Guy Surette, dans son bureau à Tusket Ultra Mart, Tusket.
Guy Surette, dans son bureau à Tusket Ultra Mart, Tusket.

Bonne retraite Guy Surette

Norbert LeBlanc
TUSKET : Après 45 ans de travail dans un garage, Guy Surette a décidé que le temps était propice pour prendre sa retraite et entreprendre d’autres aventures dans sa vie personnelle. Le Courrier de la Nouvelle-Écosse l’a rencontré dans son bureau à Tusket Ultra Mart, le mardi 3 décembre 2019.

     Guy Surette a commencé sa carrière actuelle en 1974. Son premier emploi dans un garage était à Tusket Sales and Service, situé à proximité de la résidence d’Hubert Pothier sur la route 3. Ses responsabilités à l’époque étaient la vente de l’essence et l’entretien des voitures. Son patron était Hubert Pothier. Il a occupé ce poste pendant deux ans. Guy Surette nous a informés que l’ouverture de la route 103 en 1976 leur a causé des problèmes. Les propriétaires de Tusket Sales and Service se sont vite aperçus que les ventes à la pompe avaient chuté, et ont décidé d’ouvrir une nouvelle station-service à proximité de la sortie de la route 103, à Tusket. M. Surette est devenu gérant de ce nouveau garage en janvier 1997. Au début, le garage avait deux employés, et au bout de cinq ans, le chiffre avait doublé à quatre.

     Les responsabilités de Guy Surette ont évolué avec le temps. Au début, il était gérant de la station-service. En 1994, il est devenu le propriétaire-exploitant de Tusket Ultra Mart. Il nous a informés que l’édifice et les terrains ont toujours été la propriété d’Hubert Pothier, et que l’administration de Tusket Ultra Mart a toujours été la responsabilité de Guy Surette. Le nombre d’employés à ce garage est passé de deux employés en 1977 à 20 en 2019. Guy Surette estime que pendant sa carrière de 45 ans, 400 employés à plein temps et à temps partiel se sont trouvés un emploi dans ce milieu, ce qui a contribué grandement à l’économie locale.

     Guy Surette nous a raconté les changements qui ont eu lieu dans son milieu de travail. Il a noté en particulier les changements technologiques liés aux voitures. Il a également parlé de la transformation occasionnée par l’arrivée des postes d’essence libre-service. Les changements en informatique ont eu un impact sur la gestion des affaires dans les bureaux. Ces changements technologiques ont tous contribué à une plus grande efficacité dans la prestation de services à la clientèle. Dans une réflexion personnelle, Guy Surette nous a informés qu’il y a 45 ans, le prix de l’essence était de 64 ¢ le gallon et un paquet de cigarettes se vendait 38 ¢ le paquet. Aujourd’hui, l’essence coûte 1,15 $ le litre et un paquet de cigarettes se vend 17 $ le paquet.

     Voici trois défis associés au travail de Guy Surette au fil des ans : tenir un inventaire adéquat de marchandises pour répondre aux demandes du public; trouver du personnel compétent, surtout des techniciens en mécanique; et répondre aux exigences des ministères de l’Environnement.

     En ce qui concerne sa satisfaction au travail pendant les années, il a particulièrement aimé le rôle d’appuyer et d’aider les gens de la communauté. Il est très reconnaissant envers son personnel qui a toujours été pour lui un personnel sans égal. Il a également noté qu’il est fier de ses origines acadiennes, et il n’a jamais eu peur de monter le drapeau acadien sur ses terrains.

     Ses plans pour le futur sont de continuer à travailler à temps partiel jusqu’à la fin mars 2020. Il a accepté de travailler pendant quelques mois pour permettre au propriétaire de l’édifice de mettre un plan de transition en vigueur. Il va continuer à offrir un service de déneigement. Il a l’intention de maintenir son engagement en politique municipale et il s’attend de se présenter aux prochaines élections, en 2020. Il envisage de continuer à faire du bénévolat dans sa communauté et, dans ses moments libres, il pourrait également voyager et visiter ses enfants qui demeurent à l’extérieur de la région.

     Bonne retraite bien méritée Guy Surette!