Près du feu avec shalan Joudry : faire vivre les contes

Andrea Nemetz
L’SITKUK (BEAR RIVER) : shalan joudry*, mère de deux adolescentes, est une poétesse nommée pour plusieurs prix qui a publié son premier poème à l’âge de 10 ans. Championne de la narration orale à Mi’kma’ki, shalan espère « qu’avec [son] travail, [elle] puisse passer le flambeau ».

Ayant grandi à travers le Canada avec un père militaire, shalan dit avoir su très tôt qu’elle voulait être conteuse, mais n’avait pas envisagé que cela pouvait être une profession.


« Notre culture est une culture basée sur l’oratoire, les gens racontaient des histoires dans leur foyer », explique-t-elle. « Je voulais faire partie de ceux qui racontent des histoires aux gens. »


shalan est aujourd’hui une dramaturge, actrice, écologiste, chanteuse au tambour et productrice de podcasts.


En avril et mai 2021, joudry a partagé sa passion dans le cadre d’une série d’ateliers organisés par la Writers Federation of Nova Scotia, au cours desquels d’écrivains autochtones émergents ont exploré les récits oraux et les différentes sortes d’écriture.


La narration orale est le moyen par lequel les leçons de l’histoire sont transmises, explique-t-elle, où les règles de la société sont enseignées, les histoires de transformation personnelle partagées et les contes purement divertissants appréciés. 


Alors qu’une histoire écrite dit la même chose 200 ans après, les contes oraux peuvent s’adapter aux nouvelles réalités au fil du temps. Les gens peuvent entendre l’histoire différemment, en tirer des conclusions différentes.


« L’histoire a un esprit qui lui est propre. Comme une chose vivante et animée », dit-elle. « Il y a quelque chose de beau et de dangereux à créer l’histoire, là, en temps réel. »


Oser raconter


En ce moment, Joudry, qui a été formée à la Native Theatre School de Toronto (aujourd’hui le Centre for Indigenous Theatre), travaille sur une pièce de théâtre sous forme de série de monologues dramatiques.


« Dans une représentation théâtrale typique, vous devenez ce personnage et vous devez dire les mêmes mots chaque soir, que le public soit composé d’enfants de 10 ans ou de personnes de 60 ans. »


« Mais un conteur oral modifie le ton et le mouvement. Vous entretenez une relation avec le public, vous vous adressez directement à lui. »


« Un conteur oral se situe entre le narrateur et l’acteur, vous avez tous ces choix. »


Lors de la préparation des monologues pour son spectacle solo, joudry s’est associée à Ken Schwartz, directeur artistique de Two Planks and a Passion Theatre à Canning.


« Il s’agit d’une collection d’histoires orales », explique Schwartz, en pause des pratiques de la 25e saison de la compagnie. 


« shalan travaille avec [la metteuse en scène, actrice et professeure] Ann-Marie Kerr et d’autres artistes. Ils n’ont pas encore commencé à travailler sérieusement, mais je sais qu’au cœur se trouve une série d’histoires racontées par une seule personne et qu’elles feront appel à la danse et à la musique. »


S’inspirer du feu


Ce n’est pas la première collaboration de joudry avec la compagnie de théâtre hors-réseau lauréate.


Elle a écrit et joué dans Elapultiek – “nous regardons vers” à Two Planks à l›été 2018 et lors d’une tournée en Nouvelle-Écosse à l’automne 2019. L’histoire trace le parcours d’un jeune chanteur de tambour à main Mi’kmaw et d’un biologiste euro-néo-écossais qui se rencontrent chaque soir à la nuit tombante pour compter une population de martinets ramoneurs en voie de disparition. Cette pièce fut la première nouvelle œuvre d’une dramaturge autochtone de la Nouvelle-Écosse commandée par Two Planks.


Schwartz était ravi que la pièce, qu’il décrit comme la collision de deux individus issus de deux réalités, marie la tradition orale et la pratique consistant à raconter des histoires près du feu.


Pour sa thèse de Maîtrise en études environnementales (MES) de l’Université Dalhousie, Joudry a étudié le feu.


Les récits racontés près du feu ont aussi été explorés par la compagnie Two Planks dans sa série d’adaptations uniques de pièces comme L’Iliad, Animal Farm et Frankenstein. Dans Elapultiek, Joudry « ne créait pas un nouvel espace, elle prenait un espace existant et l’utilisait différemment, ce qui était très cool », a déclaré Schwartz.


Présenter l’œuvre était important, dit-il, mais sa création l’était encore plus. Ce fut « un processus magnifique et respectueux ».


« Nous sommes une entreprise très liée à la terre qui nous entoure et il est difficile d’ignorer les premiers gardiens de la Terre. shalan a une longue histoire avec l’entreprise et son point de vue sur les artistes autochtones est essentiel. »


Schwartz note qu’il n’est pas courant d’entendre des voix autochtones professionnelles en Nouvelle-Écosse aujourd’hui. Schwartz et Joudry, tous les deux, aimeraient voir cela changer.


Faire entendre les voix autochtones


« Il est plus important que jamais pour L’nu (Mi’kmaq) que nos histoires soient racontées par nos voix. Nous avons besoin de plus de journalistes, de podcasts, d’écrivains littéraires, de conteurs, de personnes qui inventent des programmes d’études », dit Joudry.


« Pendant si longtemps, ce n’est pas seulement que nous étions laissés de côté dans les histoires, nous étions des moments dans les gros titres. Il est important que nous puissions partager qui nous sommes. Nous ne sommes pas seulement des victimes et des fauteurs de troubles. »


« Nous devons partager tous nos arts, puiser dans notre dynamisme culturel pour raconter toutes nos belles histoires. Jusqu’à ce que nos voix soient entendues, nous serons toujours “l’autre”. »


shalan souligne aussi son espoir pour l’avenir. « Je ne verrai pas les fruits de mon travail. Cela prendra des générations. Je souhaite tout de même qu’avec mon travail, je puisse passer le flambeau. »


*Sauf en début de phrase, shalan choisi de ne pas mettre de majuscules à son nom. Elle souligne que c’est pour être en harmonie avec l’enseignement que reçoivent les peuples autochtones de ne pas trop mettre l’accent sur le soi par rapport au collectif.