<< Retour | Archives
Publié le jeudi 16 février 2012 | Mis à jour le vendredi 17 février 2012

Merci Gaston Chagnon!

Gaston Chagnon, homme d'affaires et grand philanthrope, est décédé le 13 février dernier à Halifax. Par sa participation et son dévouement à tous les progrès de la cause acadienne, dans notre province et ailleurs, Gaston Chagnon a montré, toujours avec humilité, sa grande générosité. Que ce soit pour nos écoles, notre berceau de Grand-Pré, nos universités, nos centres communautaires ou encore notre journal, il n'y a pas un Acadien de la Nouvelle-Écosse qui n'a pas été touché, de près ou de loin, par ce grand homme. Ainsi, Le Courrier de la Nouvelle-Écosse vous propose une série d'hommages rendus à celui qui nous manquera beaucoup. Merci monsieur Chagnon!
Photo : Courtoisie
Gaston Chagnon, homme d'affaires et grand philanthrope, est décédé le 13 février dernier à Halifax. Par sa participation et son dévouement à tous les progrès de la cause acadienne, dans notre province et ailleurs, Gaston Chagnon a montré, toujours avec humilité, sa grande générosité. Que ce soit pour nos écoles, notre berceau de Grand-Pré, nos universités, nos centres communautaires ou encore notre journal, il n'y a pas un Acadien de la Nouvelle-Écosse qui n'a pas été touché, de près ou de loin, par ce grand homme. Ainsi, Le Courrier de la Nouvelle-Écosse vous propose une série d'hommages rendus à celui qui nous manquera beaucoup. Merci monsieur Chagnon!
Photo : Courtoisie

Cet homme d’affaires et philanthrope, né a Drummondville, au Québec, fils de feu Oscar et Antoinette Chagnon est décédé le 13 février à Halifax. Il laisse dans le deuil, son épouse, Pauline, sa fille Patricia (Marc Biotteau), St-Lambert, Québec, son fils Vincent (Marie-France Ulrich), Cantons-de-l’Est, Québec et son fils Nicolas, Halifax. Il avait 10 petits-enfants, Caroline, Étienne, Pierre, Olivier, Héloïse, Philippe, Magalie, François, et aussi Cathy et Tommy. Lui survivent également trois sœurs, à Québec, et un frère Edgar (Joan) ainsi qu’une nièce Louise, en Nouvelle-Écosse.
Installé en Nouvelle-Écosse depuis 1961 avec sa femme et ses trois enfants, il travaillait dans le domaine de l’habitation, la construction et la gérance de ses propriétés. Il a contribué au développement de la communauté francophone et acadienne en payant de sa personne et en offrant son aide financière. Discret, mais actif et efficace, il a participé à une multitude de projets acadiens et francophones. Il a été un des membres fondateurs du Club français, avec le père Léger Comeau. En 1974, il a agi au sein d’un comité pour l’obtention d’un centre scolaire et communautaire dans la région d’Halifax-Darmouth; après plusieurs années, le Carrefour du Grand Havre devenait réalité. Il a été un membre actif ainsi que le trésorier de la Société promotion Grand-Pré. Il a encouragé, moralement et financièrement le journal Le Courrier de la Nouvelle-Écosse, l’Université Sainte-Anne, le centre culturel de Petit-de-Grat, le Conseil scolaire acadien provincial, le Centre communautaire de Tusket, le Festival acadien d’Halifax-Dartmouth, la Société historique de Pomquet, la chorale Les Voix d’Acadie et tant d’autres.
Il a reçu le certificat Léger-Comeau de la Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse et un doctorat honorifique en administration de l’Université Sainte-Anne. Il était Chevalier de l’Ordre de la Pléiade, ordre de la francophonie et du dialogue des cultures. Il était membre de l’Ordre du Chancelier de l’Université de Moncton. Il a été un des deux contributeurs pour la grande murale intitulée Réveil et a aussi contribué à la sculpture de bronze Déportation au lieu historique national du Canada de Grand-pré. Il était membre de La Compagnie des Cent-Associés et un membre fidèle de la communauté catholique francophone de la Mission Sainte-Famille.
Les visites se feront au salon funéraire Cruikshank’s au 2666, rue Windsor, Halifax, le vendredi 17 février de 14 h à 16 et de 19 h à 21 h. Les funérailles auront lieu le samedi 18 février à 13 h en l’église St Thomas More, au 1, Kuhn Drive, Dartmouth (face à l’école NSCC). Plutôt que d’offrir des fleurs, un don peut être fait à la Schizophrenia Society of Nova Scotia (www.ssns.ca)