De gauche à droite : Judy Frotten et Kaitlin Wood.
De gauche à droite : Judy Frotten et Kaitlin Wood.

Entretien avec des entreprises et des organismes de la région de Par-en-Bas : La société historique d’Argyle et les archives réagissent à la pandémie

Norbert LeBlanc
TUSKET : La société historique d’Argyle, une organisation à but non lucratif, en collaboration avec les archives d’Argyle continue à offrir un service incroyable à ses membres et au public. Les employés de cette société sont des employés de la municipalité d’Argyle et il est à noter que la société historique d’Argyle est gérée par son conseil d’administration, dont Jennifer Surette une Acadienne de la région est la présidente.

Un représentant du Courrier de la Nouvelle-Écosse et un représentant du CDÉNÉ ont rencontré Judy Frotten et Kaitlin Wood le mardi 19 janvier pour discuter comment leur organisation a réussi à naviguer pendant la pandémie causée par la COVID-19. Judy Frotten est l’agente de développement de patrimoine pour la municipalité d’Argyle. Kaitlin Wood est l’archiviste municipale depuis quelques années. Mme Wood a remplacé Peter Crowell qui a travaillé de nombreuses années pour la municipalité et pour la société historique. La société historique comprend deux employés à plein temps et un employé contractuel qui travaille sur un contrat de six mois. Pendant les mois d’été, il y a à peu près 10 employés, y inclus les étudiants d’été qui travaillent pour la société historique.


Mme Frotten nous a informés que le Musée n’a pas ouvert ses portes pour des visites guidées pendant l’année 2020. La boutique du Musée a également fermé ses portes pendant la pandémie, cependant les gestionnaires de la société ont continué à vendre des livres en ligne et en utilisant les médias sociaux.


Judy Frotten nous a expliqué que pendant les mois d’été, elle a déménagé son bureau dans une chambre au Musée et Kaitlin Wood a continué à travailler aux archives. Elle a noté que la société historique avait embauché deux étudiants pendant l’été pour travailler dans les archives de la municipalité.


En ce qui regarde les précautions prises pour continuer à fonctionner pendant la deuxième vague de la pandémie, Judy Frotten nous a informés que le public qui veut utiliser les services des archives peut le faire en organisant un rendez-vous avec les gestionnaires des archives. Le public qui se rend aux archives doit respecter le port de masque, la distanciation et la désinfection des mains. Le nombre maximum de personnes qui sont permises dans les archives est huit personnes. Les rencontres du conseil d’administration ont été des rencontres virtuelles et cette nouvelle réalité leur cause parfois des ennuis à cause de manque d’accès à l’internet.


La société historique d’Argyle nous a rapporté qu’elle n’a pas profité des programmes gouvernementaux pendant la pandémie. Mme Frotten nous a partagés que leur principale source de revenus sont les cotisations des membres et que les membres qui font partie de la société apprécient la rédaction de l’Argus, leur bulletin d’information.


Selon l’agente de développement de patrimoine, la société avait perdu 10 % de ses membres pendant la pandémie et son souhait est que ces membres vont revenir et renouveler leur cotisation.


En ce qui concerne leurs outils de marketing, Judy Frotten nous a informés que la société utilise les médias sociaux ainsi que les suivants : Doers and Dreamers et le guide touristique de YASTA. Elle a noté que la société autrefois faisait une promotion sur le traversier, The Cat, pour inviter des visiteurs et des touristes de l’extérieur de la région.


La principale leçon apprise pendant la pandémie est que les membres de la société peuvent travailler de la maison et peuvent rendre un service très efficace.


Mme Frotten a terminé son entrevue en constatant que beaucoup des leçons de la dernière année ont été des expériences positives. Elle est maintenant en train de regarder à la possibilité d’organiser des visites guidées virtuelles des régions de la municipalité. Elle souhaite aussi que dans le futur que les rencontres aux archives soient par rendez-vous, une situation qui permet à elle et son équipe de mieux se préparer à la livraison du service d’information de la société et des archives.