Rassemblés pour le lancement officiel du livre Cap-Rouge : ancien hameau de Chéticamp, de gauche à droite : Napoléon Chiasson, président de la Société Saint-Pierre, Kelly Deveaux, surintendante par intérim du parc national, Ginette Chiasson, recherchiste et auteure du livre, Blair Pardy, directeur de l’unité de gestion du Cap-Breton et Lisette Bourgeois, directrice générale de la Société Saint-Pierre.
Rassemblés pour le lancement officiel du livre Cap-Rouge : ancien hameau de Chéticamp, de gauche à droite : Napoléon Chiasson, président de la Société Saint-Pierre, Kelly Deveaux, surintendante par intérim du parc national, Ginette Chiasson, recherchiste et auteure du livre, Blair Pardy, directeur de l’unité de gestion du Cap-Breton et Lisette Bourgeois, directrice générale de la Société Saint-Pierre.

Le livre Cap-Rouge : ancien hameau de Chéticamp lancé au parc national

Rosie AuCoin-Grace
CHÉTICAMP : Le lancement du livre Cap-Rouge : ancien hameau de Chéticamp / Former Hamlet of Chéticamp a été lancé le mercredi 6 novembre au centre des visiteurs du Parc national des Hautes-Terres du Cap-Breton devant une foule de gens.

     Le livre est consacré à la mémoire des Cap-Rougiens acadiens qui étaient établis au Cap-Rouge et dont les terres ont été expropriées en 1936 afin de créer le Parc national des Hautes-Terres du Cap-Breton. Le livre, un projet de la Société Saint-Pierre en partenariat avec Parcs Canada, porte sur une histoire remontant aux années 1864-1936 au sujet d’une communauté acadienne vibrante qui a existé à l’intérieur des limites du parc actuel des Hautes-Terres. Il invite les lecteurs à se promener au Cap-Rouge et à en découvrir les résidants, les petits hameaux où ils s’étaient établis et leur façon de vivre.

     La région du Cap-Rouge longeait la côte ouest de l’île du Cap-Breton à environ sept milles au nord de Chéticamp. Elle comprenait La Bloque, le Ruisseau- des-Maurice (Trout Brook), la Rivière-à-Lazare (Corney Brook) et le Ruisseau-du-Canadien.

     Le maître des cérémonies pour l’occasion était Daniel AuCoin de la radio CKJM. Il était assisté des orateurs invités : Kelly Deveaux, surintendante par intérim du parc national, Blair Pardy, directeur de l’unité de gestion, Napoléon Chiasson, président de la Société Saint-Pierre, et Ginette Chiasson, recherchiste et auteure du livre.

     Kelly Deveau a d’abord pris la parole. « Nous sommes très contents d’être vos hôtes pour cet évènement. Nous tenons d’abord à souligner que la terre sur laquelle nous sommes rassemblés aujourd’hui est un territoire ancestral non cédé par le peuple mi’kmaq de la Nouvelle-Écosse. Quand j’ai vu le livre pour une première fois, j’ai pensé : Wow! La page couverture présente une image pleine couleur de la Rivière-à-Lazare avec ses maisons comme un vrai moment capté dans le passé. C’est merveilleux. Depuis un mois maintenant, chaque fois que je regarde le livre, mes pensées se perdent dans cette photo. C’est comme si j’étais une jeune femme marchant le long de la route en regardant cette même scène, en plein air, juste devant moi. J’ai été touchée et ce n’était que la couverture du livre! »

     Mme Deveau dit qu’à chaque page, l’auteure a su capter le sens de la beauté et de la résistance des gens qui vivaient près de la mer et au pied des collines et des montagnes avant la création du parc national. « J’en connaissais déjà pas mal au sujet de l’histoire du Cap-Rouge, mais quand j’ai lu le livre, j’étais heureuse d’apprendre de nouvelles choses. Je suis très contente qu’on célèbre cet ancien hameau de Chéticamp et qu’on le célèbre pour les générations d’aujourd’hui et de l’avenir. »

     Selon elle, les expropriations sont un chapitre du passé des Acadiens de Chéticamp et de Parcs Canada. « C’est notre histoire. Mais aujourd’hui, c’est une histoire que nous reconnaissons et que nous soulignons avec vous. Je suis très fière de ce progrès et c’est excitant de songer à l’avenir. Je voudrais féliciter la Société Saint-Pierre. Le livre sur le Cap-Rouge est le résultat d’un important travail. C’est un vrai trésor pour la communauté. Merci pour encore un autre projet remarquable. »

     Pour sa part, Blair Pardy a parlé de l’importance de reconnaître l’histoire des Acadiens au Parc national des Hautes-Terres. Il a souligné le partenariat incroyable qui existe entre la Société Saint- Pierre et Parcs Canada et le fait qu’avec cette collaboration, de grands projets ont été réalisés, y compris la publication de l’histoire de Cap-Rouge. Il a félicité tous les gens qui y ont travaillé.

     « Nous sommes heureux d’être ici cet après-midi pour rendre hommage aux Acadiens qui ont été déplacés de leurs terres en vue de la construction du parc national, a dit Napoléon Chiasson. Nous voulons qu’on se souvienne de cette partie importante de l’histoire locale, du courage et de la détermination de nos ancêtres qui ont dû se ré-établir à Chéticamp. Ce livre est un outil que les générations futures auront pour noter ce chapitre de notre histoire. Nous avons parlé depuis plusieurs années de la publication d’un livre avec des images sur la vie des habitants dans et autour de Cap-Rouge. Pour la Société Saint-Pierre, ceci va permettre que nos photos, histoires et témoignages soient préservés pour des générations à venir. Être ici cet après-midi pour honorer nos ancêtres et nos familles acadiennes avec le lancement de ce tout nouveau livre est une source de grande joie et un grand honneur pour notre équipe aux Trois-Pignons », a-t-il poursuivi.

     Il a souligné le partenariat important qui existe entre Parcs Canada et la Société Saint-Pierre ainsi que la communauté de Chéticamp. « Leur appui continu nous a permis d’aller de l’avant avec ce projet, a dit le président de la Société Saint-Pierre. Nous apprécions la confiance qui nous a été accordée pour un tel projet. Nous n’aurions pas été capables de publier ce livre sans la contribution financière de Parcs Canada. Le directeur Blair Pardy et son équipe ont été très accueillants. Plusieurs gens sont jaloux du partenariat solide qui nous unit. »

     Il a tenu à souligner le travail et l’appui des gens de la communauté envers ce projet. « Merci surtout à Ginette Chiasson pour la recherche et la rédaction, à Charlie Dan Roach, Daniel AuCoin, Donna Larade et Gisèle AuCoin pour leur lecture du livre, à René Babin pour la conception et la mise en page, à Roy Deveaux, CHNE et Rosie AuCoin-Grace pour les entrevues au fil des ans ainsi qu’à l’équipe du parc national, en particulier Eric LeBel, Kelly Deveaux, Ida Deveau et Scott AuCoin. Ensemble, nous avons réalisé un projet formidable et nous avons le droit d’en être fiers. »

     La recherchiste et rédactrice du livre, Ginette Chiasson, a ensuite expliqué ses profondes racines avec Cap-Rouge. « Ce projet me tenait à cœur puisque des deux côtés de ma famille j’ai des ancêtres qui ont vécu au Cap-Rouge. J’ai découvert le côté paternel de ces relations en écrivant ce livre. C’était fascinant pour moi. Je suis heureuse et fière que cette histoire va durer des générations à venir. » Elle a capté l’attention des gens présents en lisant quelques extraits du livre, y compris les Autres sources de revenu et l’Économie illégale. Des rires ont fusé et les gens ont appris quelque chose. »

     L’après-midi a pris fin avec des rafraîchissements alors que les gens ont pu échanger, surtout les gens qui ont vécu au Cap-Rouge ou qui avaient des racines là. On a pu aussi visiter Le Nique, la librairie des Amis du Plein-Air.

     Le livre Cap-Rouge : Ancien hameau de Chéticamp – Former Hamlet of Chéticamp est une publication facile à lire, bilingue et remplie de vieilles photographies de ce lieu anciennement habité dans les limites du parc national. Il comprend de nombreux faits et témoignages des gens du Cap-Rouge et de leur façon de vivre. Le livre est en vente aux Trois-Pignons (902-224-2642) ou par courriel : lestrois-pignons@gmail.com