Clyde deViller, coordonnateur des conseils communautaires de santé.  
Clyde deViller, coordonnateur des conseils communautaires de santé.  

Clyde deViller parle des récipiendaires du Fonds pour le bien-être

Norbert LeBlanc
YARMOUTH : Le Courrier de la Nouvelle-Écosse a eu une conversation avec Clyde deViller le mardi 23 mars afin de discuter du projet des Conseils communautaires de santé pour la région de l’Ouest de la Nouvelle-Écosse en ce qui concerne les récipiendaires du Fonds pour le bien-être. Cette conversation qui aurait normalement eu lieu à son bureau à l’hôpital de Yarmouth a cependant eu lieu à sa résidence à Yarmouth. Depuis l’arrivée de la pandémie, les coordonnateurs des conseils de santé ont été invités à travailler à partir de leur résidence.

Dans sa position, Clyde deViller est responsable de la coordination de trois conseils de santé situés dans le comté de Yarmouth, la municipalité de Clare ainsi que la ville et la municipalité de Digby. Lors de l’entrevue avec M. deViller, il nous a expliqué que le secteur ouest de Santé Nouvelle-Écosse a reçu du financement d’au-delà de 189 000 $ pour financer des projets qui appuient les priorités en matière de santé de la population des collectivités. Le secteur de l’ouest comprend onze conseils communautaires de santé qui sont situés dans les comtés de Yarmouth, Shelburne, Queens, Lunenburg, Digby, Annapolis et Kings.


Suite à un communiqué de presse du 16 mars, il a été annoncé que les subventions du Fonds pour le bien-être des conseils communautaires de santé sont accordées annuellement à des organismes sans but lucratif de toute la province qui se concentrent à l’amélioration de la santé de leurs collectivités. M. deViller a ajouté que les écoles et les municipalités de la région sont également invitées de soumettre des projets, et que les individus et les entreprises ne qualifient pas pour soumettre des projets.


Ce projet de Fonds communautaires a été lancé à travers la région en juin 2020 et ceux qui ont voulu faire demande ont eu jusqu’à minuit le 15 octobre dernier. M. deViller a été invité à regarder aux demandes de projet au niveau provincial qui ont été soumises en français, car il est un des seuls qui peut comprendre et gérer ce genre de projet qui sont soumis en français.


M. deViller nous a parlé longuement du processus pour faire demande à ce Fonds de bien-être. Il nous a informés que ceux qui ont fait demande ont dû répondre à un défi causé par la pandémie. Il nous a également mentionné que le maximum octroyé pour un projet était de 10 000 $ au lieu de 3 000 $. Ceux et celles qui ont fait demande de projet ont dû s’aligner aux quatre priorités principales de leur conseil de santé et les priorités de la région sont les suivantes: la sécurité alimentaire; les loisirs et le bien-être; les logements et les liens communautaires. Il va sans dire que les projets qui sont octroyés doivent soutenir une ou plusieurs de ces priorités. Les demandes doivent s’aligner avec un déterminant de la santé.


Clyde deViller nous a informés que 16 projets ont été acceptés dans les régions desservies par ses trois conseils de santé. Le projet avec le plus de financement était un projet d’une valeur de 5 023 $ et le plus petit avait une valeur de 429 $. Cinq projets de bien-être ont été octroyés dans la région de Clare et le comté de Yarmouth avait reçu sept projets dont trois touchaient les résidents d’Argyle.


Clyde deViller a terminé son entrevue avec deux précisions. Il est très content de la participation de la communauté dans ces projets et il a parlé de son rôle dans la coordination de son projet. Il a collaboré avec les conseils de santé qui sont responsables de la sélection et les montants de chaque projet.