<< Retour | Archives
Publié le vendredi 15 juin 2012 | Mis à jour le mardi 19 juin 2012

Les légendes acadiennes de la Baie Sainte-Marie

Les élèves de l'École Jean-Marie-Gay, sous l'habile direction de leur enseignante Maria Hanna, ont présenté toute une pièce de théâtre le mercredi 6 juin à l'occasion du spectacle du printemps de l'école. La pièce, intitulée Les légendes acadiennes de la Baie Sainte-Marie, a été présentée pour une première fois devant une salle comble. Mme Hanna avait obtenu, l'été dernier, un octroi de 5 000 $ du programme Cultural Opportunities for Youth du gouvernement de la Nouvelle-Écosse. Le projet avait pour but d'assurer l'étude d'un cours d'arts de façon vivante : ainsi, les élèves ont pu maîtriser des résultats d'apprentissage de musique, arts plastiques et théâtre.
Photo : Gracieuseté
Les élèves de l'École Jean-Marie-Gay, sous l'habile direction de leur enseignante Maria Hanna, ont présenté toute une pièce de théâtre le mercredi 6 juin à l'occasion du spectacle du printemps de l'école. La pièce, intitulée Les légendes acadiennes de la Baie Sainte-Marie, a été présentée pour une première fois devant une salle comble. Mme Hanna avait obtenu, l'été dernier, un octroi de 5 000 $ du programme Cultural Opportunities for Youth du gouvernement de la Nouvelle-Écosse. Le projet avait pour but d'assurer l'étude d'un cours d'arts de façon vivante : ainsi, les élèves ont pu maîtriser des résultats d'apprentissage de musique, arts plastiques et théâtre.
Photo : Gracieuseté

Nathalie Desautels

SAULNIERVILLE – Les élèves de l’École Jean-Marie-Gay, sous l’habile direction de leur enseignante Maria Hanna, ont présenté toute une pièce de théâtre le mercredi 6 juin à l’occasion du spectacle du printemps de l’école. La pièce, intitulée Les légendes acadiennes de la Baie Sainte-Marie, a été présentée pour une première fois devant une salle comble.

Le spectacle mettait en vedette chacune des classes de l’école : les groupes de la maternelle à la cinquième année ont présenté deux chansons ayant pour thème l’Acadie. Ainsi, on avait demandé à tous les élèves de l’école de s’habiller selon les couleurs du drapeau acadien comme s’ils participaient à un tintamarre!

Suite aux chants, Mme Hanna a présenté sa pièce de théâtre; mettant en vedette les élèves de 7e année, les élèves de 6e année ont également eu l’occasion d’en faire partie en présentant une gigue. Mme Hanna avait obtenu, l’été dernier, un octroi de 5 000 $ du programme Cultural Opportunities for Youth du gouvernement de la Nouvelle-Écosse. Grâce à cet octroi, elle devait monter au cours de l’année scolaire une pièce de théâtre avec les sept filles et trois garçons de la 7e année. Le projet avait pour but d’assurer l’étude d’un cours d’arts de façon vivante : ainsi, les élèves ont pu maîtriser des résultats d’apprentissage de musique, arts plastiques et théâtre.

Tout au long de l’année, les élèves ont préparé les nombreux éléments nécessaires à la préparation de la pièce, en passant du scénario, à la préparation et la construction des accessoires, de nombreuses répétitions en plus du tournage de deux vidéos par le moniteur de langues, Mathieu Laprise.

Le scénario de la pièce se déroule ainsi ; un groupe de filles se retrouve dans la chambre de l’une d’elles et se raconte des histoires. Ne sachant pas quoi faire pour passer la soirée, une des filles suggère une séance avec le jeu Ouija. En tentant de contacter les esprits, elles épellent le nom « Cy à Mateur ». Ce personnage légendaire de la Baie Sainte-Marie apparaît alors sur scène, incarné par un des garçons du groupe. « Cy à Mateur » danse en style hip hop et chante alors la chanson du même nom, réarrangée en format rap. Les filles reviennent sur scène et présentent en même temps derrière lui une danse chorégraphiée.

Ensuite, on revient à la scène dans la chambre avec les filles questionnant « Évangéline » à propos d’un beau Gabriel qu’elle a rencontré auparavant. Grâce à la technologie, elle le retrouve élève inscrit à l’école Rose-des-Vents et lui envoie un courriel pour savoir s’il se présentera aux Jeux de l’Acadie. Plus tard, lors des Jeux, la cérémonie d’ouverture est représentée par une danse interprétée par les élèves de la 6e année, qui dansent une gigue au rythme de la chanson Les belles bottes à Johnnie. Évangéline retrouve son beau Gabriel juste au moment où il tombe évanoui devant elle, après s’être fait frapper par un ballon de soccer. Les filles entament alors la chanson thème des Jeux, Je suis avec toi.

De retour à la chambre, les filles parlent de l’alcool et de la prohibition à une époque. La pièce passe alors à une vidéo où on voit les jeunes à l’Anse-aux-Hirondelles en train de tenir une autre séance avec le Ouija. Une des filles croit apercevoir trois « rumrunners ». On voit alors une mêlée où les jeunes se font pourchasser par les « rumrunners ». La vidéo passe alors à la scène où on retrouve la course entre tous ces personnages – le tout se finit par une danse chorégraphiée avec la chanson The Devil Went Down to Georgia.

Enfin, de retour à la chambre, les filles se retrouvent face à face devant l’apparition d’une jeune fille, le «fantôme de l’école». Une vidéo très émouvante explique pourquoi ce fantôme hante désormais les couloirs de l’école. De la vidéo, on passe à la scène, où les comédiens interprètent Mon Acadie et quelques filles présentent en même temps une danse lyrique chorégraphiée.

Nathalie Desautels Comeau
enseignante