Colette Weaver, la coordonnatrice du premier tintamarre à Wedgeport
Colette Weaver, la coordonnatrice du premier tintamarre à Wedgeport

Du « tronne » dans Wedgeport pendant le 15 août

Norbert LeBlanc
WEDGEPORT : Les résidents de Wedgeport ont vécu leur premier tintamarre le 15 août 2020. Un tintamarre est une tradition acadienne qui consiste à marcher à travers sa communauté en faisant du bruit, souvent pour la célébration de la Fête nationale de l’Acadie. Notre recherche sur ce sujet nous indique que le terme tintamarre provient du mot d’origine française qui signifie « sons discordants ». Cette pratique qui date de 1955 démontre la vitalité et la solidarité de la société acadienne et veut rappeler aux autres qui observent ou qui participent que les Acadiens sont présents et ils n’ont pas peur de s’affirmer.
Colton LeBlanc, député d’Argyle-Barrington, et chauffeur du curé de la paroisse, le père Albeni d’Entremont.

Le premier tintamarre a eu lieu à Moncton en 1955 pour célébrer le 200e anniversaire de la Déportation des Acadiens. Le 2e tintamarre a eu lieu en 1979 et cette deuxième tentative a été coordonnée par la Société Nationale de l’Acadie. Le plus grand des Tintamarres est toujours organisé à Caraquet, situé dans le cœur de la Péninsule acadienne au Nouveau-Brunswick.


Inspirées par ces tintamarres, Colette Weaver, résidente du village acadien de Wedgeport, et Acadienne fière de ses origines a décidé que le temps était propice pour organiser ce gendre de manifestation dans sa communauté adoptive de Wedgeport. Mme Weaver est l’agente de développement scolaire et communautaire pour École Wedgeport et a déjà coordonné une telle activité. En effet en 2004, pendant le Congrès mondial acadien, Colette Weaver était employée du Département des loisirs de la municipalité de Clare et une de ses nombreuses tâches a été d’organiser le premier tintamarre en Clare. Lors d’une entrevue avec Mme Weaver le lundi 17 août, elle nous a parlé de cette première tentative. Elle nous a informés que son premier Tintamarre comprenait trois groupes ; un groupe à Corberrie, un groupe à Saint-Bernard et un groupe à la Rivière-aux-Saumons. Les trois groupes ont tous quitté leur région pour se rendre au campus de l’Université Sainte-Anne. Cette pratique a continué année après année et a sans doute inspiré Colette Weaver à créer une telle activité dans la région de Par-en-Bas.


Elle nous a avoué que ça faisait un bout de temps qu’elle avait eu une conversation avec Sally Kenney avec but d’organiser un tintamarre dans la région de Par-en-Bas. Elle a constaté que cette année était un bon temps d’organiser une telle activité pour plusieurs raisons : avec les réalités de la pandémie causée par la COVID-19, il est presque impossible d’organiser des activités avec de grandes foules. Elle a conclu que cette activité avait lieu à l’extérieure et que la distanciation exigée par Santé publique de la Nouvelle-Écosse pouvait se faire sans difficulté. Ayant choisi la date du 15 août, elle a invité les gens de la communauté à décorer leurs automobiles en respectant les couleurs du drapeau acadien, et à se rendre à la Caisse populaire de Wedgeport pour 18 h. À sa grande satisfaction, 16 personnes ont choisi de décorer leur auto et de participer dans le défilé qui a commencé à la Caisse populaire et qui s’est terminé au Musée de Thon. Elle a noté qu’un grand nombre de résidents de Wedgeport sont sortis de leur maison afin de reconnaître ces fiers Acadiens. Parmi les invités qui ont participé à ce premier tintamarre, il y avait Sally Kenney, Colton LeBlanc et Père Albéni d’Entremont.


Colette Weaver a terminé son entrevue en nous partageant les deux buts de ce tintamarre. Le premier but était de créer une fierté avec la population acadienne de la région. Le deuxième but était pour commencer à se préparer pour le Congrès mondial acadien 2024. Suite à cette activité, Mme Weaver a conclu qu’il faut absolument répéter cette expérience l’an prochain et elle nous a confié que tous les rapports qu’elle a reçus à ce jour ont été positifs.