De gauche à droite : Celeste Amirault, Celina LeBlanc, Caroline d’Entremont et Jeanne Amirault.
De gauche à droite : Celeste Amirault, Celina LeBlanc, Caroline d’Entremont et Jeanne Amirault.

Réunion régulière et activité de Noël de la Société historique acadienne de Pubnico-Ouest

Norbert LeBlanc
PUBNICO-OUEST : La Société historique acadienne de Pubnico-Ouest a tenu sa réunion régulière le jeudi 12 décembre dans la grande salle au Musée des Acadiens. Plus d’une trentaine de membres et d’amis du Musée ont assisté à la rencontre. Paul d’Entremont, le président de la Société historique, a présidé la rencontre. La rencontre a été divisée en deux par ties : réunions d’affaires et témoignages des Noëls de leur jeunesse par quatre invitées de la région des Pubnicos.

     Réunion d’affaires : En tant que président de la Société historique, Paul d’Entremont a souhaité la bienvenue à la foule et il a ensuite invité Coral d’Entremont, le secrétaire de la Société, à dire une prière. Cora d’Entremont, la trésorière, a présenté les états financiers de la Société au 30 novembre 2019. Elle a noté que les deux dernières collectes de fonds, l’exposition et vente de courtepointes et le vin et fromage ont été des réussites pour la Société. La réunion d’affaires s’est terminée avec un rapport de comité du Musée et des Archives et du projet Tremplin.

Paul d’Entremont, président de la Société historique.

     Les Noëls de leur jeunesse : Paul d’Entremont a présenté quatre invitées spéciales à qui on avait demandé de faire des réflexions sur les Noëls de leur enfance. Ces témoignages ont permis aux personnes rassemblées de mieux comprendre comment la fête de Noël était célébrée autrefois. Les quatre invitées étaient : Celeste Amirault, Celina LeBlanc, Caroline d’Entremont et Jeanne Amirault. Elles ont toutes grandi dans de grandes familles traditionnelles. Ainsi la famille de Celeste Amirault comptait neuf enfants; la famille de Celina LeBlanc, six enfants; la famille de Caroline d’Entremont en comptait 11; et Jeanne Amirault a grandi dans une famille de cinq enfants.

     Paul d’Entremont a animé les témoignages des invitées spéciales. Sa première question a été : Qu’est-ce qui vous excitait le plus pendant la saison de Noël? La réponse commune semblait être les cadeaux qu’on allait recevoir. Une invitée a indiqué que ses parents n’échangeaient pas de cadeaux et que leurs cadeaux de Noël se trouvaient dans un bas personnel et non dans un bas acheté dans les magasins de la ville. La plupart des invitées ont indiqué qu’elles pouvaient s’attendre à recevoir une orange, des noix et des bonbons dans leur bas. Il y avait même la possibilité de recevoir du charbon si leur comportement n’avait pas été exemplaire pendant la dernière année. Quelques invitées ont parlé de leur poupée et accessoires comme cadeaux de Noël.

     D’autres témoignages ont porté sur leur âge quand le Père Noël arrêtait de leur offrir des cadeaux; à quel moment on dressait l’arbre de Noël chez elles; la première fois qu’elles ont vu des lumières de Noël; le menu du repas de Noël.

     Une chose qui a été très importante dans les Noëls du passé a été la question de se rendre à la messe de minuit. Les invités ont parlé de l’importance de cette activité et elles ont même mentionné deux chants à la messe de minuit : Les anges dans nos campagnes et le Minuit chrétien. Une invitée a aussi mentionné qu’en plus de se rendre à la messe de minuit, sa famille devait également assister à la messe du jour de Noël.

     Une des invités a partagé avec la foule un cadeau qu’elle avait donné à ses parents pour la fête de Noël. Il s’agissait d’un bouquet spirituel, pour démontrer son amour envers ses parents et envers sa foi chrétienne.

     Paul d’Entremont a conclu en demandant à la foule de poser des questions aux invitées ou de partager leurs souvenirs des Noëls de leur jeunesse.