Les comédiens, de gauche à droite : Guyaume Boulianne, Normand Pothier, Monique Comeau, Éric Dow et Jacques Blinn.
Les comédiens, de gauche à droite : Guyaume Boulianne, Normand Pothier, Monique Comeau, Éric Dow et Jacques Blinn.

Sept présentations de Clare dans un soir III - salles combles

Richard Landry
LA BUTTE: Il y a eu sept présentations avec salles combles de la 3e édition de Clare dans un soir du 25 au 30 juin. Deux autres présentations avaient été ajoutées à la demande du public.
Les comédiens Éric Dow, Monique Comeau, Normand Pothier, Jacques Blinn et Guyaume Boulianne.
L’auteur principal de la pièce, Normand Pothier.

     Sous le thème La ballade de Bobby Picot, les cinq artistes locaux ont monté une pièce pour présenter l’ambition d’un jeune politicien de la Baie Sainte-Marie aspirant à devenir ministre fédéral des Pêches. Les musiciens Normand Pothier, Éric Dow, Guyaume Boulianne et Jacques Blinn ont rédigé le texte de la pièce. La comédienne Monique Comeau a fait partie de la distribution.

     Le spectacle est en production depuis octobre dernier. Il s’agit de la troisième édition pour une troisième année consécutive. Les premières éditions ont commencé lors des célébrations du 150e anniversaire du Canada. Cette fois, il s’agissait d’une pièce plutôt que d’une série de saynètes.

     Cette année, la pièce a été une coproduction de la Société acadienne de Clare, avec la directrice générale Natalie Robichaud, et du Festival acadien de Clare, avec le directeur général Daniel LeBlanc, grâce aux commanditaires Comeau Sea Foods Ltd., qui a fourni la nourriture aux tables, ainsi que les Affaires acadiennes de la Nouvelle-Écosse et la municipalité de Clare qui ont contribué pour 5 000 $ chacun.

     La pièce tourne autour d’un débat politique entre les rouges (Libéraux) et les bleus (Conservateurs), faute d’autres partis politiques. L ’histoire s’articule autour d’un jeune de Clare (Bobby Picot), né en 1959, dans une famille de pêcheurs. Son père veut qu’il vise gros pour devenir ministre fédéral des Pêches. Le père gagne dix permis de homard dans un jeu de poker en 1968 quand Bobby a 10 ans et il encourage son fils à poursuivre une carrière dans la pêche.

     Le jeune qui passe par l’École secondaire de Clare, avec des anecdotes sur les enseignants, et par l’Université de Moncton (600 kilomètres de plus près d’Ottawa que de la Baie), devient enfin ministre des Pêches. Il doit décider de fermer l’industrie de la pêche au homard parce qu’il ne reste que quatre homards dans la Baie Sainte-Marie. Une grosse décision qui provoque la grogne des pêcheurs de la région.

     À la fin, le débat politique se poursuit, et les spectateurs s’amusent ferme et rient beaucoup!