Virginia d’Entremont, Barb Cain et Pauline LeBlanc travaillent sur un projet commun.
Virginia d’Entremont, Barb Cain et Pauline LeBlanc travaillent sur un projet commun.

Les Patchwork Pals participent à une retraite de courtepointes

Norbert LeBlanc
SAINTE-ANNE-du-RUISSEAU : Les Patchwork Pals, une association de femmes de la région de Sainte-Anne-du-Ruisseau et des environs, continuent à appuyer les organisations et les personnes dans le besoin de la région. Ce groupe de femmes dévouées et talentueuses s’est rassemblé pour participer à une retraite de confection de cour tepointes pendant deux jours à la fin octobre.

     En effet, trente-six femmes du comté de Yarmouth et Alice Oickle de la Vallée d’Annapolis se sont inscrites pour travailler sur un projet commun ou sur des projets individuels, les 25 et 26 octobre au Club acadien à Sainte-Anne-du-Ruisseau. Le projet commun était de confectionner un chemin de table. Les membres des Patchwork Pals ont travaillé sur leur projet dans leur salle du deuxième étage du club et les repas communs étaient servis dans la grande salle de Club acadien. La grande salle à manger avait été décorée par un groupe de femmes qui ont voulu créer un décor reflétant le thème de l’Halloween.

     Afin d’en comprendre davantage sur l’organisation et la coordination de cette retraite de courtepointes, Le Courrier de la Nouvelle-Écosse s’est rendu au Club acadien pour rencontrer Jeanne Doucette. Jeanne Doucette est la présidente de cette organisation depuis six ans. Elle nous a expliqué que la retraite est devenue très populaire auprès des membres de Patchwork Pals pour plusieurs raisons. La principale raison est que les membres ont tellement apprécié la première retraite en 2017 qu’elles ont demandé de participer à d’autres activités de ce genre. La moitié des membres ont décidé de travailler sur un projet commun et l’autre moitié ont choisi de travailler sur des projets personnels. Mme Doucette a constaté que son groupe est très social et qu’elles sont prêtes à travailler sur des projets communs.

     En ce qui concerne le financement de l’activité, Mme Doucette nous a informés que cette activité est gratuite pour ses membres. Pendant les rencontres hebdomadaires, elles contribuent un montant fixe pour aider à défrayer les dépenses associées à cette retraite. Mme Doucette a noté que les plus grands coûts de la journée sont ceux liés aux repas. Ce groupe de femmes possède d’autres talents que la courtepointe. Elles sont également des cuisinières de haute qualité. Les femmes ont préparé les dîners de vendredi et samedi. Le banquet du vendredi soir, un souper à la dinde avec dessert a été préparé par Charlene McCauley, une cuisinière de la région.

     Jeanne Doucette a expliqué que son groupe avait eu une année assez intéressante et elle est très reconnaissante envers ces femmes qui continuent à se rencontrer tous les mercredis et à produire des courtepointes qui sont ensuite données dans la communauté, soit à des particuliers ou à des organisations à but non lucratif. Mme Doucette a ajouté qu’une courtepointe avait été donnée par quelqu’un de la région et qu’il s’agissait du prix à gagner dans un tirage au sort afin de prélever des fonds. Mme Doucette a voulu remercier les entreprises et particuliers locaux qui ont fait des dons pour servir de prix de présence : Atlantic Superstore, Maritime Beauty, Cassa, Sunrise Printing, Vaughne Assurance, Pubnico Pharmasave, La T’Chuisine, Tusket Ultra Mart, Carl’s Store, Design by Nhung, Malcolm Madden et Patchwork Pals.

     Jeanne Doucette a terminé son entrevue en nous informant que le succès de cette journée dépend de la générosité de ses membres. Cette activité gratuite pour ses membres est une manière de reconnaître leur talent et leur bonté.

De gauche à droite : Jeanne Doucette, présidente de Patchwork Pals; Jean d’Entremont, vice-présidente et Debra LeBlanc, secrétaire.