Les vétérans de guerre Raymond Chiasson et feu Louis Joseph Maillet lors d’une campagne de coquelicots à la NSLC de Chéticamp en 2019.  
Les vétérans de guerre Raymond Chiasson et feu Louis Joseph Maillet lors d’une campagne de coquelicots à la NSLC de Chéticamp en 2019.  

Chéticamp pleure la perte du dernier survivant de la Seconde Guerre mondiale

Rosie Aucoin-Grace
CHÉTICAMP : De nombreux résidents de Chéticamp et des environs, leur famille et leurs amis ont été profondément attristés en apprenant la nouvelle que Louis Joseph Maillet était décédé au Camp Hill Veterans Memorial Hospital le 12 février 2021 à l’âge de 94 ans.
Cette bouteille a été offerte à feu Louis Joseph Maillet par un prisonnier de guerre allemand, lors d’un de ses voyages à l’étranger. Elle contenait une note manuscrite sur un morceau de papier qui disait « Ce navire de bouteilles a été donné à un marin canadien pour un paquet de cigarettes en 1944. »  

Né le 23 octobre 1926, il était le fils de feu Lubin Maillet et de feu Catherine (Chiasson) Maillet. Il a grandi à Chéticamp, fils de pêcheur, avec ses sept frères et soeurs. L’ancienne ferme était située le long de la rue principale de Chéticamp, en face de l’endroit où se trouve aujourd’hui le café, le restaurant et le bar L’Abri. Il passait aussi beaucoup de temps chez sa grand-mère à Petit-Étang, où il travaillait à la ferme et livrait le lait dans la communauté avant d’aller à l’école le matin.


 Louis Joseph a grandi pendant la Grande Dépression, la sombre époque des rations alimentaires, et n’avait que treize ans lorsque le Canada est entré dans la Seconde Guerre mondiale en septembre 1939. De nombreux jeunes hommes et femmes s’engageaient dans l’armée. Son fils Dominique se souvient de l’histoire de guerre de son père. « Il s’est engagé dans la marine marchande un mois après son 16e anniversaire en 1942. « Il poursuit : « Bien que papa parle rarement de la guerre, il partage certaines de ses expériences, plus tard dans la vie. À l’âge de 16 ans, il devait s’inscrire pour servir et, en général, on était appelé sous les drapeaux à 18 ans. Il m’a raconté qu’un type nommé Joseph Arthur, qui logeait chez son voisin, venait de rentrer d’un voyage à l’étranger et leur a parlé de son expérience. La marine marchande intéressait mon père, et il n’avait pas à attendre deux ans de plus pour s’engager, car les jeunes gens étaient recrutés dès l’âge de 16 ans. Mon père a participé à son premier convoi, mais il n’a pas aimé le voyage. Il est rentré chez lui, mais il a été bien averti que s’il ne reprenait pas du service, il devrait se présenter à l’armée ». 


 « Papa naviguait du port de Halifax à St. John’s, Terre-Neuve, puis en Europe. Il a navigué sur les bateaux : Lady Rodney, Elm Park et SS Pictou County », dit Dominique. « Le voyage durait de dix-huit à vingt jours, de l’autre côté de l’océan. Ils transportaient des troupes, six à sept cents à la fois, ainsi que du ravitaillement. Les derniers voyages étaient principalement des épouses de guerre venant au Canada. Nous ne savons pas combien de voyages papa a faits pendant ces quatre années, en naviguant jusqu’en 1946. Ils n’étaient pas payés avant leur retour à Halifax. Si on avait besoin d’argent pendant le voyage, le capitaine leur accordait un prêt. » Il conclut : « Si papa ne mangeait jamais d’oranges, c’est parce qu’au cours d’un des voyages, c’était tout ce que les hommes avaient pour se nourrir. Imaginez! »


Son fils Cyril lui a également raconté une histoire intéressante : « Selon papa, l’histoire commence à bord du navire marchand à vapeur SS Elm Park à la fin de l’automne 1944. Le navire était amarré dans le port de Rouen, en France. Sa cargaison contenait non seulement 1 000 tonnes de charbon, mais aussi un prisonnier de guerre allemand qui avait été découvert comme passager clandestin à bord plus tôt dans le voyage. Le SS Elm Park devait rester au port pendant huit à dix jours. Assez de temps pour décharger manuellement les 1 000 tonnes de charbon à la pelle ». Il poursuit : « Une nuit particulière, papa était de quart sur la passerelle, fumant une cigarette. Le prisonnier de guerre allemand s’approcha de papa et lui demanda gentiment une cigarette, ce qu’il fit. À la fin de son service, papa donna au prisonnier un paquet entier de cigarettes. Le prisonnier l’a remercié, mais rien de plus. Quelques jours plus tard, alors qu’il était encore au port, le prisonnier s’est de nouveau approché de mon père et lui a offert un bateau dans une bouteille en cadeau. La bouteille contenait également une note manuscrite sur un morceau de papier qui disait « Ce navire en bouteille a été donné à un marin canadien pour un paquet de cigarettes en 1944. « Malheureusement, la note est perdue depuis longtemps, mais la bouteille et l’histoire restent avec moi ».

 

Florence, la fille de Louis Joseph, a parlé de son père et de la guerre : « Papa n’a commencé à partager des histoires de guerre qu’il y a quelques années et, ce qui est tout à fait compréhensible, il en était très ému. Nous avons eu des bribes d’ici et là, car il n’aimait pas parler de ces expériences. Un aspect qui m’est toujours resté et qui m’a beaucoup touché, c’est quand il disait souvent, « ce sont les enfants pendant la guerre qui m’ont brisé le cœur ».


« L’une de mes histoires préférées est celle qui raconte : « La veille de Noël 1944, papa était à Rouen, en France, et il est allé à la messe de minuit dans une cathédrale. Elle a été bombardée et il a dû marcher sur un énorme tas de décombres, pour se rendre à la messe. La cathédrale a été touchée, mais pas totalement détruite. Papa était tellement ému quand il racontait cette histoire », dit Florence. Elle ajoute : « C’est dans des moments comme celui-ci que nous avons réalisé tout ce que ces soldats ont traversé, tout ce qu’ils n’ont jamais révélé à leurs proches. Nous sommes tous immensément fiers de papa, de son courage, et surtout de la façon dont il a appris à vivre pleinement, n’étant rien d’autre que gentil et généreux, tout en devant vivre avec des souvenirs que nous ne pouvons même pas imaginer ». 


Après la guerre, Louis Joseph a travaillé à Halifax pendant une courte période, conduisant de gros camions à benne basculante transportant des charges de roches sur le front de mer pour construire des quais. Il est rapidement retourné dans son village natal et a épousé Marie-Helen Aucoin le 7 août 1950. Ils ont élevé quatre enfants : James, Florence, Cyril et Dominque. Si typique de l’hospitalité acadienne, il y avait toujours de la place pour un de plus, beaucoup de nourriture, des rires et la chaleur de la cuisine étaient l’âme de la maison. Ils ont été heureux en mariage pendant soixante et un ans, jusqu’au décès de Marie-Helen en 2011. 


Lorsque Louis Joseph est revenu à Chéticamp, il a lancé une entreprise de forage de puits dans laquelle il a fièrement consacré ses efforts jusqu’à sa retraite au début des années 1990. Il était affectueusement connu par les habitants de la plus grande partie de l’île du Cap-Breton comme le creuseux de puits de Chéticamp. Il a également siégé au Conseil d’administration de l’Association des foreurs de puits de la Nouvelle-Écosse et du Canada.

     

Louis-Joseph a été très impliqué dans le lobbying pour que les marins marchands soient reconnus comme des vétérans officiels de la guerre. Bien que ces soldats aient été reconnus pour leur bravoure et qu’ils aient gagné des médailles, cela ne leur a pas donné droit à des pensions et à des avantages. Il a fallu de nombreuses pétitions pendant plus de cinquante ans après la Seconde Guerre mondiale pour que leurs sacrifices soient officiellement reconnus.


C’est à juste titre qu’en 1992, après une longue bataille, les marins marchands ont obtenu le statut officiel d’anciens combattants, éligibles aux pensions d’invalidité, aux allocations et aux prestations de soins de santé accordées aux vétérans des trois armées. Malheureusement, des milliers de marins marchands étaient déjà morts à cette époque. En outre, rien n’a été fait pour compenser la perte des prestations depuis 1945. En 1998, quatre vétérans de la marine marchande ont participé à une grève de la faim sur la Colline du Parlement, jurant de rester jusqu’à leur mort ou jusqu’à ce que le gouvernement approuve un nouveau programme d’indemnisation en remplacement des prestations de démobilisation accordées aux membres des Forces armées canadiennes à la fin de la guerre. L’un d’entre eux, Ossie Maclean, a déclaré dans un entretien : « Nous sommes les hommes qui ont sauvé le monde ». Le gouvernement a agi, et en 2000 et 2001, il a commencé à accorder des paiements en espèces dans le cadre de la prestation spéciale de la marine marchande. Dans un dernier acte de reconnaissance, en 2003, le Parlement a déclaré le 3 septembre comme Journée des anciens combattants de la marine marchande.

     

Louis Joseph était membre du Conseil d’administration de la filiale 32 de la Légion canadienne à Chéticamp, et le dernier survivant de la Seconde Guerre mondiale à Chéticamp. Malheureusement, un coquelicot sera désormais placé sur sa photo à la Légion. Un geste d’honneur à la mémoire des vétérans décédés.

 

Pendant des années, Louis Joseph a été activement impliqué dans sa communauté, tant pendant ses années de travail que pendant sa retraite. Il a été président de l’arène et du club de golf, a rempli un mandat de quatre ans en tant que conseiller municipal de Chéticamp dans le comté d’Inverness, a parrainé le hockey mineur et a été le chef de la troupe locale de scouts. Dans ses dernières années, il a été président du comité des résidents de La Résidence acadienne. Il a même eu la chance de jouer dans le court métrage Tapis de Grand-Pré dans lequel il a tenu le rôle principal de Johnny (à Minou).


 Dans ses jeunes années, il jouait de la guitare et chantait lors des réunions de famille et des fêtes. La rumeur veut qu’il ait été une source d’inspiration pour certains jeunes membres de la famille et d’autres amis pour étudier la musique et se mettre à la guitare. Pendant ses années de retraite, il s’est adonné au puzzle et aux mots cachés, sans parler de manger un repas de poisson et frites, de boire du thé et bien sûr du rhum noir.


Il manquera à ses amis et à ses proches pour sa joie de vivre et son amour des gens. Son approche positive, décontractée et terre à terre de la vie s’est traduite par de nombreuses citations mémorables telles que « ça pourrait aller mieux, mais ça coûterait plus cher ».


Il laisse dans le deuil ses enfants, James (Agathe), Florence (Emile Roach), Cyril (Suzana Moniz) et Dominique (Paula); huit petits-enfants, Alysha, Véronique, Shawn, Jean-Louis, Emilie, Luke, Jack, Benjamin; et six arrière-petits-enfants (Sidonie, Ava, Kieran, Ethan, Max, Sadie). Il laisse également dans le deuil sa soeur Rita (Forrest). Ses frères Vincent, Jean-Félix et Simon-Pierre, ainsi que ses sœurs Marguerite-Marie, Mary-Jane et Elizabeth l’ont précédé dans la tombe.

     

La famille est très reconnaissante envers le personnel de l’hôpital pour anciens combattants de Camp Hill pour leur dévouement et leur gentillesse pendant que leur père était résident et patient dans cet établissement depuis juillet 2020. Une messe funéraire et une inhumation auront lieu à Chéticamp à une date ultérieure.


Louis Joseph laisse derrière lui un héritage d’une incroyable joie de vivre. Car même après avoir vécu des expériences tout simplement inimaginables pour nous, il a persévéré et a avancé, sans jamais regarder en arrière. On pourrait dire que sa philosophie dans ses dernières années était : « Un peu plus de rires, un peu moins de soucis, un peu plus de gentillesse et un peu moins de précipitation. »

Le regretté Louis Joseph Maillet dans le court métrage Tapis de Grand-Pré où il tient le rôle principal de Johnny (à Minou). Sur cette photo, il est avec des enfants, Glen Bourgeois et Cindy Bourgeois. 
Feu Louis Joseph Maillet de Chéticamp. 23 octobre 1926 - 12 février 2021.