Deux différents pays sur un même continent avec des racines acadiennes identiques font un échange culturel sur la danse traditionnelle acadienne et celle de Saint-Pierre. Au centre de la photo : Serge et Maryse Michel, entourés de la foule à la fête de la Bastille.
Deux différents pays sur un même continent avec des racines acadiennes identiques font un échange culturel sur la danse traditionnelle acadienne et celle de Saint-Pierre. Au centre de la photo : Serge et Maryse Michel, entourés de la foule à la fête de la Bastille.

L’échange entre la Baie Sainte-Marie et Saint-Pierre-et-Miquelon

Adrien B. Comeau
COMEAUVILLE : Deux différents pays sur un même continent avec des racines acadiennes identiques font un échange culturel sur la danse traditionnelle acadienne et celle de Saint-Pierre. Maryse et Serge Michel sont tous les deux membres de l’association Cultur’île qui est une association qui s’articule autour de cours de danse et de causeries sur les traditions et le passé. En 2016, les îles de Saint-Pierre- et-Miquelon ont célébré le bicentenaire de la rétrocession définitive des îles de Saint- Pierre-et-Miquelon à la France. Le comité organisateur ne voulait surtout pas se contenter d’une année de festivités, alors ils ont poursuivi le projet en fondant Cultur’île.
De gauche à droite : Maryse Michel, Natalie Robichaud, Yvette Comeau et Serge Michel.

     En septembre 2018, Patricia Detcheverry, fondatrice et présidente de l’organisation L’HEURE DE L’EST.ORG, est venue à la Baie Sainte-Marie pour aider son organisation qui a pour but de faire découvrir la francophonie de l’Atlantique et de la promouvoir. À son retour à Saint-Pierre, Patricia Detcheverry a communiqué avec Maryse Michel, professeure de danse sur l’île, afin de lui parler de la possibilité de faire un échange entre les deux cultures, soit celle de la Baie Sainte-Marie et des îles Saint-Pierre-et-Miquelon. 

     L’Association Cultur’île et la Société acadienne de Clare ont tous deux reçu des fonds de différentes sources pour finalement en arriver à faire l’échange. Comme on le mentionnait dans un article du Courrier de la Nouvelle-Écosse paru au mois de mai, Serge et Maryse Michel sont tous les deux venus goûter à la culture acadienne de la Baie à partir du 22 mai pour quelques jours. Toutefois, du 12 au 17 juillet, Yvette Comeau et Natalie Robichaud ont eu l’expérience de voir et de vivre la culture de Saint-Pierre-et-Miquelon. 

     Le séjour d’Yvette et de Natalie, n’aurait pas pu aller mieux, affirment-elles. Elles se sont senties très bien accueillies durant toutes leurs tournées. Pendant leur séjour, la fête nationale de la France (la Bastille) était célébrée. Cette fête qui est soulignée un peu comme la fête du Canada, a été l’un des points saillants de leur voyage. Avec des ateliers de danse où étaient réunies plus de 80 personnes qui dansaient, tout le monde « a eu du fun! ». 

     Natalie et Yvette, qui sont toutes deux « calleuses de danse » ont donné un atelier sur la danse traditionnelle acadienne et elles ont participé à quelques danses apprises lors du passage ici en mai de Maryse et Serge. 

     Les îles de Saint-Pierre- et-Miquelon se retrouvent à quelques kilomètres seulement de Terre-Neuve-et-Labrador. Les îles sont toutefois toujours des îles francophones qui appartiennent à la France. Avec une population d’environ 6 000 personnes, seuls 600 de ses habitants habitent l’île de Miquelon. Les îles françaises qui se trouvent en Atlantique ont toujours l’aspect culturel français, et ils ont toujours les camions surélevés devant les boulangeries. 

     Avec un vol direct de l’aéroport international Stanfield d’Halifax, vous pouvez arriver à l’aéroport Saint-Pierre Pointe-Blanche, en une heure et demie seulement. Oui, mais je n’ai pas de passeport, dites-vous? On n’a pas besoin de passeport pour visiter les îles de Saint-Pierre-et-Miquelon; il suffit d’une carte d’identité ou d’un permis de conduire.