Georges Arsenault anime une causerie à Miscouche.
Georges Arsenault anime une causerie à Miscouche.

Georges Arsenault anime une causerie à Miscouche lors du CMA 2019

Norbert LeBlanc
MISCOUCHE, (Î.-P.-É.) : Dans le cadre du Congrès Mondial Acadien 2019, un des grands événements a été la Journée de commémoration, qui a eu lieu sur le terrain de la paroisse Saint-Jean-Baptiste. Les activités principales ont été une causerie de Georges Arsenault, une exposition extérieure sur les conventions nationales, un marché d’artisans, des spectacles de musique et de danse, un défilé illuminé et un spectacle son et lumière.

     Les activités de la Journée de commémoration ont commencé par une causerie à 11 h, animée par Georges Arsenault dans l’église de la paroisse de Miscouche. Un grand nombre de personnes se sont déplacées pour écouter Georges Arsenault faire une réflexion sur la rencontre des Acadiens à Miscouche en 1884.

     Georges Arsenault est un folkloriste et historien canadien. Il est né en 1952 à Abram-Village, un village fier de ses racines acadiennes. Il a obtenu un baccalauréat en sciences sociales de l’Université de Moncton en 1974 et a fait sa maîtrise en arts à l’Université Laval de 1975 à 1979. Il a enseigné à l’Université de l’Île-du-Prince-Édouard, où il a également occupé une chaire d’enseignement en études acadiennes.

     M. Arsenault a commencé sa présentation en parlant de la première rencontre des dirigeants acadiens en 1880 à Québec. Cette rencontre donna lieu à l’organisation de la première convention des Acadiens à Memramcook en 1881. Puis, les leaders acadiens décidèrent de tenir une deuxième convention des Acadiens à Miscouche en 1884. George Arsenault a expliqué que Miscouche avait été choisi en raison de son emplacement stratégique sur l’Île. Cette deuxième convention eut lieu les 14 et 15 août sur le terrain situé entre l’église et le couvent et, dès le début, la seule opposition à cette rencontre semblait venir de l’épiscopat de la province. Puis l’évêque de l’époque laissa tomber son opposition et la convention prit place.

     Georges Arsenault a ajouté qu’il y avait de 4000 à 5 000 personnes présentes à la messe tenue à l’extérieur, et que cette deuxième convention avait attiré 150 délégués. Il est à noter qu’un grand nombre de personnes à cette 2e convention participaient déjà au pique-nique annuel de la paroisse.

     Pendant cette deuxième convention des Acadiens, on discuta des sujets suivants : la colonisation et l’immigration; la langue et l’éducation en français; le drapeau et le chant national des Acadiens; l’agriculture; le commerce et les industries. Les délégués à cette deuxième convention comprenaient les membres du comité organisateur, des politiciens acadiens, des curés et des prêtres de paroisses, et des représentants choisis par les paroisses.

     De nombreuses décisions ont été prises à cette rencontre. Parmi les plus importantes, mentionnons le choix du drapeau acadien, le tricolore étoilé; l’hymne national des Acadiens, Ave Maris Stella et la devise des Acadiens, « l’Union fait la force ».