De gauche à droite : Colton LeBlanc présente
 une résolution spéciale à Bernice d’Entremont et Paul d’Entremont.
De gauche à droite : Colton LeBlanc présente une résolution spéciale à Bernice d’Entremont et Paul d’Entremont.

Le Musée des Acadiens des Pubnicos fête son 40e anniversaire

Norbert LeBlanc
Une cérémonie marquant le 40e anniversaire de l’ouverture du Musée des Acadiens des Pubnicos a eu lieu le dimanche 6 octobre au Musée à Pubnico. Une trentaine de personnes représentant les membres et les amis du Musée se sont rassemblées pour une journée portes ouvertes pour fêter ce jalon dans l’histoire du Musée. Paul d’Entremont, le président de la Société historique acadienne de Pubnico-Ouest, a souhaité la bienvenue et il a présenté deux invités : Colton LeBlanc et Charlene LeBlanc. Colton LeBlanc est le nouveau député d’Argyle-Barrington, et Charlene LeBlanc est agente de développement pour la municipalité d’Argyle.

     Colton LeBlanc a pour sa part félicité le Musée acadien pour ses quarante ans de service à la communauté. Il a par la suite présenté un certificat de résolution au Musée. Ce certificat était une résolution suivant laquelle tous les membres de l’Assemblée législative de la Nouvelle-Écosse félicitent la Société historique acadienne de Pubnico-Ouest et le Musée des Acadiens des Pubnicos à l’occasion de leur 40e anniversaire pour tout leur travail et dévouement à la promotion et à la préservation de la culture acadienne.

     Par la suite, Charlene LeBlanc a exprimé sa reconnaissance à l’endroit des organisateurs de ces fêtes du 40e anniversaire. Elle a également remercié Bernice d’Entremont pour son dévouement envers le Musée et la Société historique.

     Dans ses commentaires, Paul d’Entremont a annoncé les activités de la semaine, c’est-à- dire le lancement du site web; la présentation sur la famille des Francisons et les activités arts et métiers acadiens; les présentations PowerPoint sur le Village de la lignée des anciens Surette et sur l’origine des villages des Mius en France; le souper de la récolte, les séances d’art et d’artisanat; et la présentation du livre Saulnier.

Felixa d’Entremont, assise dans la même chaise que sa mère, il y a de cela 40 ans.

     Paul d’Entremont a ensuite relaté l’historique du Musée actuel. En citant un article du Courrier du 23 août 1979, Paul d’Entremont a rappelé ce qui suit. Les cérémonies d’ouverture en 1979 ont été présidées par Désiré d’Eon, le président de la Société historique. Le père Gerald LeBlanc, le curé de la paroisse, a prononcé une prière lors de cette ouverture. Rosie d’Entremont, la secrétaire de la Société, a participé au lever du drapeau acadien, un cadeau donné au Musée par le Club des ambitieux. Il est à noter que la fille de Rosie d’Entremont, Felixa d’Entremont, était présente pour la fête du 40e anniversaire. Felixa d’Entremont a rappelé que sa mère, une institutrice du village, avait une fierté sans égale pour son patrimoine acadien. Pendant les cérémonies d’ouverture en 1979, Désiré d’Eon a remercié Leonard d’Eon qui avait fabriqué et installé l’enseigne du Musée. Alfred d’Entremont a aussi décrit l’histoire du Musée, un projet dont les citoyens de la communauté ont attendu la réalisation pendant plus de trente ans. En 1979, les coûts associés au Musée s’élevaient à 18 500 $, et la Société historique s’était dite reconnaissante des octrois reçus du gouvernement fédéral et provincial ainsi que de la municipalité.

     La dernière partie officielle de la journée portes ouvertes a été une présentation détaillée de Coral d’Entremont sur le père Clarence d’Entremont. Originaire de Pubnico-Ouest, le père Clarence a grandement contribué à l’histoire et à la généalogie des Acadiens de la région. Doté d’une grande érudition acquise au Canada et à l’étranger, le père d’Entremont a reçu un grand nombre de distinctions pendant sa carrière et après sa retraite. Il est l’auteur de nombreux textes et articles. Il était un homme très charitable et, selon Coral d’Entremont, il était très généreux avec son temps et son argent. Avant sa mort, il a légué sa bibliothèque personnelle à la Société historique de Pubnico-Ouest. Le Musée l’a reconnu en dédiant son centre de recherche à sa mémoire.