Le musicien Mehdi Cayenne.
Le musicien Mehdi Cayenne.

Mehdi Cayenne en #AcadieBatata

Mélodie Jaquot-Paratte
Du 11 au 20 novembre 2021, l’auteur-compositeur-interprète Mehdi Cayenne faisait une tournée de l’Acadie (N.-B., N.-É. et T.-N.-L.). Le 19 novembre 2021, il était en spectacle au Bus Stop Theatre, à Halifax et nous sommes partis à sa rencontre.

Qui est Mehdi Cayenne? 


Mehdi Hamdad, connu sous le nom de scène Mehdi Cayenne, est un autodidacte musical ayant toujours été fasciné par la création : raconter des histoires, jouer de la guitare et écrire de la musique. Faisant de la musique depuis l’âge de 15 ans, il organise des spectacles à partir de 17-18 ans et n’a évidemment jamais arrêté.


Le nom de scène Mehdi Cayenne vient du nom original du groupe Mehdi Cayenne Club, mais qui fut raccourci en 2016. Il nous raconte : « C’est devenu quelque chose qui existe seulement parce qu’on l’a bâti ». Explication marquant la vision novatrice de l’artiste, qui est non seulement actif dans le domaine musical, mais aussi en poésie, théâtre et radio. Lauréat de multiples prix, Mehdi Cayenne est un artiste avec une plume qui cire, sur de la musique joyeuse – un art rare, car il peut créer de la musique qui donne envie de danser sur des paroles parlant de catastrophes, de tragédies humaines migratoires et de traitement des peuples autochtones.


Francophonies et minorités


Immigrant d’Algérie au Canada avec ses parents, il a vécu dans de multiples lieux au Canada. 


« Les différentes réalités ne s’appliquent pas qu’à la francophonie comme telle. On peut témoigner tant de la réalité québécoise, de la réalité d’être francophone minoritaire, tant qu’à être issu de l’immigration de première ou deuxième génération, et les réalités autochtones — cet enrichissement est toujours présent. »  


En matière de francophonies et de diversités, ces expériences ont fait élargir sa vision, il a pu mettre en contexte des différents Canadas qui existent pour chacun et du pouvoir du multiculturalisme. 


 « À première vue, la sensation d’appartenance semble de devoir être attaché à un seul endroit et une seule culture et même si cela peut être vécu comme un manque, ces différences permettent peut-être une appréciation plus singulière de toutes ces influences multiples ». 


Pourquoi Acadie Batata?


D’autres noms auraient pu être choisis, mais celui-ci, inspirée de son album « Radio Batata » (2019), annonçait mieux l’intention de la tournée. « L’idée c’est que les gens sont tout aussi essentiels dans la présentation de l’œuvre », Mehdi nous explique que ces spectacles représentaient bien plus qu’un artiste qui vient jouer son répertoire sur un territoire, mais une rencontre entre lui, son art et le public.


Chaque prestation fut aussi filmée, afin de compiler les meilleurs moments et créer un répertoire audiovisuel de souvenirs qui seront partagés en début 2022. 


« Les gens colorent l’expérience. Dans la vidéo, le but n’est pas qu’on y voir juste ma face — mais qu’on entende aussi le monde de la place : ceux qui assistent et les artistes qui jouent avec nous. » 


Plusieurs artistes acadiens (tels Matt Boudreau, Émilie Landry et, à Halifax, Guyaume Boulianne) ont rejoint Mehdi Cayenne sur scène, le temps d’un ou deux morceaux. 


Visites en Nouvelle-Écosse


Les dernières fois que Mehdi Cayenne est venu en Acadie, ce fut surtout pour des vitrines musicales. Cela inclut une apparition à l’émission Mix sonore de UnisTV (filmé au Marquee Ballroom à Halifax), en janvier 2020. 


Se rappelant sa visite en 2009, au Canadian Festival of Spoken Word, « C’était comme un autre Halifax à rencontrer à ce moment-là ». 


Durant cette visite, il a aussi fait un pèlerinage à Wolfville pour y voir l’artiste Colin Bernhardt — le premier « grand maître » qu’il a pu rencontrer à Banff. Bernhardt est une des premières personnes à lui avoir dit en début de carrière qu’il avait quelque chose de spécial à offrir. 


Une tournée inspirante


Cette courte tournée à l’horaire très chargé a été énormément inspirante pour Mehdi Cayenne. Le côté social avant le spectacle, les rencontres après les spectacles et l’ambiance y ont beaucoup contribué.  


En redécouvrant l’aventure constante qu’est l’organisation d’une tournée, après une pause due à la pandémie, Mehdi Cayenne a créé le mot-clic #AcadieBatata : l’expérience du partage et de vivre un moment dont tous (autant l’artiste que le public) puissent de rappeler, de retrouver un côté humain avant et après les spectacles. 


Lorsque l’auditoire publiait sur les réseaux sociaux utilisant #AcadieBatata, l’artiste pouvait leur envoyer des messages, surprises et de la musique exclusive. 


« Tout l’usage du #AcadieBabata et de rester en contact avec les gens, leur envoyer des surprises; je dirais que ça a été extrêmement stimulant. Depuis que je suis revenu, j’ai la tête enflammée sur des choses que je peux faire dans toutes les sphères de ma vie professionnelle ». 


Le dernier mot


« Honnêtement, ce qui me revient, c’est le visage de certaines personnes pendant les spectacles. Genre, le regard — même si les gens regardent un spectacle de différentes façons. Certaines personnes sont très expressives, certaines pas du tout, mais viennent te parler après pour dire qu’ils ont adoré le spectacle. Je pense aux visages de personnes comme France Audet ou Lauren Murphy… dont je me souviens même des noms! » 


Ce que Mehdi Cayenne est venu partager avec son public en Acadie, c’est lui, mais c’est aussi une connexion avec l’endroit et les gens qui y vivent. L’artiste a laissé sa marque avec son public, qui était heureux de revivre un moment aussi énergétique et positif. Il n’y a pas de meilleur mot que ceux d’une spectatrice à Halifax. 


« C’est mon premier spectacle depuis mars 2020. J’ai l’impression d’être sortie d’un désert et d’avoir finalement pris une grande gorgée d’eau! » 

À gauche, Guyaume Boulianne et Mehdi Cayenne.