À LA UNE CETTE SEMAINE

L’article suivant veut partager avec le public un souci grandissant à l’endroit d’un édifice qui a servi d’église catholique pendant environ 170 ans dans l’archidiocèse de Halifax et dans le diocèse de Yarmouth. 

Cette ancienne église a été construite à Corberrie, comté de Digby, sous la supervision d’un vaillant missionnaire français qui a servi avec ténacité le peuple acadien du sud-ouest de la Nouvelle-Écosse et le peuple mi’kmaq pendant les 45 dernières années de sa vie : l’abbé Jean Mandé Sigogne (1763-1844). Selon les recherches, l’église de Corberrie a été construite entre 1837 et 1841, placée sous le patronage de saint Jean-Baptiste. Son style architectural s’apparente beaucoup au style de l’église que Sigogne avait fait bâtir en 1808 à Sainte-Anne-du-Ruisseau, comté de Yarmouth, Nouvelle-Écosse, et qui malheureusement a été la proie des flammes en 1899.

La façade de l’église Saint-Jean-Baptiste est aménagée d’un vestibule sous forme d’une tour carrée et surmontée d’un clocher pyramidal dominant le toit de la nef. La nef, rectangulaire, est recouverte d’un toit à deux versants, et les murs longitudinaux de la nef sont chacun dotés de quatre fenêtres du style néo-roman. L’arrière de cette église est doté d’une petite sacristie.

Présentement, en plus de cette ancienne église de Corberrie, il n’existe que deux autres édifices conservés de l’époque Sigogne : la chapelle Sainte-Anne sur la réserve mi’kmaq à Bear River (comté de Digby), et l’ancien presbytère de Sigogne, devenu une résidence familiale à Pointe-de-l’Église, Nouvelle-Écosse. D’après un site web des Lieux patrimoniaux du Canada (http://www.historicplaces.ca/fr/rep-reg/place-lieu.aspx?id=6238), l’église Saint-Jean-Baptiste est la deuxième plus ancienne église catholique romaine de la Nouvelle-Écosse. Il est fort probable que la plus ancienne est celle bâtie en 1831, encore sous la supervision de Sigogne, sur la réserve mi’kmaq, Bear River, Nouvelle-Écosse.

Le 17 juin 1991, l’église Saint-Jean-Baptiste a été inscrite par la province de la Nouvelle-Écosse comme propriété d’héritage enregistrée conformément à la Heritage Property Act, statut qui lui est toujours valide aujourd’hui. Il semblerait que le diocèse de Halifax/Yarmouth aurait, il y a quelque temps, tenté de supprimer son inscription de propriété patrimoniale par la province, ce qui a été refusé par cette dernière. 

L’église Saint-Jean-Baptiste a servi de lieu liturgique jusqu’au début 2007 alors qu’une dernière messe a été célébrée de façon cérémoniale par Mgr Claude Champagne, alors évêque auxiliaire de Halifax et vicaire général du diocèse de Yarmouth. Depuis cette date, l’église ne sert plus à aucun usage liturgique ni à aucune autre fonction religieuse ou civile.

Il est important de porter ces renseignements à l’attention du public pour démontrer la valeur patrimoniale que possède cette ancienne église non seulement pour la Nouvelle-Écosse, mais aussi et surtout pour la communauté acadienne. Le péril imminent dans cette affaire est que, abandonnée et délaissée sans entretien, l’église de Corberrie va sûrement dépérir et, éventuellement, pourrir debout, ce qui aurait un effet déplorable pour l’héritage de cette province et du peuple acadien. 

Bien que ce ne soit pas le seul édifice d’héritage en péril dans la province, il est crucial cependant de renouveler les efforts depuis quelques années pour sauver cette église. D’une part, les autorités compétentes doivent être alertées, ainsi que le public en général, que cette église disparaîtra pour toujours si rien n’est fait maintenant. Avant même de penser à trouver les fonds pour voir à sa préservation sur sa base actuelle ou ailleurs, une première décision est fondamentale avant toutes autres : la volonté ferme et décisive de préserver cet héritage. Si cette volonté manque, il est futile de travailler envers la réalisation de ce projet. Tout simplement, il faudra l’oublier, et accepter la disparition de ce patrimoine.

D’autre part, cette église pourrait pertinemment retrouver sa vie au Village historique acadien de la Nouvelle-Écosse, situé à Pubnico-Ouest-le-Bas, comté de Yarmouth. En ce lieu, cette ancienne église, ou une partie importante d’elle, aurait une résidence permanente et de prestige. Située dans ce Village historique acadien, elle servirait en plus à interpréter et à apprécier la vie religieuse d’antan de nos ancêtres acadiens. Il est déjà prévu une église dans le plan de développement du Village historique acadien, et puisqu’il n’en existe pas encore, cet édifice patrimonial au Village historique acadien semblerait tout à fait approprié et réalisable si les autorités compétentes se concertaient pour préserver cet édifice d’héritage.

Il y a peut-être d’autres utilités pour cette église. Le cri d’alarme est lancé. Ensemble, nous pouvons œuvrer à conserver ce patrimoine acadien appréciable pour les générations à venir.

Gérald C. Boudreau, Ph. D.

Autres articles récents

  • L’importance d’un cimetière qui date d’avant la Déportation
    L’importance d’un cimetière  qui date d’avant la Déportation

    WOLFVILLE – C’est dans une atmosphère amicale et détendue qu’une dizaine de bénévoles des Amis de Grand-Pré ont participé, le vendredi 30 mai dernier, au nettoyage de la cour et des jardins du cimetière Sainte-Famille à Falmouth.

    Pendant l’après-midi, plusieurs Amis étaient présents, dont Susan Surette-Draper (présidente) et Ernie Draper de Port Williams, Ken Belfountain de Kentville, Félix et Lucille Amirault de Kingston ainsi que Derek Allerton de Wolfville. Les travaux de nettoyage et d’aménagement des parterres de fleurs et du terrain profiteront aux personnes qui se rendront au cimetière pendant la saison estivale.

    Les 19 et 28 juillet prochains, les gens pourront se renseigner sur cette histoire locale fascinante et participer à la Journée de commémoration du Grand Dérangement. Dans le cadre des Causeries à Grand-Pré du samedi 19 juillet 2014, Talva Jacobson, archéologue et artiste céramique, fera sa toute première présentation publique sur le processus de la reconstruction du crâne de l’enfant acadien trouvé lors des fouilles en 1996. De plus, le dévoilement de la brique posée par les Amis de Grand-Pré à la mémoire d’Angèle Arsenault, décédée le 25 février dernier, aura lieu vers 15 h 30 le 28 juillet, lors du pèlerinage commémorant la Déportation. D’autres briques seront dévoilées à la même cérémonie au cimetière Sainte-Famille.

  • Reconnaissance des bénévoles de la grande région de Halifax
    Reconnaissance des bénévoles  de la grande région de Halifax

    DARTMOUTH – Le Gala annuel de reconnaissance des bénévoles 2013-2014, organisé par le Conseil communautaire du Grand-Havre (CCGH), s’est tenu le 24 mai dernier. Dix-huit organismes de la grande région de Halifax ont souligné l’implication de leurs bénévoles.
    Une enquête réalisée en 2010 a révélé que plus de 13 millions de Canadiens ont fait du bénévolat au cours de cette année-là. La Nouvelle-Écosse a compté près de 500 000 bénévoles, ce qui représente 54 % de la population. « Sans le travail des bénévoles, il n’y aurait pas de développement communautaire francophone dans la municipalité régionale de Halifax. Tous les organismes de la communauté fonctionnent grâce à l’aide et à la contribution des bénévoles », a déclaré Jules Chiasson, directeur du CCGH.

  • Un centre de recherche et d'innovation en sciences à la Baie Sainte-Marie
    Un centre de recherche et d'innovation en sciences à la Baie Sainte-Marie

    POINTE-de-l’ÉGLISE – Le député de Nova-Ouest, Greg Kerr a annoncé le mardi 22 avril dernier un investissement de 482 920 $ du gouvernement du Canada dans ce projet de recherche, de développement et d’innovation dans la municipalité de Clare. Le ministère provincial du Développement économique et rural et du Tourisme investit quant à lui 75 000 $ dans la création de ce nouveau laboratoire à Saulnierville et de deux serres sur le campus de la Pointe-de-l’Église.

    Le projet est le fruit d’une collaboration stratégique des secteurs public et privé afin de stimuler la recherche et l’innovation en milieu rural en Nouvelle-Écosse. Il fait suite aux conclusions de la récente commission Ivany (recteur d’Acadia University), notamment quant à l’engagement de doubler les fonds pour la recherche dans les universités et les collèges ainsi que de trouver des approches durables et à valeur ajoutée pour les industries traditionnelles.

  • L'hiver a causé d'importants dégâts en Nouvelle-Écosse

    POINTE-de-l’ÉGLISE − Le blizzard du mercredi 26 mars avec des vents s’élevant à quelque 153 kilomètres à l’heure a laissé ses traces à Pointe-de-l’Église. En plus de démolir le phare it, les vents ont endommagé, entre autres, un des quatre pics de l’église Sainte-Marie à proximité.

    Le phare de la Pointe, construit en 1874, était devenu un lieu historique sur le campus de l’Université Sainte-Anne, juste à côté. Il s’agissait d’un des derniers phares en bois dans la province. Le vent a démoli la structure et une bonne partie s’est retrouvée sur le côté de la falaise tout près. C’était un lieu de rencontre pour les étudiants ainsi que pour les promeneurs le long du sentier qui s’étend le long de la côte jusqu’au petit bois derrière l’Université.

    L’église Sainte-Marie, la plus grande église en bois en Amérique du Nord, s’élève à 185 pieds (56,4 mètres) de haut et comprend un ballast de 40 tonnes de roches pour résister aux éléments. Le dommage a été fait à une face des quatre pics à 150 pieds de haut, celui qui pointe vers le campus de l’Université Sainte-Anne. « La face de la pointe indique un petit pic détaché aux deux tiers de sa hauteur, a expliqué André Valotaire, coordonnateur de la paroisse Sainte-Marie. Un autre coup de vent ou la pluie pourrait le détacher. Le vent de la tempête a élevé le morceau détaché de 3 pouces. Il y a une ouverture vers l’extérieur. Ça tient par un ou deux clous au haut et le pic pourrait tomber n’importe quand. »

FacebookTwitterGoogle BookmarksLinkedin

beaver dam