À LA UNE CETTE SEMAINE

GRAND-PRÉ – Les activités des Journées acadiennes 2014, organisées par la Société Promotion Grand-Pré, ont remporté un grand succès. Une foule impressionnante s’est déplacée pour se rendre sur les terrains de Grand-Pré, les 19 et 20 juillet.

Samedi 19 juillet

Des causeries ont été présentées pendant la journée du samedi. Le matin, deux causeries ont été offertes en français. La première, animée par Gerald C. Boudreau, avait comme thème Sigogne, personnage extraordinaire en Acadie. La deuxième conférence a été présentée par Georgette LeBlanc. Elle portait sur le sujet Prudent Robichaud et la naissance d’un nouveau monde.

En après-midi, les causeries ont été présentées en anglais. Gerry Gerrits a offert une conférence sur les digues de l’Europe et de la vallée d’Annapolis. Pour sa part, Talva Jacobsen a présenté une causerie sur le thème Capturing Identity : Examining the 3D Facial Reconstruction Process.

Dimanche 20 juillet

Cette journée a été divisée en plusieurs volets : l’accueil, la messe, des présentations, la nourriture, des spectacles, une conférence et une présentation près de la forge.

George Arsenault, membre du conseil d’administration de la Société Promotion Grand-Pré, était le maître de cérémonie. Il a d’abord présenté les autres membres du conseil d’administration. Par la suite, il a présenté les personnes suivantes : Michel Boisvin, représentant de Parcs Canada, ainsi que Claude DeGrâce, Susan Draper-Surette et Victor Tétrault. M. Tétrault est un consultant contractuel embauché par la Société Promotion Grand-Pré. Il a expliqué que, depuis 2010, la Société désire rendre hommage chaque année à une communauté acadienne pour son dynamisme envers la cause acadienne. Les communautés de Memramcook, de Saulnierville, de Halifax/Dartmouth/Chezzetcook et de l’Île-du-Prince-Édouard ont déjà été honorées. Cette année, la Société a voulu rendre honneur à la communauté des Pubnicos. À cet effet, Stan Surette, président de la Société Promotion Grand-Pré, a invité Aldric d’Entremont et Kathy Bourque, deux conseillers de cette communauté, à s’avancer pour recevoir un certificat spécial. Après ces présentations, George Arsenault a annoncé que la journée et la messe étaient dédiées à feu Angèle Arsenault, décédée il y a quelques mois.

Le père Maurice LeBlanc a concélébré une messe avec Mgr Gerald LeBlanc. Ils ont été assistés par deux servants de messe, Aldric d’Entremont et Arnold Muise. Dans son homélie, le père LeBlanc a parlé de sa fierté pour ses racines acadiennes. La chorale de Pubnico-Ouest, dirigée par Paul Saulnier, a présenté une messe que celui-ci avait composée en 1991. La foule a grandement apprécié les chants interprétés pendant la messe. À la fin de la messe, Ken Bellefontaine a fait une présentation spéciale pour souligner l’engagement du père Maurice LeBlanc dans le ministère sacerdotal depuis 65 ans. Une deuxième présentation a eu lieu pour honorer Barbara LeBlanc, ancienne professeure de l’Université Sainte-Anne. En effet, le certificat André D. Cormier lui a été accordé pour sa contribution exceptionnelle envers l’Acadie. Lucille et Felix Amirault ont accepté le certificat au nom de Mme LeBlanc.

À midi, Claude DeGrâce, coprésident de la Société du Paysage de Grand-Pré, a animé une séance pour expliquer la construction de l’église-souvenir de Grand-Pré.

Pendant l’après-midi, trois spectacles ont été donnés sous le chapiteau. Nicole LeBlanc et ses musiciens ont amusé la foule avec leur chant. Les spectateurs ont surtout apprécié la chanson Évangéline. Ensuite, Yvette d’Entremont et sa troupe de comédiens ont présenté des extraits de la pièce musicale La voix de la mer. Pour terminer, Ronald Bourgeois a offert une prestation musicale. Originaire de Chéticamp, M. Bourgeois est reconnu comme un des grands chanteurs-compositeurs acadiens. La foule a été enchantée par sa musique.

Après les activités des journées acadiennes, Le Courrier de la Nouvelle-Écosse a joint Victor Tétrault. M. Tétrault a mentionné que la Société Promotion Grand-Pré avait dépassé ses objectifs pour les Journées acadiennes 2014. Il a rapporté que 30 personnes avaient participé au camp des jeunes familles du vendredi soir. De plus, 67 participants ont assisté aux causeries du samedi et 73 spectateurs étaient présents à la soirée musicale du samedi soir. Mais ce sont les activités du dimanche qui ont attiré la plus grande foule, soit 1 010 participants. La programmation de cette journée comprenait la messe, les spectacles et les kiosques. En tout, 1 180 personnes ont participé aux journées acadiennes 2014.

METEGHAN – Une jeune femme originaire de la Rive-Sud est en train de réaliser un film documentaire dont le personnage principal est quelqu’un de très spécial, son grand-père.

Natasha Duchene, ou Natasha à Connie à James à Fred à Willie, comme elle est connue à Meteghan, habite actuellement à Yellowknife dans les Territoires du Nord-Ouest, mais elle est originaire du village de Chester. Pendant son enfance, elle a passé beaucoup de temps à Meteghan avec son grand-père, James Aymar.

Depuis quelques années, elle rêvait de réaliser un film sur son grand-père. Son rêve est maintenant devenu réalité. James Aymar a vécu deux guerres mondiales, la grande dépression et il a plusieurs souvenirs des événements marquants de sa région. À 97 ans, il rayonne d’une joie de vivre exceptionnelle, et il aime encore être de la fête. C’est pour cela que sa petite-fille veut en faire un documentaire. La jeune réalisatrice explique qu’elle veut documenter la vie de son grand-père, en racontant des histoires à travers ses yeux. Le film met aussi en valeur les traditions culturelles de la région ainsi que les liens avec nos racines de manière générale. Le film est bilingue et on y trouve beaucoup de personnages de la région de Meteghan.

Natasha Duchene s’est jointe au réalisateur Marshall Woodworth de La Nouvelle-Orléans pour réaliser le film. M. Woodworth a des origines françaises, qui font que le sujet du film résonne dans son esprit. Ensemble, ils travaillent sur le film depuis juin. « Au fur et à mesure que nous travaillons sur le film, nous nous rendons compte de la richesse du sujet, et cela devient difficile de mettre fin au tournage », explique Mme Duchene. M. Woodworth est de retour en Louisiane et travaille sur le film depuis là-bas, tandis que Mme Duchene reste en Nouvelle-Écosse encore un bon moment pour continuer son travail et passer du temps avec sa famille.

Le lancement officiel du film Grand-Père - Un film d’Acadie se fera à la Baie Sainte-Marie dans la prochaine année. Pour financer son projet, Mme Duchene a lancé une campagne de financement sur un site de financement participatif (crowdfunding).

www.indiegogo.com/projects/grand-pere-un-film-d-acadie

Autres articles récents

  • L’importance d’un cimetière qui date d’avant la Déportation
    L’importance d’un cimetière  qui date d’avant la Déportation

    WOLFVILLE – C’est dans une atmosphère amicale et détendue qu’une dizaine de bénévoles des Amis de Grand-Pré ont participé, le vendredi 30 mai dernier, au nettoyage de la cour et des jardins du cimetière Sainte-Famille à Falmouth.

    Pendant l’après-midi, plusieurs Amis étaient présents, dont Susan Surette-Draper (présidente) et Ernie Draper de Port Williams, Ken Belfountain de Kentville, Félix et Lucille Amirault de Kingston ainsi que Derek Allerton de Wolfville. Les travaux de nettoyage et d’aménagement des parterres de fleurs et du terrain profiteront aux personnes qui se rendront au cimetière pendant la saison estivale.

    Les 19 et 28 juillet prochains, les gens pourront se renseigner sur cette histoire locale fascinante et participer à la Journée de commémoration du Grand Dérangement. Dans le cadre des Causeries à Grand-Pré du samedi 19 juillet 2014, Talva Jacobson, archéologue et artiste céramique, fera sa toute première présentation publique sur le processus de la reconstruction du crâne de l’enfant acadien trouvé lors des fouilles en 1996. De plus, le dévoilement de la brique posée par les Amis de Grand-Pré à la mémoire d’Angèle Arsenault, décédée le 25 février dernier, aura lieu vers 15 h 30 le 28 juillet, lors du pèlerinage commémorant la Déportation. D’autres briques seront dévoilées à la même cérémonie au cimetière Sainte-Famille.

  • Reconnaissance des bénévoles de la grande région de Halifax
    Reconnaissance des bénévoles  de la grande région de Halifax

    DARTMOUTH – Le Gala annuel de reconnaissance des bénévoles 2013-2014, organisé par le Conseil communautaire du Grand-Havre (CCGH), s’est tenu le 24 mai dernier. Dix-huit organismes de la grande région de Halifax ont souligné l’implication de leurs bénévoles.
    Une enquête réalisée en 2010 a révélé que plus de 13 millions de Canadiens ont fait du bénévolat au cours de cette année-là. La Nouvelle-Écosse a compté près de 500 000 bénévoles, ce qui représente 54 % de la population. « Sans le travail des bénévoles, il n’y aurait pas de développement communautaire francophone dans la municipalité régionale de Halifax. Tous les organismes de la communauté fonctionnent grâce à l’aide et à la contribution des bénévoles », a déclaré Jules Chiasson, directeur du CCGH.

  • Un centre de recherche et d'innovation en sciences à la Baie Sainte-Marie
    Un centre de recherche et d'innovation en sciences à la Baie Sainte-Marie

    POINTE-de-l’ÉGLISE – Le député de Nova-Ouest, Greg Kerr a annoncé le mardi 22 avril dernier un investissement de 482 920 $ du gouvernement du Canada dans ce projet de recherche, de développement et d’innovation dans la municipalité de Clare. Le ministère provincial du Développement économique et rural et du Tourisme investit quant à lui 75 000 $ dans la création de ce nouveau laboratoire à Saulnierville et de deux serres sur le campus de la Pointe-de-l’Église.

    Le projet est le fruit d’une collaboration stratégique des secteurs public et privé afin de stimuler la recherche et l’innovation en milieu rural en Nouvelle-Écosse. Il fait suite aux conclusions de la récente commission Ivany (recteur d’Acadia University), notamment quant à l’engagement de doubler les fonds pour la recherche dans les universités et les collèges ainsi que de trouver des approches durables et à valeur ajoutée pour les industries traditionnelles.

  • L'hiver a causé d'importants dégâts en Nouvelle-Écosse

    POINTE-de-l’ÉGLISE − Le blizzard du mercredi 26 mars avec des vents s’élevant à quelque 153 kilomètres à l’heure a laissé ses traces à Pointe-de-l’Église. En plus de démolir le phare it, les vents ont endommagé, entre autres, un des quatre pics de l’église Sainte-Marie à proximité.

    Le phare de la Pointe, construit en 1874, était devenu un lieu historique sur le campus de l’Université Sainte-Anne, juste à côté. Il s’agissait d’un des derniers phares en bois dans la province. Le vent a démoli la structure et une bonne partie s’est retrouvée sur le côté de la falaise tout près. C’était un lieu de rencontre pour les étudiants ainsi que pour les promeneurs le long du sentier qui s’étend le long de la côte jusqu’au petit bois derrière l’Université.

    L’église Sainte-Marie, la plus grande église en bois en Amérique du Nord, s’élève à 185 pieds (56,4 mètres) de haut et comprend un ballast de 40 tonnes de roches pour résister aux éléments. Le dommage a été fait à une face des quatre pics à 150 pieds de haut, celui qui pointe vers le campus de l’Université Sainte-Anne. « La face de la pointe indique un petit pic détaché aux deux tiers de sa hauteur, a expliqué André Valotaire, coordonnateur de la paroisse Sainte-Marie. Un autre coup de vent ou la pluie pourrait le détacher. Le vent de la tempête a élevé le morceau détaché de 3 pouces. Il y a une ouverture vers l’extérieur. Ça tient par un ou deux clous au haut et le pic pourrait tomber n’importe quand. »

FacebookTwitterGoogle BookmarksLinkedin

universite moncton1