Exposition albertaine « Présence des femmes », artistes franco-yukonaises.
Exposition albertaine « Présence des femmes », artistes franco-yukonaises.

L’exposition albertaine « Présence des femmes » présentera les œuvres de deux artistes franco-yukonaises  

Maurine Forlin
L’Aurore boréale
YUKON : Virginie Hamel et Marie-Hélène Comeau, deux artistes franco-yukonaises, exposeront leurs œuvres aux côtés de cinq autres femmes artistes et francophones venues de Saskatchewan et d’Alberta, au Centre des arts visuels de l’Alberta, à Edmonton.

Les femmes seront à l’honneur cet été lors d’une exposition multidisciplinaire hébergée au Centre des arts visuels de l’Alberta (CAVA). La galerie exposera une série d’œuvres variées allant de la photographie à la sculpture, en passant par la peinture et le collage, sous le thème « Présence des femmes ».


Le défi de mettre sur pied une exposition qui regroupe des artistes vivant à des milliers de kilomètres les unes des autres, et ce, en pleine pandémie, a été relevé par Sabine Lecorre-Moore, artiste et commissaire de l’exposition.


Cette dernière est partie du constat de la sous-représentation des femmes dans l’histoire de l’art. « Il suffit de faire une courte recherche Google pour se rendre compte de la surreprésentation masculine dans l’art », explique-t-elle. L’exposition a donc pour objectif de valoriser les femmes artistes et de leur permettre de se rencontrer.


Célébrer des femmes inspirantes


Les artistes participantes sont libres d’explorer le sujet comme elles l’entendent et de représenter les femmes qui les inspirent telles qu’elles le désirent. « L’art féminin a une voix différente, particulière», explique la commissaire. C’est pourquoi elle laisse la liberté aux artistes sélectionnées d’exprimer leur propre vision du thème.


Virginie Hamel a créé cinq collages qui représentent cinq femmes imparfaites. On retrouve entre autres la chanteuse Lhassa de Sela et l’écrivaine Fanny Britt parmi ses sujets. 


« Ces femmes ont réussi à inspirer les gens de leur génération tout en étant complètement imparfaites, explique l’artiste. C’est un pied de nez à ce que l’on demande aux femmes habituellement d’être toujours l’emblème de la perfection. »


Pour ce projet, l’artiste explore une esthétique originale différente de ce qu’elle a l’habitude de réaliser : « Je les représente dans une esthétique religieuse, comme un hommage, tout en étant une vision un peu ironique de cette image de sainteté .»


Marie-Hélène Comeau a, quant à elle, choisi de valoriser l’aspect multiculturel de la communauté, en explorant le récit de trois immigrantes franco-yukonaises. Elle présentera trois photographies en noir et blanc et une installation composée de dessins de femmes de la communauté.


L’artiste aborde le récit de ces trois femmes au travers d’un objet de leur quotidien qu’elles ont rapporté de leur lieu d’origine. 


« L’objet du quotidien est un vecteur très intéressant pour faire émerger le récit, explique Marie-Hélène Comeau. On se reconnait autour de la langue dans la communauté, mais on ne connait pas nécessairement l’histoire de chacun. Tous les objets qui nous entourent ont une histoire, c’est une partie de notre histoire à nous, morcelée. » 


L’œuvre se veut ainsi une belle façon d’apprendre à se connaitre et de se lier avec l’autre. Le but de la commissaire n’est pas de simplement exposer différents projets, car l’ensemble des œuvres des sept artistes forment un tout. « L’exposition en elle-même est projet artistique », précise Sabine Lecorre-Moore.


Une exposition aux multiples facettes


S’adapter est devenu monnaie courante dans le milieu artistique depuis le début de la pandémie. Malgré l’instabilité du contexte, Sabine Lecorre-Moore ne s’est pas découragée et a envisagé tous les scénarios possibles. 


L’exposition devrait être accessible dans l’espace « exploration » du CAVA, mais, en cas de fermeture, l’espace boutique de la galerie pourra également être exploité.


Pour le public yukonais, il sera possible de visiter l’exposition virtuellement grâce à des capsules vidéos. Une brochure sera également mise à disposition des visiteurs virtuels. De plus, chaque artiste est invitée à proposer un atelier en ligne pour le public.


L’idée originale étant surtout de permettre aux différentes artistes de se découvrir, la commissaire privilégiera une rencontre en petit comité si la pandémie le permet et optera pour un vernissage en ligne pour le grand public. 


Virtuellement ou non, l’exposition se déroulera du 30 juin au 28 aout 2021. Les œuvres des artistes yukonaises referont leur chemin vers Whitehorse et, qui sait, donneront peut-être naissance à d’autres expositions au territoire.