Gilberte Doelle, propriétaire de Wild Rose Farm et Paul Lalonde.  
Gilberte Doelle, propriétaire de Wild Rose Farm et Paul Lalonde.  

De la terre à la table!

Lisa Doucette
Lisa Doucette
BAIE SAINTE-MARIE : Beaucoup de gens n’ont aucun problème à cultiver leurs propres fruits et légumes. Mais que se passe t il si vous ne pouvez pas le faire? Que ce soit parce que vous n’avez pas le terrain nécessaire pour cultiver, que des limitations physiques vous empêchent de le faire ou que vous n’avez aucune envie de cultiver vos propres légumes, il existe néanmoins un moyen d’obtenir des fruits et légumes locaux, biologiques et de bonne qualité sans aller à l’épicerie ni grever votre budget.
Notre achat de légumes de l’ASC.  

L’ASC, ou l’agriculture soutenue par la communauté, existe depuis plusieurs dizaines d’années.  


Le programme d’ASC est disponible plus ou moins partout dans la province, et sa raison d’être est simple : pouvoir se procurer des aliments biologiques, locaux et frais.  


J’ai rencontré Gilberte Doelle de Wild Rose Farm à Gilbert’s Cove. Elle a lancé son ASC il y a 15 ans et c’est la plus ancienne de la Nouvelle-Écosse. Gilberte m’a expliqué que les ASC sont importantes pour les fermiers, car ils apportent de l’argent à la ferme avant le début de la saison en leur procurant un fonds de roulement. C’est aussi un bon moyen pour les producteurs de savoir ce qu’il faut planter et en quelles quantités.


Le principe est le suivant : au début de chaque saison, vous payez à l’avance à la ferme les produits de l’été, ce que l’on appelle une part. Chaque ferme est différente, certaines proposent des parts entières, d’autres des parts partielles, alors informez-vous avant de vous engager.  


L’ASC printemps/été de Wild Rose Farm dure 13 semaines, et votre panier contiendra huit à dix légumes ou fruits chaque semaine, en fonction de ce qui a été récolté cette semaine-là. L’ASC d’automne dure également 13 semaines, de la mi-août au début novembre, et dépend encore une fois de ce qui pousse à ce moment-là.  


En général, les paniers d’ASC comprennent d’abord des verdures, de la rhubarbe, puis au fil de la saison, des haricots, des tomates, des carottes, des pommes de terre, de l’ail, des concombres et enfin se terminent d’ordinaire par des légumes comme les courges d’hiver.  Bien sûr, ce n’est qu’un petit aperçu de ce qui pourrait se trouver dans votre panier pendant la saison.


Gilberte a eu la gentillesse de me fournir mon propre panier pour que mon mari et moi puissions voir de quoi il s’agissait. Ce fut presque comme le matin de Noël, car on ne sait jamais ce qu’il y aura dans le panier de la semaine! Dans mon panier, il y avait des oignons verts, de la ciboulette, des épinards, de la laitue, des légumes verts mélangés, des feuilles de bettes, un sac de haricots secs avec une recette pour les cuisiner (Dieu merci, car je n’ai aucune idée de la façon d’utiliser des haricots secs dans une recette!) et des jeunes pousses de hosta. Ces dernières pousses m’ont un peu surprise. J’avais entendu dire que des gens en mangeaient, alors c’était le moment idéal d’y goûter moi-même.


Ce qu’il y a de particulier avec l’ASC, c’est que non seulement votre nourriture est fraîche et locale (ce qui réduit vos émissions de carbone), mais elle est aussi surprenante! La plupart des ASC ne permettent pas de substitutions, ce n’est donc pas un programme pour les fine-bouche ou les mangeurs capricieux.  Gilberte a mentionné qu’elle a remarqué que les Acadiens sont des foodies. Dans notre culture acadienne, la nourriture est importante pour nous, elle nous définit presque. Nous savons donc comment cuisiner même les légumes bizarres et étranges.  


J’ai interviewé l’un de ses clients, Paul LaIonde, puisqu’il fait partie de l’ASC depuis les premiers jours. Pourquoi fait-il partie d’une ASC? Est-ce plus cher que d’acheter en magasin? La réponse pourrait vous surprendre. Il aime l’ASC parce qu’elle lui permet de s’assurer qu’il mange ses légumes chaque semaine. Est-ce plus cher que dans les épiceries? Comme il dit : « Il est impossible de comparer les prix. À l’épicerie, les aliments ne sont pas locaux. Il est important pour moi d’acheter autant d’aliments locaux que possible. L’ASC permet cela. De plus, je n’ai pas à me soucier du prix chaque fois que j’achète des aliments biologiques locaux. Il suffit de payer une fois et de ne plus y penser. » Cela aide le fermier local, et réduit les émissions de carbone. Comme les produits n’ont pas parcouru une grande distance, ils contiennent plus de vitamines et ils sont plus nutritifs.  Je pense que Paul a peut-être découvert quelque chose.


Si les aventures alimentaires ne sont pas vraiment pour vous, Wild Rose Farm a un programme un peu différent de la plupart des autres ASC.  Le programme des pétales de rose a vu le jour lorsqu’un client (allergique aux crucifères comme les choux, le brocoli, le navet, etc.) a voulu participer au programme de l’ASC. Chez Wild Rose, ils ont constaté que beaucoup de gens avaient des allergies et se sont rendu compte que tout le monde n’était pas aussi aventurier. Ils ont donc mis au point le programme de pétales de rose. Vous achetez les pétales en paquet, donc plus tôt vous achetez votre paquet de pétales, moins cher il est. Lorsque vous décidez d’acheter un produit, chaque pétale vaut un dollar. Les pétales peuvent être échangés au stand de la ferme ou au marché des fermiers à Annapolis ou en commandant à l’avance en ligne. De cette façon, vous obtenez exactement ce que vous voulez, et la ferme dispose d’un fonds de roulement. 


Les programmes d’ASC les plus importants fonctionnent généralement en partenariat avec d’autres fermes, ce qui vous permet d’obtenir une part d’œufs, une part de viande ou même une part de fleurs. 


Il y a toutefois une certaine confusion entre une boîte alimentaire et une boîte ASC. Cette dernière provient de vos fermiers locaux et est, dans 99 % des cas, biologique. Une boîte alimentaire n’est qu’un abonnement à certains aliments fournis par des fermes locales ou des épiceries ordinaires, ce qui signifie qu’il est possible que les produits ne soient ni locaux ni biologiques. Prenez donc des décisions éclairées avant de donner votre argent durement gagné à une organisation. 


Maintenant que vous avez toutes les informations dont vous avez besoin, partez à la recherche de votre ASC locale et préparez-vous à manger de délicieux légumes frais chaque semaine !