Rosie Aucoin-Grace
CHÉTICAMP : Il est toujours impressionnant d’entendre que quelqu’un a suivi ses rêves jusqu’à leur réalisation, peu importe le temps qu’il a fallu. Un rêve, une idée, une pensée qui fréquente votre esprit de temps en temps. C’est le cas de l’Acadien Gilles Larade, dont la vision s’est peu à peu enracinée, a grandi et s’est développée au moment où il était temps de passer à l’action. Il est maintenant l’heureux propriétaire de la compagnie CEL Boatbuilders Ltd. située à Chéticamp.

SYDNEY : L’année qui vient de s'écouler nous a permis d’en faire davantage pour promouvoir le français, encourager la communauté francophone à s'épanouir et à vivre pleinement sa culture. Nous avons ainsi pu proposer une panoplie d’activités et événements rassembleurs et diversifiés qui favorisent grandement l’entraide, l’inclusion et contribuent à un fort sentiment d’appartenance à la communauté et une ouverture à la diversité.

ARICHAT : Le premier concours, l’Esprit de Noël, de la rue principale d’Arichat s’est terminé le 22 décembre dernier. Les entrepreneurs et les organismes de la rue principale d’Arichat se sont engagés dans un concours de décorations de Noël que les gens pouvaient admirer, soit en faisant de la marche, soit en passant en voiture.

Rosie Aucoin-Grace
CHÉTICAMP : Un projet particulier qui a été une façon très unique de redonner à leur communauté et au-delà, a été le concert de Noël Chez-Nous qui a été présenté virtuellement le dimanche 20 décembre dernier. Des gens de différents coins du monde ont pu le regarder sur Facebook, via la radio CKJM ou CHNE-TV-Communications Acadiennes.

Rosie Aucoin-Grace
CHÉTICAMP : En ces temps de pandémie, il y a des gestes de gentillesse très remarquables et cette histoire particulière entre certainement dans cette catégorie. Propriétaire et directrice de l’École de musique Raveston, Nicole Deveau vit selon sa devise Bâtir une communauté par la musique à l’École de musique Raveston, dans son village natal de Chéticamp.

Pour la Fédération culturelle acadienne de la Nouvelle-Écosse (FéCANE), 2020 a été une année à repenser et ré-imaginer ses activités. Ce a été la première année complète du nouveau directeur général, Luc d’Eon, qui a été appuyé par un conseil d’administration dynamique et engagé. Pendant l’année, nous avons été rappelés à maintes reprises de l’importance des arts dans nos vies et pour la société en général. Même depuis avant la pandémie, l’équipe de la FéCANE songeait à comment mieux promouvoir et développer le secteur des arts et de la culture en Nouvelle-Écosse.

L’année 2020 a été une année assez différente de ce que nous connaissons. Malgré les défis que cette situation inédite nous a apportés, notre système d’éducation a pu acquérir un éventail d’apprentissage ainsi que la mise en place de bonnes pratiques telle que l’utilisation exponentielle du plein air dans nos pratiques d’apprentissage pour en donner qu’un exemple. Le Conseil scolaire acadien provincial (CSAP) est fier de continuer d’offrir une éducation de première qualité en français à 6 417 élèves dans 22 écoles et 19 centres de prématernelle.

La Fédération des parents acadiens de la Nouvelle-Écosse (FPANÉ) représente les parents francophones et leur offre des programmes, des services, des ressources et de la formation en français afin de les appuyer et de les outiller dans leur rôle de premiers éducateurs.

L’année 2020 de La Picasse a bien commencé avec des activités spéciales qui s’annonçaient pour le Festival d’hiver de la municipalité; une reprise des ateliers et activités hebdomadaires. La publication mensuelle du bulletin Le Picasseau renseigne la communauté sur les activités passées et les activités à venir.

L’Association des Juristes d’expression française de la Nouvelle-Écosse (l’AJEFNÉ) est heureuse de partager avec vous quelques faits marquants de cette année mémorable.

Équipe d’alphabétisation-Nouvelle-Écosse (L’Équipe d’alpha) a pu tester sa capacité d’adaptation cette année. Nous avons adopté le Zoom pour la grande majorité de nos programmes et réunions et d’après les commentaires reçus, nos apprenants et partenaires en sont très satisfaits.

Dans une année qui a mis en évidence les enjeux de la santé à l’échelle mondiale, le Réseau Santé a dû adapter ses activités en 2020 pour faire face aux défis de la pandémie de la COVID-19. L’organisme a redoublé ses efforts sur plusieurs fronts pour souligner le fait que l’accès aux services de santé dans sa langue demeure plus important que jamais lors d’une crise sanitaire. Voici quelques exemples de nos initiatives et activités repensées :

En 2020, le Conseil de développement économique de la Nouvelle-Écosse (CDÉNÉ) a dû faire face, comme l’intégralité de la population mondiale, à la menace COVID-19. Afin de participer aux efforts de minimisation de la propagation de ce nouveau virus et de protéger ses clients et employés, le CDÉNÉ a été prudent tout au long de l’année, en mettant en place des procédures de télétravail efficaces lors de la première vague en Nouvelle-Écosse et de la deuxième vague à Halifax.

« On doit annuler » ! Une phrase qu’on a entendue bien trop souvent lors de cette dernière année extraordinaire. Bien que nous ayons tous eu à faire le deuil d’activités importantes dans nos vies personnelles, en tant qu’Association des Alumni de l’Université Sainte-Anne, nous avons fait de notre mieux à garder un battement au sein de notre communauté.

Il va sans dire que 2020 a été une année marquante. Comment résumer les bouleversements et les changements vécus pour que les générations futures, celles qui fouilleront dans les archives, comprennent l’impact des événements de 2020? Il faut dire que lors des moments difficiles de la pandémie de la COVID-19, la communauté universitaire s’est adaptée et a surmonté les défis grâce à un effort concerté.

Avant la pandémie, en mars, la Société acadienne Sainte-Croix (SASC) collaborait avec d’autres organismes à la préparation de plusieurs gros projets avec des rassemblements importants pour notre communauté. Pomquet devait accueillir les Jeux de l’Acadie de la Nouvelle-Écosse au mois de mai. La veille des jeux, l’artiste Laurie LeBlanc devait offrir un spectacle dans notre village. Nous devions aussi avoir notre camp d’été, etc. Puis soudainement, des projets ont dû être reportés, annulés ou modifiés pour être en ligne, surtout de mars à juin. En juillet, doucement, nous avons recommencé quelques rencontres en personnes avec le camp d’été et en faisant les ajustements nécessaires.  

HALIFAX : La Fondation communautaire du Grand-Havre (FCGH) est heureuse de recevoir un don de 2 379 $ de l’ancien club Richelieu de Halifax. Dissout en 2006, sa mission avait été d’aider les Canadiens-français à défendre leur langue et leur culture dans le contexte majoritairement anglophone dans la Municipalité régionale de Halifax (MRH). Pendant ses années actives le club avait contribué plus de 100 000 $ à la communauté pour la réalisation de projets tels que l’achat d’un autobus pour la communauté et des soupers communautaires.

EN : La pandémie de la COVID-19 a changé notre façon de vivre, de travailler et de nous divertir. Bon nombre d’entre nous comprennent maintenant non seulement l’importance de certains services essentiels, comme les soins de santé, l’éducation et la garde des enfants, mais découvrent également lesquels pourraient gagner à être améliorés.

Norbert LeBlanc
TUSKET : Lors de la dernière rencontre du conseil municipal d’Argyle du 8 décembre, les membres du conseil ont eu le plaisir d’écouter à une présentation de la part de Charlene LeBlanc et Alix d’Entremont. Le thème de leur présentation était sur le développement de l’aquaculture en région. Charlene LeBlanc est l’agente de développement de la municipalité d’Argyle et Alix d’Entremont est le technicien en information géographique pour la municipalité.