Martine L. Jacquot lors du lancement d’un Salon du livre d’Halifax il y’a quelques années.
Martine L. Jacquot lors du lancement d’un Salon du livre d’Halifax il y’a quelques années.

Les livres de Martine L. Jacquot vont loin!

ANNAPOLIS : Les Éditions AfricAvenir viennent d’annoncer la publication d’une trilogie romanesque, L’envol des jours, de l’auteure néo-écossaise Martine L. Jacquot.

Cette publication comprend les deux premiers romans de Martine L. Jacquot, Les Terres douces et Les Glycines, qui seront à nouveau disponibles au niveau international, depuis leur publication en 1988 et en 1996. Le premier roman se situe en France dans les années 1940, pendant et après la Seconde Guerre mondiale, et le deuxième roman se passe dans les années 1950-60, alors que l’on suit la génération subséquente de la même famille. « J’ai plongé dans ce que j’ai vu et vécu, mais surtout dans ce qui m’a précédée et que j’ai recherché. Je voulais peindre des gens ordinaires, tout en montrant ce qu’ils portent d’intéressant dans leurs défis et leurs réussites. Je me suis intéressée en particulier à l’histoire des femmes, centres des familles, organisatrices de tout ce qui se passait à la maison et bien au-delà, » raconte l’auteure. Le troisième tome, Les colombes, dont l’écriture est récente, fait découvrir aux lecteurs une nouvelle génération de cette saga. « Je suis habitée par une grande nostalgie des années 1970. Être jeune à cette époque signifiait porter tous les espoirs du monde. La vie était simple et tout semblait possible, l’optimisme régnait. En ce moment, il me semble qu’on a besoin de redécouvrir la paix et la beauté qui nous entouraient. » Pour écrire ce roman, l’auteure a replongé dans les thématiques de cette période, relu son journal et ses poèmes de jeunesse afin de se mettre dans la peau d’un personnage de cette époque, relu de vieilles lettres afin de retrouver les sujets qui intéressaient les jeunes de cette génération. « Il me semble que nous avons terriblement fait marche arrière depuis ces années. Nous avions une tonne de centres d’activités, nous ne nous ennuyions jamais, nous étions à l’écoute du monde et nous étions formidablement créatifs. » Bien qu’il s’agisse d’une trilogie, chaque roman est une histoire en soi et peut être lu individuellement. Les personnages sont attachants et leurs univers nous entraînent vers le rêve. Limpide et vivifiante, cette écriture est une bouffée d’air frais. Martine L. Jacquot écrit dans la vallée de l’Annapolis depuis 40 ans. Elle a publié une bonne trentaine de livres au Canada et en France, entre autres, et dans des revues dans de nombreux pays. Les éditions AfricAvenir internationales sont basées au Cameroun, avec des antennes à Berlin, Paris et Vienne. Elles avaient publié en 2011 un livre de récits de voyage de la même auteure, l’année aux trois étés.