Chris d’Entremont, le député de Nova-Ouest.
Chris d’Entremont, le député de Nova-Ouest.

Chris d’Entremont réagit à la crise dans la pêcherie à la Baie Sainte-Marie

Norbert LeBlanc
OTTAWA : Les tensions entre les pêcheurs commerciaux et les autochtones continuent à s’épanouir. Il paraît que le tout a déclenché une fois que la communauté micmaque de la Nouvelle-Écosse a décidé d’ignorer une impasse dans laquelle les autochtones et les pêcheurs de homards de la région se trouvent depuis plus de vingt ans.


La situation est devenue pire la semaine dernière où un grand nombre des membres de la communauté des premières nations s’est rencontré dans la région de Saulnierville pour participer à une cérémonie pour souligner le lancement de la pêche au homard pour la première nation de Sipekne’katik. Pendant cette cérémonie sept pêchers autochtones ont été accordés des licences de pêche et des étiquettes à apposer sur leurs casiers à homards. Cette cérémonie a eu lieu 21 ans après la décision de la Cour suprême (17 septembre 1999) dans le cas de Donald Marshall. La Cour suprême avait décidé que Donald Marshall avait le droit de pêcher en vertu des traités de paix et d’amitié signés par les premières nations au 18e siècle.


Pour en comprendre davantage, Le Courrier de la Nouvelle-Écosse a communiqué avec Chris d’Entremont le lundi 21 septembre. Nous avons joint Chris d’Entremont par téléphone de son bureau à Ottawa. M. d’Entremont nous a confié qu’il souhaitera être dans sa circonscription de Nova-Ouest afin d’écouter aux inquiétudes des deux côtés. Il nous a rappelé que du moment qu’il retourne à sa circonscription il sera forcé de vivre en isolation pour 14 jours, une situation qui lui pose des obstacles de communication avec ses électeurs.


Chris d’Entremont nous a informés que lui, et son collègue Richard Bragdon ont écrit à Bernadette Jordan, la ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne. Cette lettre a été envoyée à la ministre le 16 septembre et dans cette lettre il a exprimé très clairement que son refus (madame Jordan) de s’engager dans cette crise « indique que vous n’allez pas prendre les mesures nécessaires pour soutenir nos communautés côtières ». M. d’Entremont a également expliqué à la ministre qu’elle avait les responsabilités suivantes : de négocier une subsistance convenable avec les Micmacs de la Nouvelle-Écosse; d’ordonner à votre ministère de contrer la pêche illégale; de gérer et de protéger les pêches du Canada.


M. d’Entremont a terminé sa lettre en demandant à la ministre de prendre les mesures suivantes : se rendre immédiatement dans Nova-Ouest et de rencontrer les pêcheurs; entreprendre des négociations avec les Micmacs de la Nouvelle-Écosse en vertu de la décision Marshall; collaborer avec le ministère de pêcheries provincial afin de contrer la pêche, la transformation et les expéditions illégales. Il a conclu que la sécurité des Canadiens devrait être primordiale et il a terminé avec la déclaration suivante « nous attendons des mesures concrètes ou votre démission ».


Pendant notre entrevue avec le député d’Entremont, il nous a partagé les origines de ce conflit. Il a déclaré que la décision Marshall voulait assurer une subsistance convenable pour les premières nations et cette subsistance convenable devrait avoir lieu sans faire du mal aux pêcheurs commerciaux. M. d’Entremont à ajouter que la pêche au homard était très importante en région et que les pêcheurs étaient inquiets à cause de la diminution de homards dans la dernière saison. Il a précisé que les pêcheurs locaux sont très inquiets pour la conservation du homard pour le futur.