Accueil 

« Retour | Archives | La une | 
Le 27 janvier 2012
Le Courrier de la Nouvelle-Écosse

La Pirouette à l'écoute des échos communautaires

Lors de la rencontre du groupe de discussion dans la région d'Isle-Madame, Odillon Boudreau et Vaughn Samson ont expliqué comment le projet de La Pirouette dans leur région a un impact positif sur la prochaine génération, c'est-à-dire les tout-petits comme bébé Austina Samson, quant au développement de leur identité culturelle.
(Photos : courtoisie La Pirouette)
Lors de la rencontre du groupe de discussion dans la région d'Isle-Madame, Odillon Boudreau et Vaughn Samson ont expliqué comment le projet de La Pirouette dans leur région a un impact positif sur la prochaine génération, c'est-à-dire les tout-petits comme bébé Austina Samson, quant au développement de leur identité culturelle.
(Photos : courtoisie La Pirouette)

POINTE-de-l’ÉGLISE - La Pirouette, centre de ressources et de services à la famille, a terminé sa première ronde de groupes de discussion le 15 novembre à l’École Beaubassin de Bedford. La Pirouette a reçu des fonds en 2010 de Santé Canada pour financer son projet En santé dès le début. Ce projet, appuyé par Réseau Santé –Nouvelle-Écosse, est sujet à une évaluation continue dont Jean-Guy Vienneau de JVG Consultants Inc. a la charge.

Située à la Pointe-de-l’Église dans la région de la Baie Sainte-Marie, La Pirouette, originalement un projet régional du Centre provincial de ressources préscolaires (CPRPS), a eu l’occasion de fournir ses services dans trois autres régions acadiennes/francophones de la province grâce à une contribution financière de Santé Canada échelonnée sur trois ans. Peu à peu, depuis le mois de septembre 2010, des coordonnatrices régionales à Par-en-Bas, à l’Isle-Madame et dans la région municipale d’Halifax ont commencé à établir des sites satellites et des bibliothèques de prêt de ressources en français, ainsi qu’à offrir des programmes et services destinés à améliorer la santé des enfants âgés de six ans et moins et celle de leurs familles. En ce qui concerne la région de la Baie Sainte-Marie, l’embauche d’une coordonnatrice régionale assure le maintien des programmes et services déjà offerts par La Pirouette dans la région avant le projet.

Les groupes de discussions ont débuté en mai à Isle-Madame et se sont terminés à Par-en-Bas, à la Baie Sainte-Marie et à Halifax pendant les premières semaines de novembre. Les groupes de discussion ont permis à 35 participants (parents, grands-parents et représentants d’organismes communautaires concernés) des différentes régions de faire connaître leurs opinions sur le projet, ses forces et ses points à améliorer.

Tous les participants des régions où La Pirouette a ouvert un nouveau site ont exprimé à quel point ils étaient contents d’enfin avoir accès à des services et programmes en français pour les tout-petits et leur famille. L’impact positif de ces programmes qui favorisent le soutien social, l’éducation et l’attachement parental a été souligné dans toutes les régions. Dans la région d’origine, la Baie Sainte-Marie, les participants ont indiqué que le partage des expériences des nouvelles mamans est un grand avantage du projet.

Quelques-uns des points qui ont ressorti des groupes de discussion démontraient les différences entre les régions rurales et urbaines. Dans les régions rurales comme l’Isle-Madame et Par-en-Bas, l’importance d’inclure les grands-parents dans les activités planifiées et l’impact positif qu’ils ont dans la lutte contre l’assimilation ont été mentionnés à plusieurs reprises. En ce qui a trait à la seule région urbaine du projet, Halifax, l’importance de faire la publicité des programmes et services dans les médias sociaux, les journaux, les sites Web pertinents et les bulletins d’école a trouvé un écho auprès de Collette LeBlanc, coordonnatrice provinciale de La Pirouette, car dans les régions rurales il est évident que le bouche à oreille joue un rôle très important dans le succès des services et programmes.

Enfin, le sentiment partagé par tous les participants, peu importe leur région, était que le projet de La Pirouette est une composante essentielle de l’effort pour maintenir la langue française chez les Acadiens et les francophones, et qu’elle assure une excellente transition vers l’école francophone. Mme LeBlanc était satisfaite des résultats des groupes de discussion et contente de savoir que les parents, grands-parents et organismes communautaires ont exprimé l’importance de voir à ce que les services et programmes de La Pirouette continuent après la fin du projet en mars 2013. La Pirouette et le CPRPS, avec l’aide de M. Vienneau, continueront de faire l’évaluation du projet jusqu’à ce moment. Des modifications aux programmes et aux services seront apportées selon le besoin.


« Retour