donné. Dans ces maisons, le groupe était invité à entrer et à exécuter la danse de l’escaouette.

 

L’un derrière l’autre et les mains sur les épaules de l’autre, tout le monde dansait en cercle autour du chef tout en sautant avec les deux pieds en même temps. Le chef, au milieu, frappant le sol avec sa canne en rythme avec la musique, en chantait : 


Tibounich’, Nabat.


Lorsque la chanson est terminée, la maison fournit tout ce qui est imaginable pour faire un festin : viande, farine, beurre, sucre, thé, et parfois même de l’anis. Les coureux ont posé la question : « Combien êtes-vous à venir à La Chandeleur? » Les gens devaient donner en fonction du nombre de personnes présentes à la fête. La même scène était jouée dans chaque maison.

 

Les coureurs portaient tout ce qui pouvait faire un vacarme infernal pour annoncer leur venue et tenir les gens éveillés jusqu’à ce que leur maison soit atteinte.

 

Auparavant, les organisateurs s’étaient arrangés avec une famille pour que la nourriture soit préparée chez eux et que la fête y ait lieu. Pour que la nourriture puisse être préparée dans cette maison et que les préparatifs nécessaires soient faits, la nourriture a été récupérée le 30 janvier. Le 2 février, à la maison désignée, les gens ont commencé à se rassembler vers 16 h. Dès qu’il y avait assez de monde, on commençait à danser à de la musique de violon, comme ce serait le cas pour un mariage. Vers 18 h, le dîner était servi. La danse se poursuivit ensuite jusqu’à 23 h 45. À cette heure précise, tout le monde s’agenouilla pour les prières du soir, ce qui mit fin à la fête à minuit.

 

Les jours précédents, le prêtre venait toujours à la fête pour manger et socialiser avec les gens. Il jouait aux cartes avec les hommes plus âgés. Le dîner était à peine terminé que le père Fiset disait : «Vite !» Débarrassez la table pour qu’on puisse jouer aux cartes!»

 

Pendant longtemps, tout s’est bien passé, sans abus. Mais, avec le temps, la boisson a été introduite, la danse a continué jusqu’à 2 h du matin et les querelles ont commencé. Le père Girroir a dû interdire La Chandeleur. Le père Fiset, qui l’a de nouveau autorisée, a dû l’annuler à cause des mêmes abus. Le dernier party de la Chandeleur à Chéticamp a eu lieu en 1907 à Belle-Marche, chez William (à Isidore) Deveau.


Crêpes Chandeleur : Dans plusieurs familles, les crêpes étaient le souper traditionnel de la journée de la Chandeleur. Mais désormais, tout le monde pouvait en manger. La pâte était préparée par les cuisiniers, mais chacun devait retourner ses propres crêpes en les cuisinant. Celui qui ne pouvait pas retourner ses crêpes sans les faire tomber par terre n’était pas autorisé à les manger.


Nos ancêtres célébraient fidèlement La Chandeleur. Il y avait beaucoup de préparations et l’excitation tournait autour de ce jour spécial. Oh, si seulement nous pouvions retourner en arrière et célébrer ces traditions avec nos proches du passé. Il y aurait une infinité de questions posées, d’innombrables photos prises, des rires et de bons souvenirs à chérir pour toujours.


Les célébrations de La Chandeleur à la salle paroissiale de Saint-Joseph-du-Moine il y a plusieurs années.
M. l’Escaouette fait toujours partie des célébrations acadiennes à Chéticamp.