Photo de groupe de personnes dévouées à la cause, prise lors du nettoyage des berges de l’île de Chéticamp le 15 août dernier.
 Photo de groupe de personnes dévouées à la cause, prise lors du nettoyage des berges de l’île de Chéticamp le 15 août dernier.

Faire une différence lors du nettoyage des berges de l’île de Chéticamp

Rosie Aucoin-Grace
CHÉTICAMP : Beaucoup de gens ont peut-être profité du temps chaud et ensoleillé du samedi 15 août sur les belles plages ou célébré la Fête nationale des Acadiens, mais pour d’autres, ils se sont dirigés vers le nettoyage du littoral de l’île de Chéticamp. Pour beaucoup, leur journée à la plage a été beaucoup plus enrichissante que de s’allonger sur la plage à absorber les rayons. Ces personnes dévouées travaillaient bénévolement dans leur communauté pour un lendemain plus propre et plus vert et il faut les féliciter pour les efforts qu’elles ont déployés afin que le joli rivage ait l’air vierge lors de l’une des journées les plus patriotiques de l’Acadie.

Les principaux commanditaires de cet événement étaient les suivants L’Association environnementale du Cap-Breton, le Conseil des Canadiens, la Fondation David Suzuki - One Nature et la Côte musicale du Canada - comté d’Inverness. Ce groupe de nettoyage s’est concentré sur la plage, la dune et la zone de banc de sable le long du littoral de l’île de Chéticamp.


Le nettoyage a commencé vers 13 h. Certains s’étaient inscrits à l’avance et d’autres se sont simplement présentés. Près de quarante personnes, dont quelques familles, se sont rassemblées pour aider à nettoyer le rivage. 


Un des participants, André Bourgeois de Chéticamp, a parlé de cet événement. « C’était formidable de voir des gens de tous âges venir soutenir le nettoyage des berges de la communauté. Surtout pour nos jeunes, il est tellement important de donner l’exemple; et pour eux de faire l’expérience directe de la façon dont notre comportement, individuellement et collectivement par rapport à notre environnement naturel, peut faire une différence » a-t-il poursuivi, « Il y aura éventuellement un rapport détaillé de ce qui a été recueilli, mais je peux dire avec certitude que les éléments suivants faisaient partie des débris. Des bouteilles en plastique, des canettes de bière et de boissons gazeuses, divers plastiques, beaucoup de cordes et de filets de pêche, un tapis, des bouées, beaucoup d’élastiques de pinces de homard, des capsules de bouteilles, du carton-papier et quelques matériaux de construction. Tout cela représentait au moins deux douzaines d’énormes sacs ».

 

« Merci à tous ceux qui ont participé d’une manière ou d’une autre et à ceux qui, localement, ont aidé à promouvoir et à faire passer le message », a conclu Bourgeois.

 

« Le samedi 15 août a été une journée formidable pour se réunir et faire un nettoyage du littoral. L’Association environnementale du Cap Breton (CBEA) a collaboré avec un certain nombre d’organisations pour organiser un événement réussi », a déclaré le président de la CBEA, Dylan Yates. Il a ajouté : « Nous aimerions remercier la communauté de Chéticamp d’être venue et d’avoir fait de cette journée un succès et un grand merci à la municipalité pour son aide. Nous reviendrons certainement et nous avons eu beaucoup de plaisir. Être témoin de la fierté de la communauté est l’un des points forts du bénévolat avec la CBEA, voir tant de gens se rassembler pour faire une différence est très inspirant ».


La réduction de la pollution du littoral et le maintien des eaux propres et vierges qui font la réputation de la province sont importants pour les Néo-Écossais. C’est pourquoi le nouveau programme de nettoyage des débris marins apporte un soutien financier pour enlever les débris marins perdus et rejetés des côtes et des eaux.


Quelques-uns des débris recueillis lors du nettoyage des rives de l’île de Chéticamp.

« Les fruits de mer de la Nouvelle-Écosse sont connus pour provenir d’un environnement océanique propre et vierge », a déclaré le ministre des Pêches et de l’Aquaculture, Keith Colwell. « Ce programme contribue à maintenir d’importantes zones de pêche et d’aquaculture exemptes de débris et démontre nos efforts pour rester le leader d’une industrie respectueuse de l’environnement ».

 

Le programme fournit un financement de 100 000 dollars et est ouvert aux organisations des industries de la récolte, de la transformation, de l’achat ou de l’aquaculture des fruits de mer, ainsi qu’aux organisations communautaires travaillant en partenariat avec ces industries. Le programme finance jusqu’à un maximum de 5 000 dollars par projet.

 

« Les débris marins sont un problème qui a des implications mondiales sur nos écosystèmes marins. Il est primordial que nous gardions nos océans libres de débris. Des programmes de financement comme celui-ci permettront à notre organisation de poursuivre ses initiatives sur les débris marins et contribueront directement à la conservation des océans », déclare Dylan Yates, de la CBEA.

 

« Nos actions individuelles d’aujourd’hui ont un impact direct sur les océans de demain. Nous devons faire ce que nous pouvons pour empêcher les plastiques et autres formes de débris marins de pénétrer dans l’océan », a conclu Dylan Yates.

 

Bénévole en matière communautaire, résident de Chéticamp, Paul Strome a à cœur la préservation et la protection de l’environnement. Il est à l’origine de cette initiative en raison de son association de longue date avec le Conseil des Canadiens et la Fondation David Suzuki. « Tout ce que nous savons et croyons doit maintenant devenir le fondement de notre mode de vie. À ce tournant de notre relation avec la Terre, nous travaillons pour une évolution : de la domination au partenariat ; de la fragmentation à la connexion; de l’insécurité à l’interdépendance. Je suis fermement convaincu qu’il faut rassembler les personnes et les organisations qui partagent les mêmes idées pour lutter contre le changement climatique ». Il a ajouté : « Chacun devrait avoir le droit à un environnement sain et cela devrait être inscrit dans la constitution canadienne!


« C’était très motivant de voir un groupe de personnes aussi merveilleuses se rassembler pour aider à garder nos plages propres », a déclaré un participant, Velvet Dodge.

 

Le nettoyage des plages est une activité bénévole qui a lieu régulièrement le long des côtes du monde entier. Des groupes environnementaux, des organisations civiques et des particuliers ramassent les déchets sur les plages afin de les rendre plus agréables et plus sûres et d’améliorer l’écosystème côtier et océanique.

 

Ces nettoyages sont également une occasion d’apprentissage pour les citoyens. Il y a une grande différence entre voir des photos de pollution plastique en ligne et en être témoin sur une plage réelle. Cela fait réfléchir à l’impact des produits non biodégradables que nous utilisons et à la manière dont ils affectent l’environnement.


 Les nettoyages sont de merveilleuses occasions de faire des travaux de réhabilitation à grande échelle sur les plages. Mais il n’est pas nécessaire d’attendre le prochain nettoyage pour commencer. Prendre la responsabilité de ses propres déchets plastiques est déjà un pas dans la bonne direction. Prendre conscience de la façon dont nous utilisons et éliminons les choses est une façon de commencer à améliorer ce monde et nos océans pour la prochaine génération.

 

La quantité de débris le long des côtes de nos belles communautés rurales et le long des routes laisse beaucoup de gens perplexes. C’est tellement bouleversant et accablant de voir notre petit coin de paradis jonché de détritus comme nous le voyons cet été. La question que je me pose est la suivante : pourquoi et comment les gens peuvent-ils utiliser les rivages comme décharges, comment certains de ces objets ménagers étranges atteignent-ils les plages et les zones forestières, pourquoi le matériel de pêche n’est-il pas ramené par bateau sur la côte pour y être éliminé de manière appropriée, pourquoi les gens jettent-ils leurs déchets hors de leur véhicule au lieu de les mettre simplement dans un sac et de les ramener à la maison ou de les mettre dans des poubelles en chemin, et la liste est longue. Ces personnes qui jettent leurs déchets ne réalisent-elles pas l’impact que cela a sur notre environnement, la santé et la sécurité des personnes vivant dans ces régions ainsi que l’effet négatif que cela a sur l’économie locale et mondiale? Il est temps de changer cette mentalité pour « Emballez-les Emballez-les et mettez les ordures à leur place!

     

 Nombreux sont ceux qui, en tant que bénévoles, veillent à la propreté des rivages et des océans. Ils affirment qu’il est agréable de jouer leur rôle et que contribuer à l’environnement est si important pour leur communauté... après tout, ils contribuent en tant que fiers Canadiens.


« Il n’est pas nécessaire de savoir quel « expert » croire, il suffit de parler aux anciens autour de vous, aux personnes qui vivent dans votre région du monde depuis soixante-dix ou quatre-vingts ans. Demandez-leur ce dont ils se souviennent de l’air, des autres espèces, de l’eau, des quartiers et des communautés, de l’attention qu’ils portent aux autres et de la façon dont ils communiquent et se divertissent. Nos aînés nous parlent des immenses changements qui se sont produits en l’espace d’une seule vie humaine; il suffit de projeter le rythme des changements qu’ils ont connus à l’avenir pour avoir une idée de ce qu’il pourrait rester dans les décennies à venir. S’agit-il d’un progrès? Ce mode de vie est-il durable?


C’est tellement agréable de voir des membres de la jeune génération travailler pour un avenir plus propre et plus radieux lors du nettoyage des berges de l’île de Chéticamp.