Isao Sanami Morrill, à gauche, et Berthe Dirren sont heureuses de leur publication.

Berthe Dirren et Isao Sanami Morrill lancent leur recueil de poèmes et de dessins

POINTE-de-l’ÉGLISE : Berthe Dirren, poète du Petit-Ruisseau, et Isao Sanami Morrill, dessinatrice de la Pointe-de-l’Église, ont lancé le 18 septembre dernier leur œuvre intitulée Espresso et Zeste de Vie. Une vingtaine de personnes ont répondu à l’invitation et ont assisté au lancement.

     Animée par Diane Nadon, présidente du Conseil des arts de la Baie, le lancement a permis à Berthe de lire quelques poèmes extraits du livre et à Isao de présenter ses dessins. Les poèmes ont été écrits en fonction de ce que Berthe a vu dans les dessins d’Isao.

     « On se rencontrait et on se donnait un thème, une idée à exploiter. Ensuite, on l’interprétait chacune de notre côté, Berthe par des mots écrits et Isao par le dessin, a expliqué Berthe. On discutait ensuite de ce que ça évoquait pour nous sans toutefois changer les œuvres. Ce n’était pas pour le public au début, seulement pour stimuler nos interactions. Nous avons eu tellement de plaisir à travailler ainsi. » Les deux femmes se rencontraient avec beaucoup de bonheur environ tous les mois et elles s’encourageaient mutuellement. Berthe a raccourci certains poèmes en vue de la publication.

     C’est Kai, le fils d’Isao, qui a suggéré que les femmes publient certains travaux. Il s’est occupé de la mise en page du livret publié chez Sentinel Print à Yarmouth.

     Isao Morrill est potière et peintre originaire de Tokyo, au Japon. Elle a vécu 20 ans en Colombie-Britannique et s’est installée un peu partout au Canada neuf fois avant de s’établir à la Pointe-de-l’Église en 2007. Elle s’active dans son atelier de poterie et son jardin.

     Maintenant à la retraite, Berthe Dirren a été enseignante-ressource et administratrice dans les écoles. Originaire du Lac Etchemin, au Québec, elle habite au Petit-Ruisseau depuis 2008 après avoir vécu à Halifax pendant plusieurs années.

     Le livret ainsi lancé comprend 14 poèmes et dessins. On peut se le procurer au coût de 10 $ chez les auteurs et chez Clarence Foodland à Saulnierville. On peut également le consulter à la Bibliothèque régionale de l’Ouest, à l’Université Sainte-Anne, au Centre acadien et au Centre provincial de ressources pédagogiques.

TUSKET : Après plusieurs mois de préparation et de coordination, la municipalité d’Argyle a présenté la 5e édition d’Expérience d’Argyle. Cette présentation a eu lieu le jeudi 14 novembre devant une salle bondée d’environ 300 personnes provenant de tous les coins de la municipalité. Chris d’Entremont, le nouveau député fédéral de Nova-Ouest, était le maître de cérémonie. La soirée a été divisée en deux parties : la Vitrine d’Argyle a eu lieu dans la salle Père-Maurice- LeBlanc de 18 h 30 à 19 h 30 et le Goût d’Argyle a eu lieu dans la cafétéria et le gymnase de l’École secondaire de Par-en-Bas de 19 h 30 à 20 h 30.

     Vitrine d’Argyle : La première personne à monter sur scène était Sandra Hubbard-LeBlanc, qui a joué le rôle de « Nosey Rosie ». En se berçant dans sa chaise préférée, elle a amusé la foule avec ses anecdotes locales. Certains spectateurs l’ont comparée à la Sagouine d’Argyle.

     La deuxième partie de la Vitrine d’Argyle a été une entrevue avec Nicole Albright et certains élèves de l’École Belleville. Mme Albright est la conseillère municipale d’Argyle pour le district 5. Ce district comprend les régions de Quinan, Belleville et Sainte-Anne-du-Ruisseau. Mme Albright a posé une série de questions à ces jeunes enfants d’âge scolaire. Entre autres, elle leur a demandé quels genres d’emplois pourraient amener des gens à déménager en région. Elle leur a aussi demandé comment ils répondraient à des gens qui ne sont pas gentils.

PETIT-de-GRAT: C’est le mercredi soir, 6 novembre, à 18 h 30 que Jude Avery, natif de Larry’s River dans le comté de Guysborough, est venu faire découvrir son nouveau livre, The Forgotten Acadians... a story of discovery.

     Il n’est pas arrivé seul. Une amie de longue date, Dolores Boudreau, l’accompagnait et l’a présenté à des cousins de l’Isle Madame. Kenny Boudreau, musicien bien connu des gens de l’Isle Madame et natif de Petit-de-Grat, qui habite maintenant l’Anse à Charlo (Charlo’s Cove), l’accompagnait aussi. Deux compatriotes et amis, Blair et Sylvestre Pellerin de sa région natale, prêtaient main-forte à l’auteur, Jude Avery.

     Il s’agissait aussi d’une rencontre d’auteurs. Odilon Boudreau, lui aussi écrivain acadien qui fait découvrir l’histoire des Acadiens par ses écrits, a partagé la scène pour parler de son plus récent livre, Isle Madame Acadians, ancestral identity and pride.

YARMOUTH : Les organisateurs de la foire de Dix Mille Villages se préparent pour leur vente annuelle qui aura lieu le vendredi 29 novembre de 9 h du matin jusqu’à 21 h en soirée et le samedi 30 novembre de 9 h du matin jusqu’à 15 h en après-midi. Cette vente qui gagne en popularité auprès des gens du Sud-Ouest aura lieu à la Beacon United Church située au 25 de la rue Beacon dans la ville de Yarmouth. L’admission est gratuite et le site est accessible aux personnes avec besoins spéciaux.

     Pour mieux comprendre cette vente d’artisanat, Le Courrier de la Nouvelle-Écosse a rencontré Patty et Tony Dorrian, deux organisateurs de cette activité annuelle qui s’occupent de la publicité et de la commercialisation de la vente. Une de leurs nombreuses tâches est de communiquer avec les médias locaux afin de les informer sur cette activité récurrente.

     Patty Dorrian dit qu’il y a déjà douze ans qu’elle s’est engagée à faire la promotion de cette activité. Elle a d’abord découvert l’activité pendant son mandat à la présidence des Dames catholiques de Yarmouth. Depuis trois ans elle est devenue responsable de la promotion. Son époux Tony Dorrian est également très engagé dans la promotion de cette vente annuelle. M. Dorrian qui continue à s’engager dans la vie communautaire de sa région siège également au comité d’accueil des nouveaux arrivants dans la région de Yarmouth. Les Dorrian sont aussi une famille qui accueille des élèves internationaux depuis plusieurs années à leur résidence de Hebron. Tony Dorrian m’a confié que cet intérêt particulier pour la communauté internationale l’a incité à vouloir appuyer les gens des pays en voie de développement.

MONCTON (N.-B.) : Dans le premier chapitre sur Belle-Île- en-Mer, un groupe d’Acadiens du Nouveau-Brunswick débarque sur cette île française, près des côtes de la Bretagne, pour célébrer les 250 ans d’établissement de leurs cousins. Le cinéaste a voulu offrir une suite en réalisant une œuvre sur 18 Bellilois qui font le voyage depuis la France jusqu’en Acadie sur les traces de leurs ancêtres.

     Même si 4 500 kilomètres les séparent des provinces Maritimes, les Bellilois acadiens entretiennent des liens forts avec leurs origines. Après la Déportation, leurs ancêtres qui vivaient à Grand-Pré et à Port-Royal ont été dispersés pour ensuite se retrouver dans des prisons britanniques.

     Avec la signature du Traité de Paris, les Acadiens prisonniers ont été rapatriés en France et certains d’entre eux se sont établis à Belle-Île-en-Mer.

     Phil Comeau qui s’intéresse à cette communauté vient tout juste de terminer la réalisation du deuxième chapitre de leur histoire. Le court métrage Belle-Île en Acadie a été présenté au Festival international du cinéma francophone en Acadie (FICFA) le 17 novembre.

DARTMOUTH : Ronald Bourgeois était de passage dernièrement à Argyle, Clare et Halifax pour animer des cercles de musique avec des artistes amateurs de 50 ans et plus.

     Ces activités se déroulent dans le contexte du projet Cœur d’Artiste du Regroupement des aînés de la Nouvelle-Écosse en partenariat avec la Fédération culturelle acadienne de la Nouvelle-Écosse. Durant ces trois séances, Ronald a pu partager ses expériences avec plus de 25 artistes locaux.

     Cœur d’Artiste est un projet qui cherche à développer et à promouvoir les artistes amateurs de 50 ans et plus de l’Acadie de la Nouvelle-Écosse. On se rappelle que Jeannot Chiasson de Chéticamp, Gilles Larade de Sydney, et Delores Boudreau de l’Isle Madame se sont tout récemment produits dans le spectacle Célébration 50+ de la Fédération des aînées et aînés francophones du Canada (FAAFC) au Centre des arts Shenkman à Ottawa. Ils avaient préalablement participé aux ateliers Cœur d’Artiste lors de la tournée de Ronald Bourgois au Cap-Breton au printemps dernier.

CHÉTICAMP : Le lancement du livre Cap-Rouge : ancien hameau de Chéticamp / Former Hamlet of Chéticamp a été lancé le mercredi 6 novembre au centre des visiteurs du Parc national des Hautes-Terres du Cap-Breton devant une foule de gens.

     Le livre est consacré à la mémoire des Cap-Rougiens acadiens qui étaient établis au Cap-Rouge et dont les terres ont été expropriées en 1936 afin de créer le Parc national des Hautes-Terres du Cap-Breton. Le livre, un projet de la Société Saint-Pierre en partenariat avec Parcs Canada, porte sur une histoire remontant aux années 1864-1936 au sujet d’une communauté acadienne vibrante qui a existé à l’intérieur des limites du parc actuel des Hautes-Terres. Il invite les lecteurs à se promener au Cap-Rouge et à en découvrir les résidants, les petits hameaux où ils s’étaient établis et leur façon de vivre.

HALIFAX : Les Voix d’Acadie sont en préparation pour leur concert C’est Noël qui sera présenté le samedi 30 novembre au Carrefour du Grand Havre au 201 de l’avenue du Portage, Dartmouth à 19 h. Le prix d’entrée est de 10 $ pour adultes et de 5 $ pour les enfants moins de 12 ans. Vous trouverez des renseignements supplémentaires sur le site web www.lesvoixdacadie.ca

TUSKET : Le Conseil acadien de Par-en-Bas (CAPEB) a tenu son assemblée générale annuelle (AGA) le mercredi 6 novembre dans la bibliothèque de l’École secondaire de Par-en-Bas. Une trentaine de membres ont assisté à l’AGA qui a commencé par un délicieux souper de pâté à la râpure dans la cafétéria de l’École. Jean Amirault et une équipe de bénévoles ont coordonné le souper.

     Sally Kenney, la directrice générale du CAPEB, a souhaité la bienvenue aux membres et elle a par la suite demandé à l’AGA de désigner une présidence de l’assemblée. En l’absence de Brent Surette, le président par intérim, Norbert LeBlanc a été élu président de l’assemblée et il a alors demandé l’adoption de l’ordre du jour et du procès-verbal de la réunion annuelle de 2018.

ATLANTIQUE : La Société Nationale de l’Acadie (SNA) se dote d’une direction générale par intérim, en raison du départ en congé de maternité de sa directrice générale actuelle, Véronique Mallet. C’est Liane Roy qui prendra la barre de l’organisme porte-parole de l’Acadie de manière progressive, dès la semaine prochaine.

     La présidente de la SNA, Louise Imbeault, se réjouit de voir cette gestionnaire chevronnée se greffer à l’équipe.

     « Liane Roy nous arrive avec une expérience très exhaustive. J’ai pleinement confiance que ses habiletés en gestion et ses nombreux contacts, à la fois dans le milieu acadien et en Francophonie internationale, bénéficieront grandement à la Société Nationale de l’Acadie. »

COMEAUVILLE : La Société acadienne de Clare a tenu sa 18e Assemblée générale annuelle lors d’un 5 à 7 au Club de golf à Comeauville le vendredi 1er novembre. C’était l’occasion pour lancer le premier livre de poésie de Patrick Duffy de Saulnierville et d’écouter la musique du jeune musicien Michael Saulnier qui compose des chansons en français depuis peu.

     Patrick Duffy a introduit son livre Point fini encore en laissant deviner qu’il n’a pas fini de rédiger des poèmes. Il a même affirmé en avoir trouvé d’autres après la publication de ce livre. Il a expliqué qu’il crée des poèmes depuis 2008 suite à un atelier d’alphabétisation. Il a lu des poèmes au lancement tout en racontant ce qui l’a conduit à la création des poèmes. Il avait déjà lu quelques poèmes à la radio CIFA avec l’ancienne animatrice Gene Dugas qui a aussi lu un de ses poèmes au 5 à 7.

HALIFAX : Daniel LeBlanc, artiste acadien en tournée, directeur musical et artistique et éducateur, est le lauréat du Prix Grand-Pré de 2019.

     Le Prix Grand-Pré est un prix annuel décerné aux artistes dont le travail reflète les valeurs culturelles acadiennes tout en faisant preuve d’excellence et d’originalité. M. LeBlanc est l’un des cofondateurs du célèbre groupe acadien Grand Dérangement, qui a fait des tournées au Canada, aux États-Unis et en Europe. Il est aussi directeur général du Festival acadien de Clare, il enseigne la musique et il est en tournée avec son nouveau projet de violon électrique, Comté de Clare.

COMEAUVILLE : La Société acadienne de Clare (SAC) a connu un été chargé comme en témoignent les derniers mois d’activités. La directrice générale, Natalie Robichaud, a pu compter sur deux stagiaires, soit Adrien Comeau et Evelyne LeBlanc-Joyce.

     Adrien Comeau a été directeur général adjoint de la SAC pour l’été. Il a participé à la vitrine pour le CMA 2024 à Moncton et a travaillé avec le Festival acadien de Clare. Il s’est aussi occupé des dossiers du bureau à Comeauville. Evelyn LeBlanc-Joyce a travaillé avec le Festival acadien. Elle a préparé le montage du livre Fier et francophone, un projet de la SAC et du Conseil des arts de la Baie coordonné par Anne LeBlanc. Le projet visait à donner l’occasion aux gens de célébrer, par la poésie et l’art visuel, le 50e anniversaire des Langues officielles au Canada. Dix-sept personnes figurent dans l’œuvre publiée pour l’occasion. Les travaux démontrent ce que la francophonie représente pour eux. Evelyn a aussi travaillé sur le jeu vidéo Clarevoyance avec le concepteur Chad Comeau.

SAINTE-ANNE-du-RUISSEAU : Les Patchwork Pals, une association de femmes de la région de Sainte-Anne-du-Ruisseau et des environs, continuent à appuyer les organisations et les personnes dans le besoin de la région. Ce groupe de femmes dévouées et talentueuses s’est rassemblé pour participer à une retraite de confection de cour tepointes pendant deux jours à la fin octobre.

     En effet, trente-six femmes du comté de Yarmouth et Alice Oickle de la Vallée d’Annapolis se sont inscrites pour travailler sur un projet commun ou sur des projets individuels, les 25 et 26 octobre au Club acadien à Sainte-Anne-du-Ruisseau. Le projet commun était de confectionner un chemin de table. Les membres des Patchwork Pals ont travaillé sur leur projet dans leur salle du deuxième étage du club et les repas communs étaient servis dans la grande salle de Club acadien. La grande salle à manger avait été décorée par un groupe de femmes qui ont voulu créer un décor reflétant le thème de l’Halloween.

Une cérémonie marquant le 40e anniversaire de l’ouverture du Musée des Acadiens des Pubnicos a eu lieu le dimanche 6 octobre au Musée à Pubnico. Une trentaine de personnes représentant les membres et les amis du Musée se sont rassemblées pour une journée portes ouvertes pour fêter ce jalon dans l’histoire du Musée. Paul d’Entremont, le président de la Société historique acadienne de Pubnico-Ouest, a souhaité la bienvenue et il a présenté deux invités : Colton LeBlanc et Charlene LeBlanc. Colton LeBlanc est le nouveau député d’Argyle-Barrington, et Charlene LeBlanc est agente de développement pour la municipalité d’Argyle.

     Colton LeBlanc a pour sa part félicité le Musée acadien pour ses quarante ans de service à la communauté. Il a par la suite présenté un certificat de résolution au Musée. Ce certificat était une résolution suivant laquelle tous les membres de l’Assemblée législative de la Nouvelle-Écosse félicitent la Société historique acadienne de Pubnico-Ouest et le Musée des Acadiens des Pubnicos à l’occasion de leur 40e anniversaire pour tout leur travail et dévouement à la promotion et à la préservation de la culture acadienne.

     Par la suite, Charlene LeBlanc a exprimé sa reconnaissance à l’endroit des organisateurs de ces fêtes du 40e anniversaire. Elle a également remercié Bernice d’Entremont pour son dévouement envers le Musée et la Société historique.

     Dans ses commentaires, Paul d’Entremont a annoncé les activités de la semaine, c’est-à- dire le lancement du site web; la présentation sur la famille des Francisons et les activités arts et métiers acadiens; les présentations PowerPoint sur le Village de la lignée des anciens Surette et sur l’origine des villages des Mius en France; le souper de la récolte, les séances d’art et d’artisanat; et la présentation du livre Saulnier.

CHÉTICAMP : Alors que le feuillage vert de nos montagnes se pare d’une mosaïque de couleurs, on pourrait croire que la saison touristique s’essouffle, mais ne vous y trompez pas. Les résidants de l’île du Cap-Breton se préparent à l’afflux de visiteurs d’ici et d’ailleurs qui viennent goûter à la beauté de notre pittoresque coin de pays. En plus de la splendeur des couleurs automnales, des paysages à couper le souffle, de la panoplie de sentiers de randonnée pédestre, de la formidable piste Cabot et de l’hospitalité chaleureuse des communautés, il y a les diverses cultures et musiques de l’île. L’une des principales attractions de l’automne est, bien sûr, le Festival international de musique Celtic Colours, qui commence le vendredi de la fin de semaine de l’Action de grâces, du 11 au 19 octobre, cette année.

     Celtic Colours c’est une expérience à nulle autre pareille. L’île vibre de musique, d’énergie et d’une grande fébrilité! Concerts, danses, ateliers et soupers communautaires, tout y est avec, en toile de fond, les magnifiques couleurs d’automne.

     Dans notre comté, le village côtier acadien de Chéticamp célébrera son patrimoine local lors du festival Celtic Colours. Bien que Chéticamp ne fasse pas partie du programme officiel du festival, quelques personnes de la communauté ont pensé que c’était le moment tout désigné pour mettre en valeur certains de nos meilleurs talents et ont donc organisé deux concerts spéciaux. Ceux-ci auront lieu les dimanches 13 et 16 octobre, en soirée, à la Place des arts Anselme-Chiasson de l’École NDA, une salle de spectacles à la fine pointe de la technologie.

CHÉTICAMP : Aux débuts de la fondation de Chéticamp et de la région, les familles ont dû trouver des moyens de survivre et de se réchauffer pendant les durs mois d’hiver. Beaucoup élevaient des moutons pour la laine et tricotaient des vêtements et fabriquaient des tapis. C’est ainsi qu’est née toute une variété de types de tapis incluant les tapis à défaisures, les tresses, les catalognes, les rosettes, les breillons et, plus tard, la méthode la plus populaire encore utilisée à l’heure actuelle, les tapis houkés en laine sur toile de jute qui sont maintenant davantage objets d’art qu’objets utilitaires.

     Depuis plus d’un siècle, les femmes et les hommes acadiens sont reconnus pour leur incroyable travail manuel, car ils créent notamment de magnifiques tapis houkés, selon une tradition transmise de génération en génération. Si la laine cardée par nos ancêtres pouvait reprendre vie, quelle histoire elle raconterait sur les tapis houkés de Chéticamp. Un seul fil pourrait peut-être nous éclairer sur la façon dont les femmes se réunissaient pour travailler à de grands tapis, emmêlant à leur ouvrage des larmes de joie, des fous rires et parfois même d’amères larmes de chagrin, surtout pendant la sombre période de la guerre. Cet unique fil conducteur contiendrait peut-être la clé de tant d’histoires restées inédites, en particulier celles remontant à l’époque de Lillian Burke.

     L ’histoire de Lillian Burke suscite beaucoup de curiosité depuis plusieurs décennies. Heureusement, grâce à l’infatigable labeur de l’auteur Edward M. Langille, nous avons maintenant en main la biographie de cette femme remarquable dont la carrière aux multiples facettes s’est étendue sur plus de cinq décennies. L’histoire de Lillian Burke...Quel cadeau incroyable, une contribution inestimable au monde des arts.

ATLANTIQUE : C’est avec beaucoup d’émotion que la Société Nationale de l’Acadie (SNA) a appris le jeudi 26 septembre le décès de Jacques Chirac, président de la France de 1995 à 2007. Le géant politique et grand ami de l’Acadie s’est éteint à l’âge de 86 ans.

     La SNA soulignait plus tôt ce mois-ci le 20e anniversaire du VIIIe Sommet de la Francophonie, où M Jacques Chirac est venu à la rencontre du peuple acadien à Moncton, en 1999. L’événement de calibre international a rassemblé 52 chefs d’État et de gouvernement des pays ayant le français en partage, en Acadie, à Moncton, au Nouveau-Brunswick. Alors président de la République française, Jacques Chirac avait invité les représentants de la Francophonie à se concerter et à travailler ensemble sur toute question où la solidarité permettrait de faire avancer les dossiers.

     M. Chirac est également récipiendaire de la médaille Léger-Comeau, la plus haute distinction décernée par le peuple acadien. Cette reconnaissance lui a été remise afin de souligner ses efforts pour rapprocher la France et l’Acadie. 

     La présidente de la SNA, Louise Imbeault, se remémore une figure marquante, à la fois pour la France et pour l’Acadie.

     « Nous perdons un grand allié de l’Acadie en la personne de Jacques Chirac. M. Chirac a grandement nourri la fructueuse relation entre l’Acadie et la France et nous lui en sommes bien reconnaissants. »

     La SNA offre ses sincères condoléances à la France tout entière, ainsi qu’à la famille, aux proches et aux amis de Jacques Chirac.

     La SNA est une fédération à but non lucratif qui regroupe les quatre associations francophones porte-parole des provinces de l’Atlantique, ainsi que les quatre associations jeunesse. La SNA compte également des membres affiliés en Atlantique, au Maine, au Québec, en France et en Louisiane. Son mandat est de représenter le peuple acadien sur les scènes atlantique, nationale et internationale.

SAINT JOHN’s (T.-N.-L.) : La 124e séance du conseil d’administration de la Société Nationale de l’Acadie (SNA) a eu lieu le 27 septembre 2019 à Saint John’s, T.-N.-L. La 138e Assemblée générale annuelle (AGA) de la SNA s’est tenue le samedi 28 septembre. Ces deux rencontres se sont déroulées à l’Hôtel Delta de Saint John’s.

     Rencontres du vendredi 27 septembre : La première rencontre de cette journée était celle de la Commission permanente de concertation entre l’Acadie et le Québec. Les deux coprésidentes de cette commission ont présidé la rencontre, soit Julie Bissonnette, qui est aussi la chef du Bureau de Québec dans les provinces de l’Atlantique et Louise Imbeault, l’autre coprésidente, qui est la présidente de la SNA.

     Suite à la rencontre de la Commission permanente, le conseil d’administration a tenu sa réunion régulière à laquelle tous les membres du bureau de direction étaient présents. Les présidences des quatre organisations membres étaient également présentes ainsi que les directions générales de ces organisations. Il y avait une représentation des jeunes provenant de la Nouvelle-Écosse, du Nouveau-Brunswick et de Terre-Neuve-et-Labrador. Cyrilda Poirier, ancienne présidente du conseil d’administration de la Fédération des francophones de Terre-Neuve et du Labrador (FFTNL), a été nommée présidente de l’assemblée. Véronique Mallet, directrice générale de la SNA, a agi à titre de personne-ressource.

     Le conseil d’administration a entendu et reçu les rapports des titulaires des postes suivants : la présidence, la direction générale, la vice-présidence, le conseiller jeunesse et le conseiller des organismes porte-parole. Karine Gallant, la secrétaire trésorière, a présenté deux rapports des états financiers, dont un se terminant le 31 mars 2019 et l’autre, le 31 juillet 2019. Il est à noter que la SNA a terminé son année financière (le 31 mars) avec un surplus d’au-delà de 30 000 $.

BELLE CÔTE : La Celtic Quilt Guild tiendra sa 13e exposition et vente annuelle de courtepointes au Centre communautaire Belle Côte les jeudi, vendredi et samedi, 17, 18 et 19 octobre dans le cadre du Festival Celtic Colours. L’exposition de courtepointes sera ouverte au public entre 10 h et 18 h le 17 octobre et entre 10 h et 16 h les 18 et 19 octobre.

     Les visiteurs et résidants sont invités à découvrir cette superbe exposition de courtepointes traditionnelles et contemporaines, tentures murales et autres objets décoratifs tels des ensembles de table, vêtements, taies d’oreiller, sacs, et autres, qui ont tous été créés par les membres de la Guilde au cours de la dernière année.

     Formée en 2005 avec 15 membres fondatrices, la Celtic Quilt Guild compte aujourd’hui plus d’une trentaine de membres qui se réunissent entre 10 h et 16 h au Centre communautaire de Belle-Côte les premier et troisième mardi du mois entre septembre et juin. Toute personne intéressée à participer aux activités de la Guilde peut communiquer avec la présidente, Donna Larade, à donna.larade@ns.sympatico.ca

MONCTON (N.-B.) : Le jeune artiste acadien Jacques Surette est en nomination dans la catégorie Artiste acadien/francophone de l’année aux Prix Music Nova Scotia. Le choix du lauréat se fera lors de la Semaine Music NS qui aura lieu à Truro du 7 au 10 novembre 2019. Les autres sélectionnés dans cette catégorie sont Maxim Cormier et Selby Evans.

     Jacques Surette est un auteur-compositeur de 19 ans de Yarmouth dans le Sud-Ouest de la Nouvelle-Écosse. Il a commencé à jouer de la guitare à l’âge de 12 ans et à composer à 14 ans. Il est la nouvelle étoile de son coin de pays et rayonne de plus en plus un peu partout en Acadie et ailleurs. Son premier disque Marche, marche, marche, paru chez Le Grenier musique, de Moncton, est sorti le 7 juin 2019. Il a été coréalisé par Lisa LeBlanc et Benoit Morier et enregistré au Studio MRC de Memramcook (Nouveau-Brunswick) en janvier-février 2019.

Prochains spectacles

     ● le vendredi 13 septembre 2019 : Festival St-Roch Expérience du Festival d’été de Québec, Québec (QC);

     ● le vendredi 27 septembre 2019 : Vitrine officielle au Contact East, Charlottetown (Î.-P.-É.);

     ● le vendredi 18 octobre 2019 : Festival Parlure d’icitte, Memramcook (N.-B.);

     ● le vendredi 8 novembre 2019 : Vitrine officielle à la Franco Fête en Acadie, Moncton-Dieppe (N.-B.) et

     ● du dimanche 10 au samedi 16 novembre 2019 : Du haut des airs, Coup de cœur, Montréal (QC).

     Pour plus de détails sur Jacques Surette : www.jacquessurette.com

     Pour voir la liste de tous les nominés aux Prix Music Nova Scotia :
     http://musicnovascotia.ca/content/list-nominees-announced-2019-music-nova-scotia-awards

SAULNIERVILLE : Ensemble Caprice se joint au groupe Constantinople, et ces deux forces musicales montréalaises de premier plan présentent un concert explorant la musique médiévale et orientale pour trois concerts, dont l’un en l’église Sacré-Cœur de Saulnierville.

     Ensemble Caprice, un ensemble baroque qui joue sur des instruments d’époque, s’est fait connaître par son approche novatrice et aventureuse avec un répertoire musical en pleine expansion. En plus de sa série de concerts à Montréal, le groupe effectue de nombreuses tournées, donnant des dizaines de concerts au Québec, au Canada, aux États-Unis, en Europe et même en Asie.

     L’ensemble est régulièrement invité à de nombreux festivals européens prestigieux : le Festival de musique baroque Lufthansa à Londres, les festivals de Bruges (Belgique) et d’Utrecht (Pays-Bas), le Festival international de musique Felicia-Blumenthal à Tel Aviv; et en Allemagne, le Musikfestspiele Potsdam Sanssouci, le festival de musique ancienne de Regensburg, le Händel-Festspele à Halle et le festival Stockstadt. En novembre 2009, le New York Times a publié un long article saluant l’approche novatrice et rafraîchissante des musiciens, les louant comme « imaginatifs, voire puissants »; et en précisant que leur jeu est de calibre supérieur.

     Constantinople est un ensemble musical qui s’inspire de toutes les sources et vise des horizons lointains. Inspiré par la ville antique illuminant l’Est et l’Ouest, l’ensemble a été conçu comme un forum de rencontres en 1998, à Montréal. Régulièrement invité à se produire dans des festivals internationaux et dans des salles de concert prestigieuses, telles que la salle Pleyel à Paris, la Berliner Philharmonie, le Festival de Fès de la Musique Sacrée dans le Monde au Maroc, les Rencontres musicales de Conques en France, le Musée Aga Khan à Toronto, le Festival Cervantino au Mexique, le Festival de Carthage en Tunisie, le Centre culturel Onassis à Athènes et BOZAR à Bruxelles, Constantinople est acclamé par le public, les professionnels de la musique et les critiques. Au cours de la décennie, Constantinople a créé près de 40 œuvres et s’est rendu dans plus de 140 villes d’une trentaine de pays.

     Le concert à Saulnierville aura lieu en l’église Sacré-Cœur (9650, route 1) le mercredi 25 septembre à 19 h. Les billets sont en vente aux deux pharmacies de Clare ou au bureau de la paroisse Sacré-Cœur. Les billets achetés à l’avance coûtent 20 $ et ceux achetés à la porte, 25 $. Un concert de calibre international à ne pas manquer!

MONCTON, (N.-B.) : Ce ne sont pas moins de 12 villes que visitera l’artiste de Bertrand dans la Péninsule Acadienne, Chloé Breault, accompagnée des musiciens Matt Boudreau et Nicolas Basque. Cette tournée, organisée par l’agence Le Grenier musique en collaboration avec le Réseau atlantique des arts de la scène, transportera l’artiste dans les quatre provinces de l’Atlantique.

     C’est à la P’tite Église de Shippagan (N.-B.) qu’a débuté cette tournée atlantique le jeudi 5 septembre. L ’artiste poursuivra sa route le vendredi 6 septembre à 18 h au Carrefour Beausoleil à Miramichi (N.-B.), le samedi 7 septembre à 19 h à La Bibitte, à Bathurst (N.-B.), le samedi 14 septembre à 18 h au Théâtre des Grands Vents à St. John’s (T.- N.L.), le mercredi 18 septembre à 20 h au Bar le Coude à Moncton (N.-B.), le jeudi 19 septembre à 19 h 30 au Théâtre Richard Denys à Néguac (N.-B.), le dimanche 22 septembre à 19 h 30 à l’Académie Ste-Famille à Tracadie (N.-B.), le lundi 23 septembre à 20 h au Centre des arts de la Petite Église à Edmundston (N.-B.), le vendredi 18 octobre à 19 h 30 au Théâtre Bernard-Poirier à Fredericton (N.-B.), le samedi 2 novembre à 19 h au Centre Belle-Alliance à Summerside (Î.-P.-É.) et le vendredi 8 novembre à 18 h au Bayou à Charlottetown (Î.-P.-É.).

     L’Ouest canadien et la France Au beau milieu de cette tournée, Chloé Breault se rendra à Edmonton, en Alberta, afin de présenter une vitrine officielle le samedi 21 septembre dans le cadre du Contact Ouest. Et entre le 28 septembre et le 5 octobre, elle présentera une vitrine officielle ainsi qu’une série de spectacles en France dans les régions de Paris et de Limoges.

     Chloé Breault

     Diplômée du Cegep de Drummondville en musique, Chloé Breault a 23 ans. Elle a remporté plusieurs prix importants au cours de sa jeune carrière, notamment l’Enregistrement de l’année aux Prix Musique NB, le Gala de la chanson de Caraquet et Accros de la chanson.

     Musicienne et parolière sensible, son folk planant se mélange à une pop feutrée pour jouer dans ces choses du cœur et de la vie qui font qu’on a besoin de chanter pour ne pas se perdre. Parce que comme elle le dit, si les chansons n’aident peut-être pas à pleurer moins, elles aident probablement à pleurer mieux.

     Son 1er EP Love l’a transportée sur les scènes d’un peu partout, et ses chansons se retrouvent toujours dans les divers palmarès radio. Au cours de l’année 2020, elle sera en studio pour enregistrer un plein album à Moncton qui sera réalisé par Benoit Morier.

PUNICO-OUEST/TUSKET/WEDGEPORT : La région d’Argyle du comté de Yarmouth sera hôtesse du 11e Forum acadien qui aura lieu les 4, 5 et 6 octobre 2019. Les organisateurs du forum sont le Musée des Acadiens des Pubnicos, la Société historique d’Argyle, qui inclut le tribunal et les archives à Tusket et le Festival acadien de Wedgeport. Cyrille LeBlanc est le coordonnateur du Forum acadien et il est également le représentant du Festival acadien de Wedgeport.

     Selon un communiqué publié par Cyrille LeBlanc, cette année marque le 250e anniversaire du commencement de l’œuvre missionnaire du père Charles- François Bailly de Messein. Le père Bailly a remplacé le père Pierre Maillard, et il a passé le mois d’août 1769 dans la région dite le Cap-Sable. Des Acadiens revenus d’exil se sont réétablis au Cap-Sable depuis le printemps 1767, et ils se sont joints à la famille acadienne de Joseph et Jeanne Moulaison qui étaient restés dans la région durant les années de la Déportation.

     Le 1er Forum acadien s’est tenu en octobre 2008 à Miscouche à l’Île-du-Prince-Édouard, dans le cadre du 250e anniversaire de la Déportation des Acadiens de l’Île. Depuis ce temps, le forum se déroule chaque année, à divers endroits. La mission du Forum acadien est de promouvoir l’histoire de l’Acadie, des Acadiens et Acadiennes en favorisant la collaboration entre les sociétés d’histoire et du patrimoine. Les objectifs du forum sont de développer un esprit de collaboration entre les associations régionales d’histoire et de patrimoine acadien; de favoriser les échanges et les partenariats entre les gens intéressés à l’histoire et au patrimoine du peuple acadien et de susciter dans le public un intérêt grandissant pour l’histoire et le patrimoine acadien.

     Le siège du forum 2019 sera à l’École secondaire de Par-en-Bas (ESPB). La première conférence aura lieu le vendredi 4 octobre et sera animée par Donnie Jacquard, un enseignant à la retraite, auteur de livres et d’articles et bénévole de la région. M. Jacquard commencera sa conférence vers les 19 h 30 et il parlera de l’ancien Cap-Sable.

     Pendant la journée du 5 octobre, il y aura les activités suivantes : petit-déjeuner à ESPB de 8 h à 9 h; conférence sur les archives Père-J.-Clarence- d’Entremont de 9 h 5 à 10 h 15; exposé archives et tribunal historique à Tusket de 10 h 45 à 11 h 15; visite dans l’après-midi aux archives et tribunal à Tusket, église Sainte-Anne, visite à la Passe-de-Pré, visite à la Butte- de-la-Croix, visite au Musée à Wedgeport, banquet à Wedgeport.

     Le dimanche 6 octobre, il y aura un petit-déjeuner et une conférence de 9 h à 10 h 30 sur le père Bailly. Cette conférence sera animée par Neil Boucher, un professeur, historien et administrateur à la retraite. M. Boucher est un expert dans l’histoire des Acadiens de la région et sa conférence portera sur les impressions du missionnaire Bailly en région. La journée du 6 octobre se terminera par une visite au Musée et archives à Pubnico-Ouest ainsi qu’une visite dans la communauté de Pubnico-Ouest. Pendant le forum, les participants auront l’occasion d’écouter les exposés de Cody Donaldson et Cyrille LeBlanc sur les archives et le tribunal d’Argyle, et sur l’établissement du Musée du thon à Wedgeport.

     Pour plus de renseignements ou pour s’inscrire, communiquez avec Cyrille LeBlanc au 902-663-2908 ou par courriel à cyrilleleblanc@ns.sympatico.ca

     L’adresse postale de Cyrille LeBlanc est C.P. 87, Wedgeport (N.-É.) BOW 3PO. Les frais d’inscription au forum sont de 25 $ la personne. Ces frais incluent une réception, deux petits-déjeuners, deux pauses-café, deux repas du midi et copies des conférences. L’admission au banquet du samedi soir est de 25 $.

GRAND-PRÉ : Les Amis de Grand- Pré ont organisé une excursion au lieu historique national de l’Île-Georges où plus de mille Acadiens ont été emprisonnés pendant des semaines ou des mois à différents moments entre 1755 et 1764.

     Pour visiter cette petite île dans le havre d’Halifax, il faut obtenir la permission de Parcs Canada et il faut noliser un bateau. Nous étions 29 passagers, y compris le guide de Parcs Canada. Après un trajet d’une quinzaine de minutes, nous avons débarqué dans cette île de 39 acres couverte d’herbes hautes et de fleurs sauvages comme la tanaisie. Nous avons eu deux heures pour explorer les tunnels et les vestiges d’autres installations militaires qui ont joué un rôle important dans la défense d’Halifax pendant plus de 250 ans.

     L’histoire acadienne de l’île Georges (anciennement l’île Ronde ou l’île de la Raquette) est très peu connue du grand public et n’est pas encore incluse dans l’interprétation offerte par Parcs Canada. Cependant, Ronnie-Gilles LeBlanc, ancien historien à Parcs Canada, a rédigé un article magistral qui explique en détail les événements liés à l’incarcération de centaines d’Acadiens dans l’île Georges que le gouverneur Charles Lawrence a décrit comme « a place of the most security ». (Voir : http://amis-de-grand-pre.ca/documents/dossiers/menudossiers.html)

     Malheureusement, il semblerait qu’il ne reste plus de traces des palissades et entrepôts datant du XVIIIe siècle qui ont servi de prisons à l’époque du Grand Dérangement. Mais les anciennes cartes indiquent leur emplacement.

     Nous avons eu le privilège d’avoir parmi nous Martin Guidry, généalogiste louisianais, qui est un descendant direct d’un des 50 Acadiens de Mirligouèche (Lunenburg) qui avaient signé le serment d’allégeance, mais qui ont été incarcérés dans l’île pendant un mois en 1755 avant d’être déportés en Caroline du Nord.

     Quelques jours après notre visite à l’île, le gouvernement fédéral a annoncé que le lieu historique national de l’Île- Georges sera ouvert au public l’année prochaine. C’est une très bonne nouvelle parce que ce site permettra aux gens de découvrir d’autres chapitres très émouvants de l’histoire acadienne.

PUBNICO-OUEST : Le Courrier de la Nouvelle-Écosse s’est rendu au Village historique acadien de la Nouvelle-Écosse le mercredi 28 août pour rencontrer Roger d’Entremont et Richard Larin. Roger d’Entremont est le président du conseil d’administration du Village et Richard Larin est le directeur général du Village acadien. La rencontre avait pour but de discuter des cérémonies de clôture du Congrès Mondial Acadien (CMA) 2019 et de parler du CMA 2024 qui aura lieu dans les régions de Clare et Argyle.

     Congrès mondial 2019 : 
Richard Larin a indiqué que le Village historique acadien de la Nouvelle-Écosse avait été invité à se rendre aux cérémonies de clôture dans le Sud-Est du Nouveau-Brunswick et que le Village y était représenté par trois personnes : Richard Larin, le directeur général du Village, Alison Belliveau, cuisinière par excellence au Village, et Harry-Guy d’Entremont, interprète, forgeron au Village. Les représentants du Village s’étaient installés dans le stand des municipalités de Clare et Argyle.

     Richard Larin a dit que lui et son équipe s’étaient mis en route pour Moncton tôt dans l’avant-midi du 23 août et qu’ils étaient arrivés au milieu de l’après-midi du vendredi 23. Ils ont visité les nombreux stands situés dans l’espace Extrême Frontière de Moncton pour se rendre compte que ce site créé par les organisateurs du CMA 2019, avait favorisé la promotion de la culture acadienne en Acadie. Il est à noter que la Nouvelle-Écosse avait un stand coordonné par la Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse et conçu pour plusieurs raisons : présenter le talent extraordinaire des artistes acadiens de la Nouvelle-Écosse; donner un avant-goût de la nourriture acadienne de la Nouvelle-Écosse; fournir des renseignements sur la réalité acadienne en N.-É. et faire la promotion du Congrès Mondial Acadien qui aura lieu en 2024 dans les régions acadiennes du Sud-Ouest de la Nouvelle-Écosse.

TUSKET : La société Saltwreck a été fondée en 2016 dans le but de faire des cartes d’impression de beaux-arts. Ces cartes sont imprimées sur la meilleure qualité de papier et chaque carte est imprimée et expédiée par une entreprise de la Nouvelle-Écosse.

     Pour mieux comprendre cette nouvelle société, Le Courrier de la Nouvelle-Écosse a eu le plaisir de rencontrer Miguel d’Eon le mardi 27 août. Acadien originaire de Pubnico-Ouest, Miguel d’Eon est président et cofondateur de cette nouvelle société dont il assure aussi la gestion. Il est appuyé dans son travail par Jeff Clairmont, un graphiste qui s’occupe de créer des dessins. Selon Miguel d’Eon, l’entreprise a connu un grand succès avec la création des cartes en Nouvelle-Écosse. Il nous a parlé des projets suivants : le Village de Lunenberg avec le Bluenose; la ville de Louisbourg avec la forteresse; la ville d’Halifax avec la citadelle et la ville de Yarmouth, avec le homard. Miguel d’Eon a également commencé Acadie Fort, un groupe sur Facebook. Il constate que les médias sociaux jouent maintenant un rôle important dans la vie des Acadiens, et il a voulu s’inspirer par un dessin puissant qui valorisait la promotion de la vie des Acadiens. La mission de Saltwreck est d’offrir des cartes d’art qui nous permettront de partager notre histoire en ajoutant de l’élégance et du raffinement sur nos murs. Il est à noter que le Delta Marriott de Dartmouth a choisi de présenter les cartes de Saltwreck sur les murs des chambres de l’hôtel. Les partenaires clés de Miguel d’Eon sont André Surette de Hubbard’s Point et Mark Dunkley qui est un des cofondateurs de la société Saltwreck.

     Pour ce qui est du plus récent projet - la croix de la Déportation, Miguel d’Eon a expliqué comment il en est arrivé à ce choix de promotion. En communiquant avec le groupe Acadie Fort, qui comprend plus de 700 membres, pour des idées et des suggestions de promotion des Acadiens en Nouvelle-Écosse, il a été convenu que la croix de la Déportation représentait une partie marquante de l’histoire du peuple acadien. Une fois que la décision a été prise, Jeff Clairmont et Miguel d’Eon se sont mis à la tâche, et ils ont voulu créer un dessin qui représentait les valeurs solennelles du peuple acadien, juste avant la Déportation. Comme le Grand Dérangement n’a jamais été oublié, les artistes ont voulu créer un dessin qui représente les émotions de l’époque. En regardant le dessin, on voit au centre Horton’s Landing, le centre de rassemblement des Acadiens avant la Déportation. Les lignes rouges sur le dessin représentent les routes, et la ligne noire représente le point exact du monument de la Déportation. Rappelons que le symbole de la croix démontre la force et la résilience du peuple acadien et il va sans dire que le peuple acadien est plus fort que jamais.

     Acadien fier de ses origines, artiste, et ambulancier de métier, Miguel d’Eon se prépare pour le lancement de son dessin La croix de la Déportation qui aura lieu le 15 septembre. Le dessin mesure 16 po x 20 po et il sera en édition limitée. La décision a été prise d’imprimer 100 dessins. On peut faire une commande en ligne seulement à saltwreck.com Le prix est de 100 $ + taxes, livraison comprise.

PETIT-de-GRAT : C’est du 7 au 11 août que s’est déroulée la 46e édition du Festival acadien de Petit-de-Grat. Le 15 août, la Fête nationale de l’Acadie a aussi été célébrée, ce qui a mis fin aux grandes célébrations estivales de 2019. Cette édition du Festival acadien de Petit-de-Grat, a été célébrée sous le thème de Mon Festival d’auparavant . Il s’agissait d’une invitation à célébrer, en grand nombre, comme on le faisait par le passé. Les organisateurs ont atteint leur objectif, si l’on en juge par les nombreux commentaires positifs des participants à cette célébration de la langue et de la culture.

     Le passé ou « l’auparavant » a été évoqué dès l’ouverture officielle du Festival, soit le mercredi soir 7 août, à La Picasse. C’est le groupe Rockin’ Country et amis qui a assuré la musique d’ambiance pour le lancement. Kenny Boudreau et ses frères, Paul et Blair, ont su ramener les gens vers un passé assez lointain lorsqu’ils animaient les ouvertures officielles aux côtés de leur père, Eddie Boudreau, violoniste renommé de la région. Le défunt Eddie a légué son talent et son amour du violon à son plus jeune fils, Kenny. C’est ce dernier qui a joué plusieurs « tchounes » qui rappelaient bien des souvenirs d’ouvertures officielles à la salle paroissiale Saint-Joseph de Petit-de-Grat.

COMEAUVILLE : Les employés de la radio communautaire CIFA ont reçu une visite spéciale le jeudi 15 août, en provenance de la localité de Zachary en Louisiane.

     Le groupe de musique traditionnelle cajun Chere Mom, qui regroupe des membres d’une même famille, a commencé à jouer en 2010. Chere Mom est donc passé au studio en rendant visite à des amis à la Baie Sainte-Marie. La veille ils avaient joué au restaurant La Cuisine Robicheau. Ils y ont interprété quelques chansons en direct sur les ondes, et ont été interviewés par Wayne Dugas. Le groupe a fait une tournée à travers la Nouvelle-Écosse, du 9 au 16 août, en donnant des spectacles à Arichat, St. Peter’s, Saulnierville, Bridgewater, Peggy’s Cove et West Dublin. Ils ont également joué à Summerside, Î.-P.-É., le samedi 17 août, ainsi que ce même soir sur la scène l’espace Extrême frontière, à Moncton, dans le cadre du Congrès Mondial Acadien 2019. Leur tournée dans les provinces Maritimes s’est terminée à Lunenburg le 18 août.

CHÉTICAMP : Des gens d’ici et d’ailleurs, de tous les horizons, se sont réunis pour la 44e édition du Festival de l’Escouette qui s’est déroulée du 31 juillet au 4 août 2019. Les festivités ont débuté par une cérémonie d’ouverture sur le terrain de l’église Saint-Pierre. La chanteuse Michelle Deveau a interprété quelques chansons. Bien entendu, M. l’Escaouette était sur place pour saluer les gens. Il a dirigé la troupe de danse Encore du Vent, pendant La danse de l’Escaouette, une danse traditionnelle acadienne transmise de génération en génération. Ces danseurs ont fait un travail génial, sur des airs de la violoneuse Chrissy Crowley et du pianiste Jason Roach, puis sur la musique d’Ashley Poirier et d’Andrew Poirier.

     Ensuite, plusieurs ont assisté à la pièce Gélas et la Mi-Carême qui a été présentée durant le festival à la Place des arts Père-Anselme-Chiasson de l’École NDA. De plus, le très talentueux artiste acadien Ronald Bourgeois s’est produit dans la sacristie de la belle église Saint-Pierre.

     Au cours de la fin de semaine, plusieurs ateliers ont eu lieu à l’école de musique Raveston. Les artistes Ronald Bourgeois et Danny Boudreau se sont produits à guichet fermé. En effet, la salle était comble au Party des îles, au Doryman Pub & Grill. Quelle soirée! On ne peut pas se tromper quand les cousins acadiens des Îles-de-la-Madeleine se réunissent avec les Chéticantins. Talent, bonne humeur et bons moments. Samedi après-midi a eu lieu le défilé des enfants. Bien mignon de voir toutes les décorations et les costumes colorés, et quel plaisir de voir les plus jeunes participer à cette fête culturelle. En soirée, il y a eu une danse à l’aréna mettant en vedette le très talentueux et populaire Hert LeBlanc.

     Dimanche, la messe du festival s’est tenue sur le terrain des Trois Pignons. Puis ce fut l’activité annuelle tant attendue – le défilé de l’Escaouette. Des centaines de spectateurs se sont alignés le long de la rue principale de Chéticamp. La menace d’orage n’a pas empêché le village entier de participer et, heureusement, Dame Nature a coopéré et on a eu droit à un beau temps d’été. Une bonne vingtaine de chars de toutes les formes ont défilé, dont les suivants : Parcs Canada, la Boulangerie Aucoin, portant le logo de son 60e anniversaire et offrant des pâtisseries, la paroisse Saint-Pierre, les Chevaliers de Colomb, la Coopérative de Chéticamp, la Banque Royale, la Caisse populaire acadienne, le Centre de la Mi-Carême, le Doryman Pub & Grill, la Boutique de la seconde chance, l’association de hockey mineur Trail, le Foyer Père-Fiset, Rainbow Rockstarz, la Société Saint-Pierre, les services d’incendie bénévoles locaux, le service de recherche et sauvetage de Chéticamp, la GRC, Celtic Air Services, le terrain de golf Portage, Bourgeois Diesel, l’Acabie et le Clan Thompson Pipe Band. On a également eu droit à des voitures anciennes et des chars d’autres entreprises et organismes locaux.

     Après le défilé, la foule s’est rassemblée pour un concert en plein air sur le terrain des Trois Pignons, mettant en vedette les artistes de renom Bruno Bourgeois, Maurice Poirier et Clarence Deveau. Tout le monde s’y est bien amusé.

     Bien sûr, le clou du festival pour plusieurs a été le gala du Festival – Hommage aux Cap- Rougiens à la Place des arts Père-Anselme-Chiasson. Il y a de nombreuses années, il existait une communauté acadienne dynamique là où se situe actuellement le Parc national des Hautes-Terres-du-Cap-Breton. Le gala était présenté en hommage à ces Acadiens et Acadiennes qui résidaient autrefois dans la région de Cap-Rouge, plus précisément La Bloque, le Ruisseau des Maurice (Trout Brook), la Rivière à Lazare (Corney Brook), le Ruisseau du Canadien, le Buttereau, la Presqu’île et la Source de la Montain.