À LA UNE CETTE SEMAINE

HALIFAX – Le Conseil communautaire du Grand-Havre est très heureux du déroulement de la dix-septième édition de la coupe Acadiana, tournoi de golf amical tenu à Halifax du 3 au 8 août 2014. L’événement a attiré 114 golfeurs et 38 accompagnateurs en provenance de la France, de la Belgique, de la Louisiane, du Nouveau-Brunswick, de l’Île-du-Prince-Édouard, du Québec et de la Nouvelle-Écosse. Il a remporté un grand succès.

Rappelons que le premier tournoi officiel de la coupe Acadiana a eu lieu en 1998, à Poitiers, en France. L’idée de ce rassemblement international et amical avait été lancée l’année précédente par Philippe Gustin, du Centre international de Lafayette (Louisiane). La première rencontre ayant été fort appréciée, le tournoi est depuis repris chaque année, en alternance dans un des pays participants, soient le Canada, les États-Unis, la France et la Belgique.

Auparavant, chaque équipe défendait sa région géographique. Les organisateurs de la coupe Acadiana 2014 ont cherché une façon de multiplier les nouvelles rencontres pour permettre une meilleure fraternisation. Ils ont donc formé deux équipes, Évangéline et Gabriel, avec des joueurs de différentes régions. « Les golfeurs étaient reconnaissants de ce changement et aimeraient que ça se poursuive aux prochains tournois. Pour la postérité, soulignons que l’équipe Évangéline a gagné par deux points », a déclaré Jules Chiasson, président du comité organisateur 2014.

Aujourd’hui, le volet culturel et touristique constitue un élément essentiel de la rencontre, les participants voulant découvrir le patrimoine historique des régions visitées. Pendant que les golfeurs évoluaient sur les différents terrains, les accompagnateurs ont eu droit à plusieurs visites organisées, notamment au Musée national d’immigration, au Musée maritime, à la Citadelle de Halifax, à Lunenburg et à Peggy’s Cove, ainsi qu’une croisière à bord du Silva. Une journée a été consacrée à une sortie culturelle pour toute la délégation. Les participants ont alors visité des vignobles dans la vallée de l’Annapolis, ainsi que le site historique national de Grand-Pré. Après quoi, ils ont dégusté des fruits de mer au Old Orchard Inn, à Wolfville.

Le même soir, environ 175 personnes ont assisté au spectacle double de l’auteur-compositeur-interprète acadien Ronald Bourgeois et de l’artiste Nathalie Ladouceur. Soulignons que M. Bourgeois est néo-écossais alors que Mme Ladouceur, native de Gatineau, a adopté la Nouvelle-Écosse il y a quelques années. M. Bourgeois a ému les spectateurs en interprétant des chansons de son répertoire qui traitent de la Louisiane, tandis que Mme Ladouceur et ses cinq musiciens ont réussi à les faire danser.

L’organisation de la coupe Acadiana 2014 a mobilisé plusieurs personnes de la région. Outre le travail assidu de la coordonnatrice, Isabelle Foisy, le comité organisateur, composé de Jules Chiasson, Roger Arsenault, Bertrand Losier, Ronald Bourgeois, Rhéal Poirier et Donald Kenny, s’est réuni régulièrement pendant deux ans. Deux sous-comités ont de plus été formés pour le programme des golfeurs et des accompagnateurs. Finalement, environ 25 bénévoles ont offert leur temps lors de l’événement.

« Les participants ont passé une très belle semaine à Halifax. Certains ont d’ailleurs déclaré que l’édition 2014 avait bénéficié de la meilleure organisation depuis l’existence de la coupe », a rapporté fièrement M. Chiasson. Selon l’estimation préliminaire du comité organisateur, la coupe Acadiana aurait généré plus de 400 000 $ dans l’économie de Halifax.

GRAND-PRÉ − Deux jeunes filles de la vallée de l’Annapolis ont passé une journée en tant qu’interprètes au lieu historique national de Grand-Pré à la suite d’un concours, qui s’est tenu lors d’une foire à leur école.

C’est grâce à un concours organisé par leur conseil scolaire que Megan Gibson et Ali Moores ont eu l’occasion de vivre une journée en tant qu’interprètes à Grand-Pré. Les deux jeunes filles ont été désignées gagnantes lors de l’Annapolis Valley Regional School Board Heritage Fair. Depuis l’année dernière, le conseil scolaire de la région et le site historique national de Grand-Pré travaillent ensemble pour offrir cette expérience aux jeunes. Lors de leurs journées sur le site, les filles ont eu la chance de s’habiller en costume d’époque et de suivre un membre du personnel pendant une journée typique à Grand-Pré.

Le projet gagnant de Megan racontait l’histoire de ses ancêtres irlandais qui ont survécu à un naufrage au large de Terre-Neuve grâce aux actions d’une jeune fille, Anne Harvey, et de son chien. Ses ancêtres se sont ensuite établis en Nouvelle-Écosse. Le projet d’Ali portait sur l’histoire de la râpure, le fameux plat à base de pommes de terre des Acadiens de la Nouvelle-Écosse.

C’est John-Francis Lane, coordonnateur des interprètes à Grand-Pré, qui supervise cette initiative unique. « La raison d’être du projet est d’assurer notre présence dans la communauté ainsi que d’offrir des possibilités aux jeunes qui s’intéressent à l’histoire », explique M. Lane. Ali Moores était présente sur le site le 18 août et Megan Gibson s’est jointe à l’équipe le 21 août. Toutes deux ont passé de bons moments.

Autres articles récents

  • L’importance d’un cimetière qui date d’avant la Déportation
    L’importance d’un cimetière  qui date d’avant la Déportation

    WOLFVILLE – C’est dans une atmosphère amicale et détendue qu’une dizaine de bénévoles des Amis de Grand-Pré ont participé, le vendredi 30 mai dernier, au nettoyage de la cour et des jardins du cimetière Sainte-Famille à Falmouth.

    Pendant l’après-midi, plusieurs Amis étaient présents, dont Susan Surette-Draper (présidente) et Ernie Draper de Port Williams, Ken Belfountain de Kentville, Félix et Lucille Amirault de Kingston ainsi que Derek Allerton de Wolfville. Les travaux de nettoyage et d’aménagement des parterres de fleurs et du terrain profiteront aux personnes qui se rendront au cimetière pendant la saison estivale.

    Les 19 et 28 juillet prochains, les gens pourront se renseigner sur cette histoire locale fascinante et participer à la Journée de commémoration du Grand Dérangement. Dans le cadre des Causeries à Grand-Pré du samedi 19 juillet 2014, Talva Jacobson, archéologue et artiste céramique, fera sa toute première présentation publique sur le processus de la reconstruction du crâne de l’enfant acadien trouvé lors des fouilles en 1996. De plus, le dévoilement de la brique posée par les Amis de Grand-Pré à la mémoire d’Angèle Arsenault, décédée le 25 février dernier, aura lieu vers 15 h 30 le 28 juillet, lors du pèlerinage commémorant la Déportation. D’autres briques seront dévoilées à la même cérémonie au cimetière Sainte-Famille.

  • Reconnaissance des bénévoles de la grande région de Halifax
    Reconnaissance des bénévoles  de la grande région de Halifax

    DARTMOUTH – Le Gala annuel de reconnaissance des bénévoles 2013-2014, organisé par le Conseil communautaire du Grand-Havre (CCGH), s’est tenu le 24 mai dernier. Dix-huit organismes de la grande région de Halifax ont souligné l’implication de leurs bénévoles.
    Une enquête réalisée en 2010 a révélé que plus de 13 millions de Canadiens ont fait du bénévolat au cours de cette année-là. La Nouvelle-Écosse a compté près de 500 000 bénévoles, ce qui représente 54 % de la population. « Sans le travail des bénévoles, il n’y aurait pas de développement communautaire francophone dans la municipalité régionale de Halifax. Tous les organismes de la communauté fonctionnent grâce à l’aide et à la contribution des bénévoles », a déclaré Jules Chiasson, directeur du CCGH.

  • Un centre de recherche et d'innovation en sciences à la Baie Sainte-Marie
    Un centre de recherche et d'innovation en sciences à la Baie Sainte-Marie

    POINTE-de-l’ÉGLISE – Le député de Nova-Ouest, Greg Kerr a annoncé le mardi 22 avril dernier un investissement de 482 920 $ du gouvernement du Canada dans ce projet de recherche, de développement et d’innovation dans la municipalité de Clare. Le ministère provincial du Développement économique et rural et du Tourisme investit quant à lui 75 000 $ dans la création de ce nouveau laboratoire à Saulnierville et de deux serres sur le campus de la Pointe-de-l’Église.

    Le projet est le fruit d’une collaboration stratégique des secteurs public et privé afin de stimuler la recherche et l’innovation en milieu rural en Nouvelle-Écosse. Il fait suite aux conclusions de la récente commission Ivany (recteur d’Acadia University), notamment quant à l’engagement de doubler les fonds pour la recherche dans les universités et les collèges ainsi que de trouver des approches durables et à valeur ajoutée pour les industries traditionnelles.

  • L'hiver a causé d'importants dégâts en Nouvelle-Écosse

    POINTE-de-l’ÉGLISE − Le blizzard du mercredi 26 mars avec des vents s’élevant à quelque 153 kilomètres à l’heure a laissé ses traces à Pointe-de-l’Église. En plus de démolir le phare it, les vents ont endommagé, entre autres, un des quatre pics de l’église Sainte-Marie à proximité.

    Le phare de la Pointe, construit en 1874, était devenu un lieu historique sur le campus de l’Université Sainte-Anne, juste à côté. Il s’agissait d’un des derniers phares en bois dans la province. Le vent a démoli la structure et une bonne partie s’est retrouvée sur le côté de la falaise tout près. C’était un lieu de rencontre pour les étudiants ainsi que pour les promeneurs le long du sentier qui s’étend le long de la côte jusqu’au petit bois derrière l’Université.

    L’église Sainte-Marie, la plus grande église en bois en Amérique du Nord, s’élève à 185 pieds (56,4 mètres) de haut et comprend un ballast de 40 tonnes de roches pour résister aux éléments. Le dommage a été fait à une face des quatre pics à 150 pieds de haut, celui qui pointe vers le campus de l’Université Sainte-Anne. « La face de la pointe indique un petit pic détaché aux deux tiers de sa hauteur, a expliqué André Valotaire, coordonnateur de la paroisse Sainte-Marie. Un autre coup de vent ou la pluie pourrait le détacher. Le vent de la tempête a élevé le morceau détaché de 3 pouces. Il y a une ouverture vers l’extérieur. Ça tient par un ou deux clous au haut et le pic pourrait tomber n’importe quand. »

FacebookTwitterGoogle BookmarksLinkedin

universite moncton1